Rechercher

Nucléaire iranien: l’UE annonce « une pause » dans les négociations

Josep Borrell assure rester "en contact" avec les différentes parties et les Etats-Unis alors que la demande par Moscou de garanties supplémentaires a compliqué la donne

Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'exprime lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 30 juin 2020. (AP Photo/Virginia Mayo, Pool)
Le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, s'exprime lors d'une conférence de presse à Bruxelles, le 30 juin 2020. (AP Photo/Virginia Mayo, Pool)

L’Union européenne, qui supervise les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne, a annoncé « une pause » vendredi, alors que la demande par Moscou de garanties supplémentaires a compliqué la donne.

« Nous devons faire une pause dans les pourparlers en raison de facteurs externes », a tweeté le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

« Un texte final est quasiment prêt et sur la table », a-t-il ajouté, disant rester « en contact » avec les différentes parties et les Etats-Unis « pour surmonter la situation actuelle et conclure un accord ».

Il y a tout juste une semaine, les diplomates évoquaient un accord imminent mais le lendemain Moscou, pilier essentiel des négociations, jetait un froid.

La Russie, frappée par des sanctions occidentales après son invasion de l’Ukraine, a ainsi demandé des garanties américaines que ces mesures de rétorsion n’affecteraient pas sa coopération économique avec l’Iran.

Des demandes jugées « hors sujet » par le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, mais qui ont mis un coup d’arrêt aux discussions.

Téhéran est engagé depuis onze mois dans des pourparlers à Vienne, en Autriche, avec les grandes puissances pour tenter de sauver l’accord de 2015.

Conclu par l’Iran d’un côté, et les Etats-Unis, la Chine, la France, le Royaume-Uni, la Russie et l’Allemagne de l’autre, ce pacte était censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique en échange de la levée des sanctions économiques qui asphyxient son économie.

Mais il s’est délité après le retrait en 2018 de Washington qui a rétabli ses mesures contre l’Iran. En réaction, l’Iran s’est progressivement affranchi des limites imposées à son programme nucléaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...