Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Le Hezbollah tire des dizaines de roquettes sur Meron suite à la frappe sur Baalbek

Aucun blessé ni dégât n'a été signalé en Israël, le groupe terroriste affirmant que la base de contrôle aérien a été visée en réponse aux frappes de Tsahal au Liban de la veille

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

À  gauche : Des roquettes lancées depuis le Liban étant interceptées ; à droite : leur impact à proximité du mont Meron, dans le nord d'Israël, le 27 février 2024. (Crédit : Capture d'écran X)
À gauche : Des roquettes lancées depuis le Liban étant interceptées ; à droite : leur impact à proximité du mont Meron, dans le nord d'Israël, le 27 février 2024. (Crédit : Capture d'écran X)

Des dizaines de roquettes ont été tirées sur un site militaire de Galilée mardi matin, déclenchant des frappes aériennes de représailles à travers le sud du Liban, alors que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah continuait de lancer d’importantes salves de roquettes en réaction aux frappes menées un jour plus tôt à l’intérieur du Liban.

Les derniers échanges entre Israël et le groupe terroriste soutenu par l’Iran ont marqué une escalade significative de la violence dans la région frontalière septentrionale déjà très agitée, ravivant les craintes d’une guerre après des mois de tensions croissantes qui ont été largement maîtrisées.

L’armée israélienne a déclaré qu’environ 35 roquettes avaient été tirées lors de l’attaque, déclenchant des sirènes dans les communautés de Zivon, Sassa, Safsufa et Dovev, des zones proches du mont Meron.

Tsahal a déclaré qu’aucun dégât n’avait été causé à une base de contrôle du trafic aérien située au sommet de la montagne, à quelque huit kilomètres de la frontière libanaise.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux semblaient montrer plusieurs des roquettes interceptées par le système de défense aérienne Dôme de fer, tandis que d’autres semblaient frapper le flanc de la montagne.

Le Hezbollah a revendiqué cette salve, affirmant qu’elle visait la base du mont Meron en représailles aux frappes aériennes israéliennes menées lundi près de Baalbek, dans le nord-est du Liban – les attaques avérées les plus éloignées de la frontière depuis des années -, qui ont tué deux terroristes du Hezbollah.

La base de contrôle du trafic aérien israélien a été prise pour cible par le Hezbollah à de multiples reprises dans le cadre de la guerre en cours, et l’une des attaques a causé de légers dégâts.

Aucun blessé n’a été signalé dans l’attaque de mardi.

Tsahal a déclaré par la suite avoir mené des frappes aériennes contre des sites du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse au tir de roquettes, notamment contre un complexe du Hezbollah et d’autres infrastructures appartenant au groupe terroriste à Jibchit, Mansouri et dans d’autres villages du sud du Liban.

Les troupes ont également bombardé une zone près de Yaroun avec de l’artillerie pour « éliminer une menace ».

Selon les médias libanais, les frappes israéliennes ont touché le village de Baisariyeh, à une trentaine de kilomètres de la frontière israélienne.

Des messages sur les réseaux sociaux ont montré de la fumée s’élevant des sites ciblés.

Le Hezbollah avait précédemment répondu à la frappe israélienne à Baalbek par une salve de soixante roquettes de type « Katioucha » sur le plateau du Golan lundi après-midi. Aucun dégât ni blessé n’a été signalé.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.