Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Le gouvernement prépare un nouvel appel d’offres pour l’extraction des minéraux de la mer Morte

La concession actuelle d'extraction de minéraux expirant en 2030, un fonctionnaire indique qu'un nouvel appel d'offres sera lancé l'année prochaine, alors que la zone autour de la masse d'eau salée continue de se dégrader

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Un couple marche sur un îlot de sel formé sur la mer Morte dans la station balnéaire israélienne d'Ein Bokek, le 27 mars 2021. (Crédit : Emmanuel DUNAND / AFP)
Un couple marche sur un îlot de sel formé sur la mer Morte dans la station balnéaire israélienne d'Ein Bokek, le 27 mars 2021. (Crédit : Emmanuel DUNAND / AFP)

Le gouvernement prévoit de terminer la rédaction des documents d’appel d’offres pour l’extraction de minéraux de la mer Morte d’ici la fin de l’année, et de lancer l’appel d’offres l’année prochaine, cinq ans avant l’expiration de la concession actuelle, selon les propos tenus durant une audience qui a eu lieu lundi devant une commission de la Knesset.

La franchise est actuellement détenue par le groupe ICL, anciennement Israel Chemicals Ltd, une filiale de la société Israel Corporation de la famille Ofer, la plus grande société holding du pays.

Une grande partie du succès d’ICL est due à la rentabilité de Dead Sea Works, qui extrait de la potasse riche en potassium, un ingrédient clé des engrais.

Nationalisée en 1951, la société est issue d’une usine privée de potasse établie à la mer Morte en 1930. En 1961, la Knesset a accordé à l’entreprise des droits exclusifs pour les 69 années suivantes afin d’exploiter une grande partie de la mer Morte et d’utiliser une grande partie de la zone environnante pour ses activités. En 1997, l’entreprise a été privatisée.

En 2030, le bail de 69 ans expirera. La nouvelle concession sera d’une durée d’au moins 30 ans.

S’exprimant lors d’une réunion de la commission spéciale de la Knesset sur la jeunesse concernant les activités du gouvernement visant à protéger la mer Morte pour les générations futures, Uri Shasha, comptable général adjoint au ministère des Finances, a refusé de s’exprimer sur une clause du contrat d’origine, qui promet au franchisé existant le droit de préemption sur une nouvelle concession « à des conditions non moins favorables que celles qu’il a l’intention d’offrir à toute autre personne ».

Interrogé par la présidente de la commission, Naama Lazimi (Avoda), qui a suggéré que d’autres entreprises seraient dissuadées de concourir et que l’appel d’offres était « tout ficelé », il a reconnu que la clause était « problématique », mais il a insisté sur le fait que différentes manières de traiter ce problème étaient en cours de discussion et que la clause serait « modérée ». Une façon d’attirer les concurrents serait de couvrir les coûts de la procédure d’appel d’offres, a-t-il expliqué.

Une grande partie de la discussion a porté sur le niveau d’eau de la mer Morte que le prochain franchisé sera tenu de maintenir.

Ce niveau baisse de 1,1 à 1,2 mètre chaque année et la mer (qui est en fait un lac terminal) est aujourd’hui deux fois plus petite qu’en 1976. Cela est dû à l’utilisation par l’homme des sources d’eau douce qui se déversaient autrefois dans la mer Morte et au pompage industriel de la potasse en Israël et en Jordanie. Les usines pompent l’eau de la mer Morte dans de grands bassins, où elle s’évapore, laissant derrière elle du sel et d’autres minéraux.

La mer Morte s’étendait autrefois jusqu’à cette jetée, aujourd’hui échouée sur la rive d’Ein Gedi. (Crédit : Nadav Lensky, Observatoire de la mer Morte, Service géologique d’Israël)

Les hôtels de la mer Morte à Ein Bokek sont situés autour de ce qui ressemble à la mer, mais qui est en réalité un grand bassin d’évaporation.

Il y a une semaine, la même commission a appris que les Jordaniens prévoyaient de construire des bassins d’évaporation supplémentaires et de pomper 50 % d’eau de mer en plus qu’à l’heure actuelle.

Alors que Lazimi et Yorai Lahav-Hertzanu (Yesh Atid) ont insisté sur le fait que la nouvelle franchise devrait inclure l’obligation d’empêcher la mer Morte de continuer à se dégrader, Shasha a déclaré que les raisons de la disparition de la mer Morte étaient complexes et que le processus décisionnel sur la marche à suivre devrait avoir lieu au niveau national.

Il a indiqué que le prochain franchisé serait simplement facturé pour l’eau utilisée. Il n’a pas été en mesure de dire comment les revenus de ces redevances pourraient être réservés pour garantir qu’ils soient consacrés à la réhabilitation de la mer Morte.

La carte montre la mer de Galilée en haut, la ligne du Jourdain, la partie nord de la mer Morte, plus profonde, et, en bas, les bassins d’évaporation. (Crédit : Google Maps)

Au cours des derniers mois, la coalition gouvernementale a décidé de prélever de l’argent sur deux fonds destinés au moins partiellement à des fins environnementales et de les réorienter ailleurs.

Une autre question importante est celle de la fiscalité. Shasha a indiqué que des documents seraient élaborés sur les questions économiques et environnementales, et qu’un nouveau mécanisme fiscal rigoureux serait créé, similaire aux modèles internationaux.

Ces dernières années, ICL a traîné l’État devant les tribunaux à plusieurs reprises pour avoir tenté d’éviter ou de retarder certains paiements.

Le professeur Zohar Gvirtzman, directeur de la commission géologique d’Israël, a recommandé d’adopter une vision positive de la région de la mer Morte telle qu’elle est aujourd’hui du point de vue du tourisme, y compris du tourisme géologique.

Des randonneurs marchent à côté de dolines dans une zone de mer asséchée qui a exposé et créé une plaine salée, à environ 20 kilomètres au sud du kibboutz israélien d’Ein Gedi, dans la partie sud de la mer Morte, le 15 janvier 2021. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

À mesure qu’elle se retire, la mer a laissé derrière elle un terrain stérile surmonté d’une couche de roches salines et a créé en peu de temps un paysage, voire un laboratoire géologique, qui aurait pris beaucoup plus de temps dans des circonstances naturelles.

L’eau douce provenant des pluies hivernales, qui descend des montagnes et pénètre dans la plaine précédemment inondée, a dissous la roche saline souterraine, ouvrant plus de 7 000 gouffres sous la fine croûte terrestre.

Pour rétablir les niveaux d’eau, il faudrait ajouter 750 millions de mètres cubes d’eau par an, a déclaré Gvirtzman, ce qui ne se produira pas.

La décrue des eaux de la mer Morte a révélé de nouvelles formations rocheuses. (Crédit : Noam Bedein)

Même si c’était le cas, les dolines ne disparaîtraient pas mais continueraient à s’ouvrir.

« Si nous parvenions à limiter le déclin à un demi-mètre plutôt qu’à 1,1 mètre par an, qu’y gagnerions-nous ? Cela ne veut pas dire que nous ne devons rien faire. Beaucoup de choses peuvent être faites pour améliorer la situation des touristes et des habitants. Plutôt que de considérer la mer Morte comme un lieu de catastrophe, il convient donc de s’intéresser à son potentiel touristique. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.