Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Le Croissant-Rouge palestinien accuse Israël d’avoir utilisé « un camion d’aide » pour sauver des otages

"Cela met en danger la sécurité des équipes humanitaires", a indiqué le Croissant-Rouge ; l'armée israélienne a qualifié de "mensonges" ces allégations

Un véhicule de la Croix-Rouge traversant le point de passage de Rafah avec l'Égypte, lors de la libération d'otages, le 29 novembre 2023. (Crédit : AFP)
Un véhicule de la Croix-Rouge traversant le point de passage de Rafah avec l'Égypte, lors de la libération d'otages, le 29 novembre 2023. (Crédit : AFP)

Le Croissant-Rouge palestinien a accusé lundi l’armée israélienne « d’avoir utilisé » samedi « un camion d’aide humanitaire » pour s’infiltrer dans le camp de Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, lors d’une opération ayant débouché sur la libération de quatre otages israéliens.

« Les forces d’occupation ont trompé les gens en se dissimulant sous la protection d’une aide dont les civils ont un besoin éperdu », poursuit le communiqué. « Cela met en danger la sécurité des équipes humanitaires », indique le Croissant-Rouge, car un tel précédent soulève le risque que les travailleurs humanitaires soient désormais perçus avec suspicion, a déclaré Nebal Farsakh, porte-parole du Croissant-Rouge à l’AFP.

Interrogé par l’AFP sur ces accusations, l’armée israélienne a renvoyé à un message publié sur X le 8 juin par un porte-parole qualifiant de « mensonges » des allégations selon lesquelles les soldats israéliens venus libérer les otages étaient entrés dans Nousseirat à bord de camions d’aide humanitaire.

Pris en otages par le Hamas le 7 octobre au festival électro de Nova et détenus dans la bande de Gaza depuis lors, Almog Meir Jan (22 ans), Noa Argamani (26 ans), Andrey Kozlov (27 ans) et Shlomi Ziv (41 ans) ont été sauvés samedi lors d’une opération militaire dans un camp de réfugiés, déclenchant des scènes de joie dans tout Israël. Il resterait encore 116 otages à Gaza. Tous ne sont pas en vie.

En janvier, des agents des forces spéciales israéliennes déguisés en personnel hospitalier avaient abattu trois Palestiniens à l’intérieur de l’hôpital Avicenne de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, l’armée affirmant qu’ils appartenaient à une « cellule terroriste du Hamas ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.