Rechercher

Le chef du Labour défend les images du mémorial de la Shoah de Berlin dans sa vidéo

Un porte-parole explique que la visite du site a été incluse dans ce clip politique parce qu'elle a été bouleversante pour Keir Starmer ; des groupes juifs réclament des excuses

Keir Starmer, chef du parti Travailliste britannique, visite le mémorial de la Shoah de Berlin, le 15 juillet 2022. (Autorisation du bureau de Starmer  via JTA)
Keir Starmer, chef du parti Travailliste britannique, visite le mémorial de la Shoah de Berlin, le 15 juillet 2022. (Autorisation du bureau de Starmer via JTA)

JTA — Keir Starmer, le leader du parti Travailliste britannique, a été critiqué pour une vidéo politique qui comprend notamment des images de lui en train de marcher dans le célèbre mémorial de la Shoah de Berlin.

L’idée d’une exploitation politique de ce site de commémoration établi en hommage aux Juifs d’Europe morts pendant le génocide nazi – un labyrinthe étonnant de piliers en pierres qui a été inauguré en 2005 – est habituellement taboue. La prise de selfie, là-bas, est désapprouvée – même si de tels clichés sont régulièrement publiés sur les réseaux sociaux.

Ainsi, quand Starmer a diffusé dimanche une vidéo résumant son voyage récent en Allemagne qui l’a montré en train de marcher dans le mémorial sans mentionner les Juifs et la Shoah, les critiques ont rapidement afflué de la part des responsables juifs au Royaume-Uni et aussi en Allemagne.

« Intégrer le mémorial en toile de fond d’un clip politique qui ne mentionne même pas la Shoah est une insulte », a estimé Joe Glasman, du groupe de veille juif britannique Campaign Against Antisemitism, auprès du Jewish Chronicle of London.

« Keir Starmer a fait du mémorial de la Shoah un simple décor sans signification », a confié au Chronicle, pour sa part, Sigmount Königsberg, commissaire à l’antisémitisme au sein de la communauté juive de Berlin.

L’incident est notable dans la mesure où Starmer, lorsqu’il était arrivé à la tête du Labour, avait juré d’effacer, selon ses propres mots, « la souillure de l’antisémitisme » qui avait sali le parti Travailliste. Le centriste était venu remplacer Jeremy Corbyn, politicien d’extrême-gauche accusé d’avoir laissé la haine anti-juive s’infiltrer sans encombre au sein de la formation.

« Starmer doit présenter ses excuses et écouter les critiques que font les membres de la communauté juive si le Labour veut pouvoir tenir sa promesse de fermer la page de manière positive sur les années Corbyn », a déclaré Nicholas Potter de la Fondation Amadeu Antonio, un observatoire du racisme dont le siège est à Berlin, au Chronicle.

Deux jours avant la diffusion de la vidéo, Starmer avait partagé sur Twitter une photo de lui au monument avec le texte : « Nous devons toujours nous souvenir des millions de Juifs qui ont été assassinés et qui ont été persécutés en raison de qui ils étaient ».

Un porte-parole du parti Travailliste a indiqué au Chronicle que le mémorial aux Juifs assassinés d’Europe avait été intégré dans la vidéo précisément en raison de la réaction de Starmer suite à sa visite.

« Cette visite au mémorial a été une expérience vraiment bouleversante pour Keir Starmer et c’est la raison pour laquelle il a voulu l’intégrer dans la vidéo de son séjour à Berlin », a expliqué le porte-parole. « Keir s’est aussi entretenu avec les médias au sujet de sa visite, de la puissance du mémorial et des raisons pour lesquelles nous ne devrons jamais oublier la Shoah ».

Ruth Smeeth, ancien député juif du Labour et critique féroce de Corbyn, a pris la défense de Starmer sur Twitter en écrivant que ce dernier « a des antécédents dont il peut être fier dans la lutte contre l’antisémitisme. Il s’est rendu au mémorial de la Shoah et il en a parlé à ce moment-là. Cette attaque est non seulement une mauvaise chose mais elle est aussi complètement malhonnête et profondément injuste. Il s’agit de tentatives visant à politiser quelque chose qui ne devrait tout simplement pas l’être ».

D’autres lieux de Berlin apparaissent aussi dans cette vidéo mise en cause, des sites aisément reconnaissables pour les touristes britanniques : la porte de Brandenburg, les vestiges du mur de Berlin et le Bundestag, siège du gouvernement. Le mémorial de la Shoah apparaît pendant trois secondes dans le clip, à 1:08 minute.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...