Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Le gouvernement vote la succession d’Israel Katz à Eli Cohen aux Affaires étrangères

Le changement, effectué conformément à l'accord d'alternance interne du Likud, requiert l'approbation de la Knesset pour entrer en vigueur

Collage photos : À gauche, le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen ; à droite, le ministre de l'Énergie Israël Katz. (Crédit : AP)
Collage photos : À gauche, le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen ; à droite, le ministre de l'Énergie Israël Katz. (Crédit : AP)

Le cabinet a entériné dimanche la nomination du ministre de l’Énergie, Israel Katz, au poste de ministre des Affaires étrangères, succédant ainsi à Eli Cohen comme chef de la diplomatie israélienne.

Le changement, effectué conformément à l’accord d’alternance interne du Likud conclu l’an dernier avant la mise en place de l’actuel gouvernement de guerre d’urgence, requiert l’approbation de la Knesset pour entrer en vigueur.

En dépit de son départ du ministère des Affaires étrangères, Cohen sera toujours membre du gouvernement de sécurité.

Cohen, qui occupe le poste de ministre des Affaires étrangères depuis que le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu a prêté serment il y a de cela un an, va succéder à Katz au poste de ministre de l’Énergie pour deux ans avant de changer à nouveau de ministre des Affaires étrangères pour la dernière année du mandat du gouvernement, en 2026 – à supposer qu’il tienne jusque là.

Katz entre au ministère à un moment crucial pour la diplomatie israélienne, qui doit soigner les relations internationales de Jérusalem et représenter le pays sur la scène mondiale alors que se déroule la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Cette nomination en dit long sur la politique de Netanyahu depuis quelques années, qui consiste à mettre de côté le ministère des Affaires étrangères en limitant ses compétences et reprenant certaines d’entre elles au sein de ses propres services – tendance qui lui a attiré les reproches de la part de diplomates israéliens ces dernières années.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, assistant à la réunion hebdomadaire du cabinet à la Kirya, à Tel Aviv, le 31 décembre 2023. (Crédit : Abir Sultan/Pool Photo via AP)

Certains experts estiment que ce changement reflète la politique du Premier ministre Benjamin Netanyahu consistant à mettre le ministère des Affaires étrangères à l’écart en réduisant et en centralisant certaines de ses responsabilités au sein de son propre bureau.

Depuis 2015, Netanyahu a supervisé une réduction significative du budget du ministère des Affaires étrangères, ce qui a conduit à des conflits salariaux répétés – dont un en 2019 au cours duquel les ambassades et les consulats israéliens à travers le monde ont fermé en signe de protestation après que le Trésor serait revenu sur des accords antérieurs et aurait déclaré qu’il forcerait les envoyés à rembourser des milliers de dollars qui leur avaient été remboursés pour leurs dépenses.

« L’accord de coalition signé il y a un an, qui prévoyait deux rotations entre Eli Cohen et Israel Katz en tant que ministres des Affaires étrangères, n’avait pas de sens diplomatique avant la guerre de Gaza, et n’en a toujours pas aujourd’hui », a déclaré le Dr. Nimrod Goren, chercheur principal pour les affaires israéliennes à l’Institut du Moyen-Orient et président de Mitvim – l’Institut israélien pour les politiques étrangères régionales.

« Cependant, le fait que cela se déroule comme prévu en temps de guerre, sans craindre que cela puisse nuire à la politique étrangère ou au standing mondial d’Israël, montre la crise du service extérieur israélien », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen donnant une conférence de presse au sujet d’un corridor d’aide humanitaire entre Chypre et la bande de Gaza déchirée par la guerre, à Larnaca, à Chypre, le 20 décembre 2023. (Crédit : Elisa Amouret/AFP)

Il a toutefois estimé que ni l’un ni l’autre des ministres ne « laisserait une marque importante en matière de politique étrangère ».

« Les centres du pouvoir diplomatique se trouvent ailleurs, notamment chez le ministre Ron Dermer, le conseiller à la Sécurité nationale [Tzachi] Hanegbi et, comme toujours, le Premier ministre Netanyahu lui-même », a souligné Goren.

Dermer, qui était à Washington la semaine dernière pour rencontrer le conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan, est un proche confident de Netanyahu qui fait souvent office de quasi-ministre des Affaires étrangères.

La rotation « était idiote dès le départ, même en l’absence de guerre. C’est juste une démonstration du manque total de sérieux [de Netanyahu] envers le travail, la responsabilité, la mission », a déclaré un ancien haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères qui s’est entretenu avec Times of Israel sous couvert d’anonymat.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à gauche, recevant le ministre des Affaires stratégiques Ron Dermer, le 17 août 2023. (Crédit : Secrétaire d’État Blinken, via X)

« Qu’est-ce qu’on peut accomplir en un an ? Cela ressemble à un cirque, pas à un gouvernement. »

« Je pense qu’il est évident qu’aucun gouvernement étranger sérieux ne prendra le ministre des Affaires étrangères au sérieux parce qu’ils sauront qu’il vient d’arriver et qu’il aura à peine défait ses bagages avant de repartir », a ajouté l’ancien fonctionnaire, déclarant que le précédent mandat de Katz en tant que ministre avait été court et peu remarqué.

Peu après avoir été nommé ministre des Affaires étrangères pour la première fois en 2019, Katz avait déclenché une querelle diplomatique avec Varsovie après avoir déclaré publiquement que les Polonais « tètent l’antisémitisme du sein de leur mère », a rappelé l’ancien fonctionnaire.

« Nous sommes fichus parce que Netanyahu a complètement paralysé le corps diplomatique », a déclaré l’ancien fonctionnaire.

Le porte-parole du ministère a refusé de commenter la manière dont le changement de ministres pourrait affecter la politique étrangère d’Israël.

Interrogé à ce sujet, un porte-parole du député Elazar Stern (Yesh Atid), membre de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, a déclaré que pour le gouvernement de Netanyahu, le respect des accords de coalition était « beaucoup plus important que la situation politique et ses effets sur la guerre et la région ».

Les responsables du ministère se sont récemment défendus contre les informations selon lesquelles le ministre des Affaires étrangères sortant, Cohen, avait politisé son bureau en ordonnant prétendument la délivrance de passeports diplomatiques à des membres hauts placés de son parti, le Likud, déclarant aux législateurs au début du mois que les responsables du ministère avaient agi légalement et dans les limites de leur autorité.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.