Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Le camion accidenté du Hezbollah aurait transporté des missiles iraniens – média

Kan cite des responsables des services de sécurité du Moyen-Orient, selon qui la tentative de contrebande via la Syrie a été orchestrée par le groupe terroriste soutenu par Téhéran

Un camion du Hezbollah renversé, dans la ville libanaise de Kahale, le 9 août 2023. (Crédit : Capture d'écran ; Twitter/X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Un camion du Hezbollah renversé, dans la ville libanaise de Kahale, le 9 août 2023. (Crédit : Capture d'écran ; Twitter/X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Plusieurs jours après qu’un camion du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah transportant des munitions s’est renversé près de Beyrouth, tuant deux personnes et déclenchant des affrontements avec les habitants d’une ville chrétienne locale, des sources de sécurité ont estimé que le véhicule transportait des missiles anti-chars envoyés par l’Iran.

Les violences ont éclaté mercredi soir après l’accident dans la ville de Kahale, située dans les montagnes à l’est de la capitale libanaise, sur la route reliant Beyrouth à la vallée de la Bekaa, à la frontière avec la Syrie.

Les heurts sont intervenus dans un contexte de profondes divisions, alimentant la tension entre le groupe terroriste chiite et ses adversaires politiques, qui réclament notamment son désarmement. Le Hezbollah est la seule formation libanaise à avoir conservé ses armes après la fin de la guerre civile (1975-1990) au nom de la « résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes] contre Israël ».

Le maire de Kahale, Abboud Abi Khalil, a affirmé mercredi soir à l’AFP que « des personnes en civil ont immédiatement formé un cordon de sécurité autour du camion » après l’accident pour savoir ce qu’il contenait avant que les membres du Hezbollah qui l’escortaient n’ouvrent le feu et ne tuent l’un d’entre eux.

Le puissant groupe terroriste chiite soutenu par l’Iran a déclaré qu’un de ses membres, Ahmad Ali Kassas, avait été blessé par balle lors des affrontements qui ont suivi et qu’il a succombé à ses blessures.

L’armée libanaise a déclaré jeudi qu’elle avait saisi des munitions dans le camion renversé, ajoutant que « la cargaison du camion a été transportée dans un centre militaire et qu’une enquête a été ouverte par les autorités judiciaires compétentes ».

Samedi, la chaîne publique israélienne Kan a rapporté que les responsables de la sécurité d’un pays non-identifié du Moyen-Orient estimaient que la cargaison était constituée de missiles anti-chars iraniens, envoyés par la République islamique à son groupe terroriste mandataire libanais.

Le reportage note que les armes ont été transportées « sur un terrain totalement civil et de manière dangereuse », et que l’incident a causé « l’embarras » du Hezbollah, qui a tenté de le minimiser.

Kan a ajouté que, selon les sources de sécurité, la tentative de contrebande d’armes avait été orchestrée par l’unité 4 400 du Hezbollah, ainsi que par d’autres organes et responsables impliqués dans de nombreuses tentatives similaires visant à faire passer des munitions de l’Iran via la Syrie.

Le Hezbollah est la seule faction libanaise à avoir conservé ses armes après la fin de la guerre civile de 1975-1990. Il est considéré comme une organisation terroriste par de nombreux gouvernements occidentaux.

À LIRE : Les provocations du Hezbollah deviennent de plus en plus nombreuses

Ces derniers jours, Israël et le Hezbollah se sont livrés à une guerre des mots de plus en plus intense, le ministre de la Défense Yoav Gallant menaçant mardi de « ramener le Liban à l’âge de pierre » en cas d’escalade, et un haut commandant du Hezbollah déclarant samedi qu’une future guerre serait menée dans la région israélienne de Galilée et que les postes de Tsahal se transformeraient en « cimetières ».

En août 2021, des habitants en colère d’un village majoritairement druze du sud du Liban ont arrêté un camion transportant un lance-roquettes utilisé par le Hezbollah lors d’une attaque contre Israël, accusant le mouvement chiite de mettre en danger la vie des civils.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.