Le Canada retire la nationalité canadienne d’un ancien nazi pour la 4e fois
Rechercher

Le Canada retire la nationalité canadienne d’un ancien nazi pour la 4e fois

Accusé d’avoir caché son passé dans l’unité Einsatzkommando, Helmut Oberlander, 93 ans, promet de faire à nouveau appel de la décision

Helmut Oberlander à l'époque où il servait d'interprète pour les nazis dans l'unité 10a des Einsatzkommando (Crédit : CIJA)
Helmut Oberlander à l'époque où il servait d'interprète pour les nazis dans l'unité 10a des Einsatzkommando (Crédit : CIJA)

MONTRÉAL – Un ancien nazi, de 93 ans, a été dépouillé de sa citoyenneté canadienne pour la quatrième fois, ce qui est sans précédent au Canada. Il promet de faire à nouveau appel de la décision.

La semaine dernière, le Canada a révoqué la citoyenneté d’Helmut Oberlander, un développeur à la retraite à Waterloo, en Ontario, qui a été accusé d’avoir dissimulé son passé nazi au moment où il a obtenu la citoyenneté canadienne en 1960.

Le gouvernement avait dépouillé Oberlander de sa citoyenneté en 2001, 2007 et 2012, mais les décisions avaient été annulées après les appels de ses avocats.

Né en Ukraine, il a été recruté de force en tant qu’interprète pour les nazis dans l’unité 10a Einsatzkommando, une unité d’extermination mobile qui a exécuté des milliers de Juifs dans l’ancienne Union soviétique. Oberlander a constamment soutenu qu’il n’avait jamais tué personne.

Un communiqué publié mercredi par le Centre pour Israël et les Affaires juives a salué l’action du gouvernement canadien.

« Nous remercions et applaudissons le gouvernement canadien pour avoir retiré à Oberlander sa citoyenneté [canadienne] », a déclaré le directeur général Shimon Koffler Fogel.

« Les faits juridiques en l’espèce ne sont pas contestés : Oberlander était membre d’une unité sauvage nazie qui a tué plus de 90 000 Juifs pendant l’Holocauste ».

« Il n’y a pas de prescription pour de tels crimes odieux », a ajouté Koffler Fogel.

Les appels réussis d’Oberlander et des autres anciens nazis mis en accusation au Canada ont déclenché des critiques des instances juives, à savoir que le gouvernement canadien ne faisait pas assez pour traduire les anciens présumés criminels de guerre nazis en justice.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...