Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Le Parlement suisse interdit les symboles extrémistes

Le Conseil national a voté à 133 contre 38 en faveur de la prohibition de l'affichage des images à caractère extrémiste, incitant à la violence et racistes

Illustration : Le Parlement suisse, à Berne, le 15 août 2022. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP)
Illustration : Le Parlement suisse, à Berne, le 15 août 2022. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP)

Les symboles extrémistes, notamment nazis, jusqu’alors tolérés dans l’espace public en Suisse s’ils n’avaient pas pour but d’inciter à la haine mais d’exprimer une opinion personnelle, ont été interdits mercredi par le Parlement.

La chambre basse, le Conseil national, a en effet voté par 133 voix contre 38 en faveur de la prohibition de l’affichage des images à caractère extrémiste, incitant à la violence et racistes. Une telle mesure avait déjà été adoptée en décembre par le Conseil des États, la chambre haute.

La Suisse, qui est restée neutre pendant la Seconde Guerre mondiale, a subi des pressions pour s’aligner sur un certain nombre d’autres pays européens en interdisant les symboles nazis, à l’instar de l’Allemagne, de la Pologne et de plusieurs autres États d’Europe de l’Est où cette interdiction est totale.

Cela concerne également les gestes, les paroles, les salutations ou les drapeaux.

Drapeau SS « sur le pare-brise » 

Le Conseil national a également voté par 132 voix contre 40 pour que cette nouvelle législation soit introduite par étapes, une démarche soutenue par le gouvernement.

Illustration : Une croix gammée dessinée sur une affiche électorale de l’Union démocratique du centre (UDC) anti-immigrés, dans le centre de Zurich, le 18 octobre 2003. (Crédit : Jean-Philippe Ksiazek/AFP)

La proscription des symboles nazis, facilement identifiables, pourrait en effet être rapidement mise en œuvre, tandis que d’autres symboles racistes et extrémistes pourraient être identifiés et interdits ultérieurement.

« Nous ne voulons pas de croix gammée ou de salut hitlérien dans notre pays, jamais ! », a lancé le député écologiste Raphaël Mahaïm, selon lequel « il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de bonnes raisons d’arborer une croix gammée ou un autre symbole de l’idéologie nazie, à l’origine des pages les plus sombres de l’Histoire de l’humanité ».

« Aujourd’hui, en Suisse, il est possible, il est même permis, de déployer un drapeau avec une croix gammée sur son balcon. Il est possible de mettre un drapeau à l’effigie des SS sur le pare-brise de sa voiture. Il est possible de faire le salut hitlérien dans l’espace public », a-t-il ajouté.

« De telles actions ne sont pas punissables si elles n’ont pas pour but de propager cette idéologie, d’attiser la haine, d’atteindre le public mais si elles sont ‘uniquement’ destinées à afficher une sympathie pour l’idéologie nazie », a poursuivi le député. Avant de juger que « cette situation est intolérable ».

« Il y a unanimité, ou presque, sur la question des symboles mortifères de l’idéologie nazie ; en revanche, la question sera beaucoup plus difficile à traiter pour les autres symboles extrémistes. Qu’en est-il par exemple du symbole ‘Z’ de l’armée d’agression de [Vladimir] Poutine [en Ukraine] ? Qu’en est-il du symbole du Ku Klux Klan ? Qu’en est-il du symbole de la faucille et du marteau ? », s’est-il interrogé.

« Autant de débats délicats que nous devrons avoir, bien sûr, car ce sont des symboles extrémistes qu’il faut aussi traiter dans la loi mais des débats qui seront plus difficiles », a poursuivi Mahaïm.

Antisémitisme « rampant » 

Le ministre suisse de la Justice, Beat Jans, a de son côté souligné que si le gouvernement – le Conseil fédéral – avait jusqu’ici misé sur la prévention en tant que principal rempart dans la lutte contre le racisme, il estimait désormais que des dispositions juridiques étaient nécessaires et qu’il fallait en particulier pouvoir infliger des amendes.

Le nombre des « incidents antisémites, en particulier ceux impliquant l’utilisation de symboles nazis », a « fortement augmenté ces derniers temps », a-t-il déploré.

Mercredi, les votes contre et les abstentions sont tous venus de l’Union démocratique du centre (UDC, droite populiste), la formation la plus importante dans la chambre basse.

La députée Barbara Steinemann (UDC) a par exemple jugé que la Suisse avait réussi à contenir l’extrémisme et que celui-ci se cantonnait à « quelques cinglés insignifiants ».

Et de considérer que la symbolique nazie n’y a connu un essor que depuis le début de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza en octobre dernier sous « l’influence de l’immigration en provenance de cultures non européennes ».

Son interdiction n’empêchera pas un antisémitisme « rampant » dans les universités et les « milieux intellectuels », a à cet égard averti Steinemann.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.