Le Hamas autorise le personnel de l’ONU et de la Croix-Rouge à quitter Gaza
Rechercher

Le Hamas autorise le personnel de l’ONU et de la Croix-Rouge à quitter Gaza

Le point de passage, fermé après l'assassinat de Mazen Foqaha, reste infranchissable pour les hommes âgés de 18 à 45 ans

Les forces de sécurité du Hamas au point de passage d'Erez, dans le nord de la bande de Gaza, après sa fermeture par le mouvement terroriste, le 26 mars 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Les forces de sécurité du Hamas au point de passage d'Erez, dans le nord de la bande de Gaza, après sa fermeture par le mouvement terroriste, le 26 mars 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Le Hamas, groupe terroriste au pouvoir dans la bande de Gaza, a annoncé samedi autoriser les humanitaires étrangers de l’ONU et de la Croix-Rouge à entrer et sortir de l’enclave, après avoir fermé partiellement le principal point de passage vers Israël.

« Compte tenu des besoins en aide humanitaire à Gaza, le ministère de l’Intérieur [du Hamas] a décidé de permettre aux employés étrangers de l’ONU et de la Croix-Rouge d’entrer et de sortir » de l’enclave palestinienne, a indiqué son porte-parole dans un communiqué.

Pour les autres, les restrictions de circulation sont maintenues et les cas humanitaires urgents seront examinés individuellement, a-t-il ajouté.

Le Hamas a fermé dimanche le principal point de passage vers Israël, Erez, deux jours après l’assassinat de l’un des ses cadres terroristes, crime que le groupe attribue à l’Etat hébreu.

Des membres de la branche armée du Hamas pendant les funérailles de Mazen Foqaha à Gaza Ville, le 25 mars 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des membres de la branche armée du Hamas pendant les funérailles de Mazen Foqaha à Gaza Ville, le 25 mars 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Il a depuis assoupli l’entrée dans l’enclave mais empêche toujours la sortie des hommes âgés de 18 à 45 ans.

Des humanitaires étrangers ont été empêchés de quitter Gaza ces derniers jours, selon une source humanitaire.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, des dizaines de patients palestiniens ont manqué des rendez-vous médicaux en Israël en raison de ces restrictions. Une coalition de 133 ONG de défense des droits de l’Homme a appelé jeudi le Hamas à ouvrir de nouveau le point de passage.

Le Coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen Orient (UNSCO) a suspendu ses missions dans la bande de Gaza « jusqu’à nouvel ordre », a indiqué vendredi une source proche de cette organisation.

Les restrictions imposées par le Hamas nuisent, selon la même source, au travail des humanitaires dans l’enclave.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...