Le fils de Rabin prévient Trump : le même genre d’ ‘incitations’ a entraîné le meurtre de mon père
Rechercher

Le fils de Rabin prévient Trump : le même genre d’ ‘incitations’ a entraîné le meurtre de mon père

'Trump a qualifié Clinton de ‘diable’, a affirmé que l’élection pouvait être ‘truquée’, a dénigré les religions et remis en cause l’impartialité du système judiciaire', a écrit Yuval Rabin

Yuval Rabin visite le mémorial de son père, le Premier ministre israélien assassiné Yitzhak Rabin, à Tel Aviv, le 22 octobre 2014. (Crédit : Flash90)
Yuval Rabin visite le mémorial de son père, le Premier ministre israélien assassiné Yitzhak Rabin, à Tel Aviv, le 22 octobre 2014. (Crédit : Flash90)

Le fils du Premier ministre israélien assassiné Yitzhak Rabin a déclaré que l’ « affreuse » rhétorique de la campagne de Donald Trump menaçait la démocratie américaine et créait une atmosphère similaire à celle qui a précédé en Israël l’assassinat de son père.

Dans un éditorial publié dimanche dans USA Today, Yuval Rabin a écrit que le récent appel de Trump aux « gens du Deuxième Amendement » relevait du même genre d’ « incitations » à la violence que celles qui ont « entraîné le meurtre » de son père en 1995.

« Plus d’un commentateur en Israël et aux Etats-Unis a indiqué les parallèles entre Israël dans les années 1990 et les Etats-Unis d’aujourd’hui », a écrit Rabin, citant des articles de Haaretz et du New York Times.

Il a ajouté que « Trump a qualifié Clinton, de ‘diable’, a affirmé que l’élection pouvait être ‘truquée’, a dénigré les religions et remis en cause l’impartialité du système judiciaire. Que cela soit intentionnel ou pas, le candidat présidentiel républicain retire de la confiance à la forme démocratique de gouvernance. Si une élection est vue comme illégitime, si ceux qui ont soutenu un candidat sont vus comme moins ‘américains’, alors cela devient acceptable, et même approprié, d’agir à l’extérieur du système politique. »

Donald Trump, candidat républicain à la présidentielle, pendant un meeting de campagne à Concord, en Caroline du Nord, le 7 mars 2016. (Crédit : AFP/Sean Rayford/Getty Images)
Donald Trump, candidat républicain à la présidentielle, pendant un meeting de campagne à Concord, en Caroline du Nord, le 7 mars 2016. (Crédit : AFP/Sean Rayford/Getty Images)

Les remarques faites par Trump la semaine dernière, suggérant que les partisans des armes à feu pourraient agir contre Hillary Clinton si elle « veut abolir » le Deuxième Amendement, le droit de porter des armes, a également poussé le gouverneur du Connecticut Daniel Malloy à faire la comparaison avec l’assassinat de Rabin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...