Rechercher

Le patriarche de Constantinople : « je suis une cible pour la Russie »

Le Patriarcat de Constantinople a reconnu en octobre 2018 l'Eglise indépendante d'Ukraine, provoquant la colère de l'Eglise orthodoxe de Moscou

Le patriarche de Constantinople Bartholomée. (Crédit : Creative Commons/Wikimedia)
Le patriarche de Constantinople Bartholomée. (Crédit : Creative Commons/Wikimedia)

Le patriarche de Constantinople Bartholomée, le plus prestigieux dignitaire des Eglises orthodoxes et qui a reconnu en 2018 l’Eglise indépendante d’Ukraine, affirme être devenu « une cible pour Moscou ».

« Notre patriarcat et moi-même, en tant que personne, sommes devenus une cible », a déclaré Bartholomée dans un entretien à la chaine de télévision CNN Türk mercredi soir.

L’attribution par le patriarcat œcuménique de Constantinople, dont le siège est à Istanbul, du statut d’Eglise « autocéphale », c’est-à-dire indépendante, à l’Eglise orthodoxe d’Ukraine a mis la Russie en colère au point qu’elle veuille s’en prendre à lui, explique-t-il.

« Nous voyons aujourd’hui à quel point nous avons eu raison d’agir ainsi(…) Nous aimerions cependant que l’Etat et l’Eglise russes ne nous montrent pas autant d’animosité, à moi et au patriarcat, et qu’ils acceptent cette décision ».

« Mais ce n’est pas le cas, notre patriarcat et moi-même, en tant que personne, sommes devenus une cible ».

Bartholomée dit avoir rendu visite au consulat d’Ukraine à Istanbul pour exprimer son soutien et s’est entretenu par téléphone avec le président Volodymyr Zelensky.

« Il nous a demandé de prier et nous le ferons avec joie », ajoute-t-il.

« Il donne un tel exemple à son peuple. Ils ne veulent pas se rendre et ils ont raison. Pourquoi abandonner leur liberté à l’occupant ? », insiste encore Bartholomée.

A propos du président russe et de l’invasion de l’Ukraine, il ajoute : Vladimir « Poutine est très intelligent, très dynamique. Comment a-t-il pu décider une telle chose ? Maintenant tout le monde le déteste ».

Le Patriarcat de Constantinople a reconnu en octobre 2018 l’Eglise indépendante d’Ukraine, provoquant la colère de l’Eglise orthodoxe de Moscou qui a dénoncé un « schisme » et rompu ses liens avec Constantinople.

Plusieurs autres églises orthodoxes se sont abstenues de reconnaître cette nouvelle autocéphalie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...