Le Fatah d’Abbas honore le “martyr” terroriste de Jérusalem
Rechercher

Le Fatah d’Abbas honore le “martyr” terroriste de Jérusalem

Le parti du chef de l’AP déclare un jour de deuil pour le terroriste qui a tué 2 Israéliens ; le chef du Hamas félicite ses parents par téléphone

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

La police scientifique israélienne collecte des preuves dans la voiture appartenant à une victime après une attaque à main armée près du siège de la police à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)
La police scientifique israélienne collecte des preuves dans la voiture appartenant à une victime après une attaque à main armée près du siège de la police à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)

Le parti politique du président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas a honoré comme « martyr » l’homme armé qui a tué deux Israéliens dimanche à Jérusalem, et a appelé à une grève générale et un deuil public en sa mémoire.

Le groupe de surveillance des médias palestiniens Palestinian Media Watch (PMW) a noté que l’hommage rendu au terroriste, dont l’identité reste sous embargo en Israël, a été publié sur la page Facebook officielle du Fatah.

« Celui qui a mené l’opération aujourd’hui à Jérusalem est un pèlerin [à la Mecque] martyr, l’une des personnes les plus importantes de Jérusalem et dans la sainte mosquée Al-Aqsa, et un prisonnier libéré », a déclaré le Fatah, selon la traduction depuis l’arabe de PMW.

Les responsables israéliens déplorent depuis longtemps l’incitation et le soutien au terrorisme de l’AP sous forme d’hommages, d’honneurs et de paiements en liquide aux familles des Palestiniens tués pendant des attaques, qui encouragent le terrorisme.

Le terroriste palestinien qui a mené une attaque à main armée et assassiné deux personnes le 9 octobre 2016 à Jérusalem, dans une photographie non datée au mont du Temple de Jérusalem. (Crédit: réseau social)
Le terroriste palestinien qui a mené une attaque à main armée et assassiné deux personnes le 9 octobre 2016 à Jérusalem, dans une photographie non datée au mont du Temple de Jérusalem. (Crédit: réseau social)

Selon PMW, « le Fatah a qualifié le meurtrier de shahid, un martyr islamique, un statut souvent utilisé par les médias officiels de l’AP comme la plus grande réussite à laquelle un musulman peut aspirer. »

Dans un autre post publié sur Facebook, la branche de Jérusalem du Fatah a annoncé une grève générale « à Jérusalem en mémoire des âmes des martyrs de Palestinien et du martyr de ce matin. »

Le message citait un extrait du Coran qui dit que « la permission [de combattre] a été donnée à ceux qui sont combattus, parce qu’ils ont tort. Et en effet, Allah est compétent pour leur donner la victoire. »

Levana Malihi, 60 ans, à gauche, et le policier Yosef Kirma, 29 ans, ont été tués pendant une attaque terroriste à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)
Levana Malihi, 60 ans, à gauche, et le policier Yosef Kirma, 29 ans, ont été tués pendant une attaque terroriste à Jérusalem, le 9 octobre 2016. (Crédit : porte-parole de la police israélienne)

Levana Malihi, Hiérosolomytaine de 60 ans, et le premier sergent Yosef Kirma, 29 ans, ont été tués et six autres personnes blessées quand le terroriste a tiré sur des passants depuis la voiture qu’il conduisait dimanche matin près de la colline des munitions, dans le nord de la capitale. Le tireur, un habitant du quartier de Silwan de Jérusalem Est, a été abattu par la police.

Le Hamas a affirmé que l’homme était un de ses membres. Après avoir semblé revendiquer l’attaque, le groupe terroriste gazaoui a salué l’attaque, « héroïque » et « courageuse ».

Le dirigeant basé au Qatar du groupe, Khaled Meshaal, a appelé dimanche soir les parents du terroriste pour les féliciter, déclarant que ses actions « ont défendu le peuple palestinien. »

Selon les médias palestiniens, il a ajouté que les Palestiniens étaient « fiers » de leur fils, qu’il a donné en « exemple » à ses contemporains. « Le Hamas poursuivra son jihad jusqu’à ce que la Palestine et la mosquée Al-Aqsa soient libérées de toute l’impureté de l’occupation », a-t-il déclaré.

Dans un autre communiqué, Fawzi Barhoum, porte-parole du Hamas, a déclaré que l’attaque était « une réaction naturelle aux crimes et aux violations de l’occupation contre notre peuple. »

Le Jihad islamique palestinien, autre groupe terroriste, a également salué l’attaque, déclarant qu’elle était « héroïque ».

Le département d’Etat américain a condamné l’attaque, déclarant qu’il n’y avait « absolument aucune justification pour prendre des vies innocentes. Nous condamnons également les déclarations glorifiant cette attaque répréhensible et lâche. »

L’attaque a commencé quand le terroriste est passé en voiture devant le siège de la police rue Haim Bar-Lev, une des artères principales de la ville où passe aussi le tramway, et a ouvert le feu sur un groupe de personnes, touchant une femme. Il a continué à grande vitesse par la rue Charles Simon Clermont-Ganneau, où il a tiré et blessé mortellement Malihi.

Après avoir tiré deux fois sur des civils, il s’est dirigé vers le quartier arabe de Sheikh Jarrah, où il a été abattu pendant un échange de tirs avec la police. C’est à ce moment que Kirma a été tué.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...