Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Netanyahu à d’anciens officiers US : l’Iran entend conquérir la Jordanie et l’Arabie saoudite

Netanyahu a expliqué que la destruction du Hamas était la première étape pour "saborder" les plans iraniens de domination du Moyen-Orient

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) s'entretient avec une délégation d'anciens généraux et amiraux américains en visite, à Jérusalem, le 27 juin 2024. (Crédit : Maayan Toaf/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) s'entretient avec une délégation d'anciens généraux et amiraux américains en visite, à Jérusalem, le 27 juin 2024. (Crédit : Maayan Toaf/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a expliqué, jeudi, à d’anciens généraux et amiraux américains actuellement en visite en Israël, que l’Iran avait l’intention de renverser des régimes du Moyen-Orient comme la Jordanie ou l’Arabie saoudite, et que la première étape pour contrecarrer ce plan était la victoire sur le Hamas.

Lors d’une réunion au siège du ministère de la Défense de Tel Aviv, Netanyahu a déclaré à la délégation envoyée par le Jewish Institute for National Security of America que le conflit ouvert sur « sept fronts » était l’œuvre de l’ennemi juré d’Israël, l’Iran, pour conquérir ses voisins régionaux, à commencer par la Jordanie.

« Leur objectif est d’avoir une offensive terrestre sur plusieurs fronts, couplée à des bombardements de missiles. Nous avons l’occasion de contrecarrer ces plans », a expliqué Netanyahu. « La première chose à faire est de couper cette main, le Hamas. »

« Les gens qui nous ont fait ça ne seront plus là », a-t-il promis en parlant manifestement du massacre du 7 octobre et des attaques dont Israël fait l’objet de la part des mandataires iraniens dans la région. « Nous avons devant nous un long combat – enfin, pas si long que ça – mais nous finirons par nous en débarrasser. »

Netanyahu a ajouté qu’Israël devait également « faire en sorte de dissuader les autres éléments de l’axe terroriste iranien », en faisant allusion aux mandataires iraniens opérant au Moyen-Orient.

« Mais nous devons traiter avec l’axe », a-t-il déclaré, affirmant que l’alliance soutenue par l’Iran était « en marche pour conquérir le Moyen-Orient… pour conquérir l’Arabie saoudite, conquérir la péninsule arabique. »

« Ce n’est qu’une question de temps », a-t-il ajouté.

« Qu’est-ce qui se dresse sur son chemin ? », a-t-il interrogé. « Les ‘petits Satans’ – c’est nous », a-t-il ajouté, en référence au surnom désobligeant que l’Iran donne à Israël.

Netanyahu a déclaré que l’Iran prévoyait de s’en prendre plus tard aux « Satan de taille moyenne » – c’est-à-dire l’Europe – puis au « Grand Satan » américain.

La guerre a éclaté le 7 octobre dernier, lorsque des terroristes dirigés par le Hamas ont saccagé les communautés du sud à l’intérieur desquelles ils ont brutalement assassiné 1 200 personnes et fait 251 otages. Depuis lors, groupes terroristes et milices soutenus par l’Iran au Liban, en Syrie, en Irak et au Yémen lancent drones et roquettes sur Israël, officiellement par solidarité avec les Palestiniens de Gaza.

Depuis le 8 octobre dernier, les forces dirigées par le Hezbollah au Liban attaquent presque quotidiennement les communautés israéliennes et postes militaires situés le long de la frontière, et les rebelles houthis, pour leur part, s’en prennent aux navires commerciaux naviguant en mer Rouge et lancent épisodiquement des missiles et des drones sur Israël.

Dans la nuit du 13 au 14 avril dernier, l’Iran a lancé sa toute première attaque directe de missiles et de drones contre Israël en réponse à une frappe israélienne présumée à Damas responsable de la mort d’un haut commandant du CGRI. Par ailleurs, Téhéran fait clandestinement entrer des armes en Cisjordanie pour soutenir les groupes terroristes palestiniens qui y opèrent.

Une guerre entre Israël et le Hezbollah pourrait s’avérer proprement dévastatrice pour Israël et le Liban et entraîner de très importantes pertes civiles. L’arsenal de roquettes du Hezbollah est beaucoup plus important et robuste que celui du Hamas.

Une escalade du conflit à la frontière nord pourrait attirer d’autres groupes terroristes soutenus par l’Iran dans la région, ainsi que Téhéran directement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.