Le Hezbollah et le CPL fustigent les funérailles multireligieuses de Lokman Slim
Rechercher

Le Hezbollah et le CPL fustigent les funérailles multireligieuses de Lokman Slim

Des passages du Coran ont été lus et des hymnes chrétiens entonnés par des hommes religieux des deux grandes communautés du pays n'ont pas plus au groupe terroriste chiite

Des militants, des proches et des religieux se rassemblent et prient autour d'un monument dédié à Lokman Slim lors d'un hommage au militant libanais tué et critique vocal du groupe du Hezbollah, une semaine après avoir été retrouvé mort dans sa voiture avec plusieurs balles dans le corps, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le jeudi 11 février 2021. (Crédit : AP / Hussein Malla)
Des militants, des proches et des religieux se rassemblent et prient autour d'un monument dédié à Lokman Slim lors d'un hommage au militant libanais tué et critique vocal du groupe du Hezbollah, une semaine après avoir été retrouvé mort dans sa voiture avec plusieurs balles dans le corps, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le jeudi 11 février 2021. (Crédit : AP / Hussein Malla)

Les funérailles multi-religieuses en hommage à l’intellectuel et militant libanais Lokman Slim, abattu la semaine dernière au Liban, ont suscité une polémique jeudi sur les réseaux sociaux, des chrétiens et des musulmans proches du mouvement terroriste chiite du Hezbollah critiquant avec virulence la cérémonie.

Le chercheur et essayiste, un musulman chiite engagé en faveur de la laïcité et de la démocratie et fervent opposant au Hezbollah, avait été longtemps critiqué et menacé pour ses positions. Il a été retrouvé mort le 4 février, tué par balle.

Durant l’hommage qui lui a été rendu jeudi, des passages du Coran ont été lus et des hymnes chrétiens entonnés par des hommes religieux des deux grandes communautés du pays.

Si de nombreux Libanais ont salué cette cérémonie comme une expression de la coexistence interreligieuse, les partisans chrétiens et musulmans du Hezbollah et de son allié le Courant patriotique libre (CPL, parti du président chrétien Michel Aoun) ont critiqué la commémoration.

Ali al-Khalil, le religieux chiite qui a lu le Coran pendant l’hommage, a même dû s’excuser publiquement après avoir été attaqué sur les réseaux sociaux par des partisans du Hezbollah.

« Je m’excuse auprès de tous mes frères et soeurs », a déclaré l’homme religieux dans une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux.

« Je n’aurais pas dû (…) me mettre dans une posture qui suscite la suspicion. » « Mon orientation (politique) est connue », a-t-il dit en référence à son soutien au Hezbollah.

Des militants ont vu dans ses excuses une preuve supplémentaire de la pression exercée par le parti chiite sur ses dissidents, mais aussi sur ses sympathisants.

« Ils (le Hezbollah, ndlr) l’ont fait s’excuser parce qu’il avait prié pour Lokman Slim », a déploré la page Facebook du site BlogBaladi.

La cérémonie célébrée dans la banlieue sud de Beyrouth, bastion du groupe terroriste chiite, a rassemblé de nombreux amis, intellectuels, journalistes et diplomates, dont l’ambassadrice américaine Dorothy Shea.

Les partisans du CPL sont également montés au créneau pour dénoncer la lecture d’hymnes chrétiens.

« C’est une hérésie claire et une insulte au sacré », a lancé sur Twitter un homme se présentant comme un partisan du CPL.

« Les rituels chrétiens dictent que les hymnes du Vendredi saint soient entonnés exclusivement lors de funérailles pour des chrétiens », a-t-il argué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...