Le nouveau Custode de Terre Sainte en visite à Jaffa
Rechercher

Le nouveau Custode de Terre Sainte en visite à Jaffa

Après Jérusalem, le père Francesco Patton a rencontré les chrétiens dans la Vieille Ville de Jaffa

Le père Francesco Patton (au centre), nouveau Custode de Terre Sainte, à Jaffa, le 11 juin 2016. (Crédit : Héloïse Fayet/Times of Israel)
Le père Francesco Patton (au centre), nouveau Custode de Terre Sainte, à Jaffa, le 11 juin 2016. (Crédit : Héloïse Fayet/Times of Israel)

Fidèles fréquentant régulièrement les églises de Jaffa ou simples touristes, ils étaient nombreux à accueillir le nouveau Custode de Terre Sainte, le père Francesco Patton, samedi 11 juin à Jaffa.

Accompagné de moines franciscains, il s’est rendu à l’église Saint-Pierre, principale attraction chrétienne de Jaffa et haut-lieu religieux : pour les catholiques, c’est là que Saint-Pierre aurait reçu les clefs du Paradis. Puis, entouré de curieux, il s’est laissé prendre au jeu des photos à l’extérieur de l’église, au milieu des échoppes de souvenirs.

Gardien des Lieux Saints pour la religion catholique en Israël, en Palestine, en Syrie, au Liban et à Chypre, la mission de Patton est « délicate », comme l’a déclaré un des moines lors de la messe animée en fin de journée.

« Délicate, mais pas difficile : ce sont les mots qu’il a choisis », a-t-il ajouté. Une nuance subtile, montrant la volonté de cet Italien, âgé de 52 ans, mais la mission reste tout de même périlleuse : nulle part ailleurs dans le monde les chrétiens ne sont plus menacés que sur leur terre d’origine.

Avant Jaffa, le Custode s’était rendu à Jérusalem et à Bethléem, deux lieux saints où le pèlerinage est parfois difficile d’accès.

Les scouts catholiques de Jérusalem paradent dans les rues de Jaffa lors de la procession de Saint Antoine de Padoue, le 11 juin 2016. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)
Les scouts catholiques de Jérusalem paradent dans les rues de Jaffa lors de la procession de Saint Antoine de Padoue, le 11 juin 2016. (Crédits : Héloïse Fayet / Times of Israel)

Fête paroissiale et messages politiques

Heureux hasard du calendrier, ce samedi accueillait aussi la procession annuelle de St Antoine de Padoue, patron de la paroisse St Antoine de Jaffa. Dans une ambiance joyeuse et animée par deux fanfares, de Jaffa et de Jérusalem, des centaines de paroissiens ont défilé dans les rues de la ville. Des Arabes chrétiens, mais surtout des immigrés asiatiques catholiques, travaillant en Israël.

Quelques touristes se sont également laissés porter par la foule, comme Tania et sa mère, venues de Suisse.

« On voulait simplement visiter Jaffa, et on est surprises de voir autant de chrétiens et d’églises en dehors de Jérusalem », confie Tania au Times of Israël. Elles n’étaient pas au courant de la venue du Custode, mais sont « ravies de la ferveur chrétienne ici ».

Une ferveur poussée jusqu’à l’habillement des enfants : autour de leur mère, une Philippine en Israël depuis quelques années, frères et sœurs sont habillés comme des moines franciscains et récitent des prières pendant la procession.

Le défilé s’est terminé à l’école Terra Santa, au cœur de Jaffa, qui est gérée par la Custodie franciscaine et accueille majoritairement des Arabes chrétiens pour des cours en arabe. Dans la cour de l’école, dominée par l’église Saint-Antoine, plusieurs centaines de paroissiens sont rassemblés pour une messe polyglotte : les rituels se font en anglais et en arabe, et les lectures en anglais, arabe, français, tagalog (la langue la plus parlée aux Philippines) et même en hébreu.

Animée par plusieurs prêtres catholiques et dirigée par le père Patton, tous ont salué sa présence et lui ont souhaité la bienvenue, en assurant « prier pour lui ».

Des représentants politiques étaient également présents, et distingués dans les messages des prêtres : l’ambassadeur d’Espagne, du Kenya, mais aussi des Philippines et d’Italie, ainsi que des dignitaires d’autres Eglises (grecque orthodoxe et copte).

A la fin de la messe, un représentant de la communauté arabe chrétienne de Jaffa a également souhaité la bienvenue au nouveau Custode à la fin de la messe, insistant sur le besoin de « guidance spirituelle » requis par la communauté, mais aussi et surtout de soutien concret : « nous sommes isolés au milieu d’autres croyances, et nous voulons empêcher le départ de nos fidèles vers Jérusalem ou d’autres lieux » où la coexistence religieuse est plus forte, a-t-il déclaré.

Le nouveau Custode achèvera sa tournée à Nazareth, la plus grande ville arabe chrétienne d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...