Le Likud refuse de retirer des projets de loi de l’ordre du jour à la Knesset
Rechercher

Le Likud refuse de retirer des projets de loi de l’ordre du jour à la Knesset

Les projets de loi prévoient de légaliser les avant-postes et de permettre un nouvel accès aux zones de Cisjordanie évacuées en 2005

Le député du Likud Miki Zohar lors d'une réunion de la commission des affaires intérieures à la Knesset à Jérusalem, le 20 février 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le député du Likud Miki Zohar lors d'une réunion de la commission des affaires intérieures à la Knesset à Jérusalem, le 20 février 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le président de la coalition Miki Zohar (Likud) a refusé la demande du ministre de la Défense Benny Gantz de retirer de l’ordre du jour de la Knesset deux projets de loi relatifs aux avant-postes et aux implantations de Cisjordanie, dans un contexte de sécurité tendu avec les Palestiniens.

Zohar a souligné que « ce sont des lois très importantes pour le renforcement des implantations en Terre d’Israël et nous ne devons pas succomber aux diverses pressions. »

Invoquant la situation sécuritaire précaire, Gantz avait en effet demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu de retirer les projets de loi de l’agenda de la Knesset.

Gantz avait appelé à un « leadership responsable » et à éviter les étapes qui aggraveront une situation tendue.

Si l’un des projets de loi venait à franchir le vote préliminaire de lundi, il doit encore passer trois autres lectures pour avoir force de loi.

Les projets de loi prévoient de légaliser les avant-postes et de permettre un nouvel accès aux zones de Cisjordanie évacuées en 2005.

Les votes sur le texte d’aujourd’hui sont surtout considérés comme une tentative du Likud de diviser le « bloc du changement » qui est composé de partis de droite, centristes et de gauche, et qui serait sur le point de bâtir une coalition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...