Le « calme relatif » pousse Israël à mettre fin au bouclage d’un village palestinien
Rechercher

Le « calme relatif » pousse Israël à mettre fin au bouclage d’un village palestinien

L’entrée principale du village de Bani Naim dans la zone de Hébron était bloquée dans le sillage de confrontations entre l’armée israélienne et des résidents locaux

Des soldats israéliens à la jonction de Beit Hanoun près de Hébron, le 12 janvier 2016. (Crédit : AFP / HAZEM BADER)
Des soldats israéliens à la jonction de Beit Hanoun près de Hébron, le 12 janvier 2016. (Crédit : AFP / HAZEM BADER)

Après presque sept mois d’une fermeture imposée par Israël, l’armée israélienne a réouvert dimanche l’entrée principale d’un village palestinien en Cisjordanie, a annoncé l’armée sur les réseaux sociaux.

La route principale reliant le village de Bani Naim à la ville à proximité de Hébron a été bouclée en octobre dernier dans le sillage de violents affrontemnts entre les résidents palestiniens locaux et les soldats de l’armée israélienne.

Selon Hariz Safadi, le directeur de la zone pour le Coordinateur des Opérations du Gouvernement dans les Territoires (COGAT), la route a été réouverte du fait du « calme qui règne » en ville récemment.

Le COGAT, a déclaré Safadi, « continuerait à mettre en place de nouveaux changements à Hébron à la lumière de la situation relativement calme ». Il a ajouté que la branche de l’armée chargée des affaires civiles palestiniennes était « intéressée pour prendre des mesures de simplification de la vie des résidents ».

Safadi a fait l’annonce samedi soir sur la page Facebook COGAT al-Musanek, le mot arabe pour « coordinateur ».

Israël affirme que ses contrôles impromptus et ses blocages temporaires de routes en Cisjordanie, n’importe où et pouvant durer de plusieurs jours à des mois, visait à arrêter les terroristes palestiniens et à empêcher d’autres attaques terroristes et des violences contre les Israéliens. Les Palestiniens disent que cette stratégie est une forme de punition collective et de violation de leur liberté de mouvement.

Hébron dispose d’environ 200 000 résidents palestiniens avec environ 500 habitants d’implantations israéliens vivant au centre, protégés par une zone tampon de l’armée.

La situation est une source constante de tensions, et la zone est un point central de violence entre Israéliens et Palestiniens lors de mois d’agitations.

D’octobre à la fin mars, 29 Israéliens et quatre autres personnes ont été tués dans la flambée d’attaques terroristes palestiniennes, beaucoup d’entre eux dans la zone de Hébron. Environ 190 Palestiniens ont aussi été tués, environ deux tiers lors d’attaques terroristes et le reste lors d’affrontements avec les forces israéliennes, selon des officiels israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...