Le chef du Hamas ne retournera pas à Gaza avant des mois
Rechercher

Le chef du Hamas ne retournera pas à Gaza avant des mois

La présence de Haniyeh aux funérailles de Soleimani en Iran a été critiquée par l'Égypte

Sur cette photo publiée par le site officiel du Bureau du Guide suprême iranien, le leader du Hamas Ismail Haniyeh prend la parole lors des funérailles de Qassem Soleimani, à Téhéran, en Iran, le lundi 6 janvier 2020. (Bureau du Guide suprême iranien)
Sur cette photo publiée par le site officiel du Bureau du Guide suprême iranien, le leader du Hamas Ismail Haniyeh prend la parole lors des funérailles de Qassem Soleimani, à Téhéran, en Iran, le lundi 6 janvier 2020. (Bureau du Guide suprême iranien)

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, actuellement en tournée à l’étranger, ne retournera pas dans la bande de Gaza avant plusieurs mois, a indiqué mardi un responsable du mouvement terroriste islamiste au pouvoir dans cette enclave palestinienne.

Depuis qu’il a quitté la bande de Gaza en décembre, Haniyeh s’est rendu en Egypte, en Turquie, en Malaisie mais aussi en Iran pour les funérailles du puissant général iranien Qassem Soleimani, tué dans une frappe américaine en Irak le 3 janvier.

« Haniyeh restera à l’étranger et continuera de diriger le Hamas, jusqu’à ce qu’il ait accompli toutes les tâches et les objectifs de sa tournée internationale », a affirmé à des journalistes Khalil al-Hayya, le numéro 2 du Hamas.

« Ce voyage pourrait durer un an, six mois ou moins, cela dépend de la réalisation de ses missions », a ajouté Al-Hayya.

Le responsable a reconnu que la visite récente de Haniyeh en Iran avait suscité des tensions avec l’Egypte, alliée à l’Arabie saoudite, rival régional de Téhéran.

Pour aller au Qatar, pays allié de longue date du Hamas où il se trouve actuellement, Haniyeh est passé par l’Egypte, seul pays qui partage une frontière avec la bande de Gaza en dehors d’Israël.

« Nos frères en Egypte nous ont critiqués pour être allés en Iran, mais (le Hamas) a ses propres positions », a déclaré Al-Hayya, affirmant que cette visite avait renforcé « la relation entre le Hamas et l’Iran ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...