Rechercher

Le chef adjoint de Tsahal se rend à Washington pour des pourparlers sur la sécurité

Ce voyage a lieu après que l’Iran a lancé des missiles sur un « centre stratégique » israélien au Kurdistan menaçant l’Etat hébreu de nouvelles ripostes « destructrices »

Le général de division Herzi Halevi, chef des renseignements militaires, qui vient d'être désigné prochain chef du commandement du sud dans une photographie non datée (Crédit : Armée israélienne)
Le général de division Herzi Halevi, chef des renseignements militaires, qui vient d'être désigné prochain chef du commandement du sud dans une photographie non datée (Crédit : Armée israélienne)

Le chef militaire adjoint Herzi Halevi et d’autres commandants supérieurs de Tsahal ont atterri lundi aux États-Unis pour une visite officielle dans un contexte de tensions croissantes au Moyen-Orient.

Selon Tsahal, Halevi devrait tenir des réunions avec des responsables américains de la défense au Pentagone, ainsi que participer à un « forum de défense stratégique » avec des membres des chefs d’état-major interarmées américains, du Commandement central et du Commandement européen.

Tal Kelman, le responsable militaire chargé des affaires iraniennes, Hidai Zilberman, l’attaché de défense d’Israël aux États-Unis, et Effie Defrin, le commandant de la coopération internationale de l’armée seront aux côtés de Halevi.

Le voyage de Halevi a eut lieu dans un contexte de tensions croissantes au Moyen-Orient. L’Iran a lancé plusieurs missiles sur ce qu’il prétendait être un « centre stratégique » israélien près du consulat américain dans la ville d’Erbil, dans le nord de l’Irak, tôt dimanche.

Cette attaque serait une réponse à la mort de deux officiers du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) lors d’une présumée frappe aérienne israélienne près de Damas, la capitale syrienne, la semaine dernière. Le CGRI a averti la semaine dernière qu’Israël « paiera » pour la mort des officiers Ehsan Karbalaipour et Morteza Saidnejad.

Israël a anticipé une réponse iranienne, compte tenu des grades supérieurs et de l’importance des officiers. Alors que les victimes des frappes en Syrie attribuées à Israël sont assez courantes, il est plus rare que les personnes tuées soient iraniennes.

Tsahal a justifié les frappes aériennes ciblant des cibles iraniennes en Syrie comme nécessaires pour empêcher son ennemi juré – l’Iran – de prendre pied à sa frontière.

La semaine dernière, Kelman et le chef de Tsahal Aviv Kohavi se sont rendus à Bahreïn pour s’entretenir avec le chef d’état-major de l’armée du Bahreïn, Theyab bin Saqr al-Nuaimi, le secrétaire-général du Conseil suprême de la Défense, Shaikh Nasser bin Hamad Al-Khalifa, et Brad Cooper, qui dirige le Commandement central des forces navales américaines, la 5e Flotte des États-Unis et les forces maritimes conjointes.

Un rapport affirme que Kohavi a également rencontré son homologue qatari lors de la visite pour discuter de la coopération et de la possibilité que l’État du Golfe rejoigne une alliance régionale contre l’agression de l’Iran dans la région. Le Qatar n’a pas normalisé ses relations avec Israël.

De la gauche vers la droite: Tal Kelman, chef de la division stratégique de la Direction de la planification de Tsahal, le chef de Tsahal Aviv Kohavi, le chef des Forces de défense bahreïnites Theyab bin Saqr al-Nuaimi et d’autres responsables de la défense bahreïnite lors d’une réunion à Bahreïn, le 10 mars 2022. (Crédit : Tsahal)

Par ailleurs, des images publiées lundi depuis Erbil, la capitale de la région autonome kurde irakienne, montraient un manoir endommagé, sans aucun signe apparent d’activité militaire ou de renseignement.

La chaîne de télévision locale Kurdistan 24, dont le studio voisin a également été endommagé lors de la frappe, a fait le tour de l’enceinte, montrant les dégâts importants.

L’attaque de missiles de dimanche a coïncidé avec une « pause » dans les négociations à Vienne sur l’accord nucléaire en lambeaux de Téhéran, en raison des exigences russes concernant des sanctions visant Moscou pour sa guerre contre l’Ukraine.

La réunion de Halevi intervient après que le chef de l’agence de sécurité du Shin Bet, Ronen Bar, a eu des entretiens avec son homologue du FBI à Washington cette semaine sur la possibilité d’une escalade des tensions avec les Palestiniens lors du Ramadan le mois prochain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...