Rechercher

Le cofondateur du Hamas inculpé pour incitation à la haine et soutien au terrorisme

Hassan Youssef, haut-responsable du groupe terroriste en Cisjordanie, est connu aussi pour être le père du Prince vert, Mossab Hassan

Hassan Youssef s'adresse aux médias après sa libération d'une prison israélienne, à Ramallah, en Cisjordanie, le 19 janvier 2014. (Crédit : Majdi Mohammad / AP)
Hassan Youssef s'adresse aux médias après sa libération d'une prison israélienne, à Ramallah, en Cisjordanie, le 19 janvier 2014. (Crédit : Majdi Mohammad / AP)

La co-fondateur du groupe terroriste palestinien du Hamas, Hassan Youssef, va être mis en examen dans les prochains jours pour ses incitation au terrorisme et pour son soutien apporté à un groupe terroriste par un tribunal militaire, a annoncé la police israélienne dans la journée de dimanche.

Youssef, haut-responsable de la division du Hamas en Cisjordanie, est considéré comme relativement modéré au sein de l’appareil idéologique du groupe terroriste. Depuis qu’il a aidé à fonder le groupe terroriste du Hamas dans les années 1980, Youssef a été arrêté à maintes reprises et il passé des années dans les prisons israéliennes – souvent dans le cadre d’une détention administrative.

Les forces israéliennes ont arrêté Youssef à la mi-décembre dans le cadre d’opérations menées après des attentats terroristes palestiniens. Des dizaines de personnes avaient été appréhendées à ce moment-là. Dans son communiqué de dimanche, la police fait le lien entre l’arrestation de Youssef et un discours qu’il avait prononcé dans le sillage d’un attentat qui avait été commis dans la Vieille Ville de Jérusalem.

A la mi-décembre, Fadi Abu Shkhaydam, membre du Hamas, avait ouvert le feu sur des passants dans la Vieille Ville, tuant un civil israélien, Eli Kay, avant d’être abattu. Youssef s’était ensuite rendu auprès de la famille de Shkhaydam, en deuil, et avait tenu un discours féroce.

Eliyahu David Kay, tué dans un attentat terroriste à Jérusalem le 21 novembre 2021. (Crédit : Instagram / HaShomer HaChadash)

« Le suspect est arrivé à la tente funéraire qui avait été dressée par la famille du terroriste, l’auteur des coups de feu, et il a salué les actes du terroriste et même transmis les condoléances du Hamas à la famille », a fait savoir la police.

Il est difficile de dire quelles enquêtes a effectué la police, au cours des dernières semaines, pour établir clairement les crimes commis par Youssef dans la mesure où l’homme est ouvertement membre du groupe terroriste et qu’il s’exprime régulièrement en son nom – il l’a fait dans le passé auprès du Times of Israël. Le discours auquel la police fait référence avait été diffusé sur Facebook.

« Nous irons de l’avant et aucune force, sur cette Terre, ne pourra briser notre volonté », avait déclaré Youssef, disant à la famille Abu Shkhaydam qu’il était venu en tant que représentant des responsables du Hamas.

Le Hamas, de son côté, affirme que Youssef ne mène des activités que dans le cadre de son aile politique, sans être aucunement impliqué dans son aile militaire ou dans les opérations terroristes. Les deux branches cherchent ouvertement à détruire Israël.

Fadi Abu Shkhaydam, considéré comme le terroriste qui a tué un civil israélien et en a blessé quatre autres lors d’une fusillade dans la vieille ville de Jérusalem-Est, le dimanche 21 novembre 2021 (Facebook).

Yousef est le père du « Prince vert », Mossab Hassan Youssef, qui a travaillé pendant 10 ans en tant qu’informateur pour l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet. Youssef s’est converti au christianisme et a été désavoué par son père. Youssef est devenu célèbre en racontant son expérience dans un livre, et plus récemment dans un film, « Le Prince vert ».

Mossab Youssef, fils du fondateur du Hamas le cheikh Hassan Youssef, à une conférence de presse à Jérusalem le 19 juin 2012 (Crédit photo : Yonatan Sindel/Flash90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...