Le rabbin condamné pour crimes sexuels distingué pour la fête de Lag BaOmer
Rechercher

Le rabbin condamné pour crimes sexuels distingué pour la fête de Lag BaOmer

La présence d'Eliezer Berland, incarcéré pour attentat à la pudeur et agression, notamment sur mineure, qui devrait allumer un feu de joie à Meron, suscite l'indignation

Rabbi Eliezer Berland couvert de son châle de prière à la Cour de première instance de Jérusalem à Jérusalem le 1er août 2016 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Rabbi Eliezer Berland couvert de son châle de prière à la Cour de première instance de Jérusalem à Jérusalem le 1er août 2016 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Un rabbin condamné pour délits sexuels, notamment sur mineure, devrait être distingué lors de la fête annuelle de Lag BaOmer sur un site de pèlerinage mercredi soir dans le nord d’Israël, suscitant l’indignation.

Eliezer Berland, 80 ans, qui a passé cinq mois derrière les barreaux après avoir été condamné à 18 mois alors qu’il avait échappé aux arrestations pendant trois ans, figurera parmi les 20 rabbins qui allumeront un feu de joie sur la tombe du rabbin Shimon Bar Yohai à Meron, où des centaines de milliers de fidèles devraient se rassembler mercredi soir et jeudi.

Le ministère des Affaires religieuses, qui contribue à hauteur d’environ 15 millions de shekels au financement des cérémonies de Meron, a condamné la participation de Berland mais insisté sur le fait qu’il ne pouvait rien faire dans la mesure où ce festival annuel relève de la compétence de la police.

La police a démenti cette affirmation du ministère dans un communiqué, disant qu’elle n’était responsable que de la sécurisation de l’événement. La police israélienne « ne détermine pas l’identité des participants et de ceux qui allumeront le feu, et dans la mesure où [la présence de Berland ne constitue pas une violation des lois d’Israël], les propos tenus à l’égard de la police par le ministère sont donc déplacés et peu clairs dans leur ensemble », a-t-elle fait savoir.

L’une des victimes de Berland, qui a été identifiée sous le nom d’Adèle, a déclaré au site internet Walla que faire appel aux services du rabbin lors de cette cérémonie religieuse était une « honte » et elle a demandé au ministère et aux forces de l’ordre de l’empêcher d’intervenir.

« C’est une honte qu’un agresseur sexuel condamné et un homme à femmes obsessionnel ose paraître à la place d’honneur au tombeau de l’homme qui, par dessus tout, symbolise dans la tradition juive le caractère sacré de la pudeur. N’y a-t-il aucune limite à l’absurdité ? », s’est-elle interrogée.

Le groupe rabbinique Beit Hillel a appelé les grands rabbins d’Israël ainsi que tous les rabbins israéliens à se joindre « pour lancer un appel pour empêcher la profanation du nom de Dieu lors d’un allumage public au tombeau de Rashbi [le rabbin Shimon Bar Yochai] par Eliezer Berland, l’homme qui a été condamné ».

Des Juifs ultra-orthodoxes à côté d’un feu de joie durant les célébrations de la fête juive de Lag BOmer dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 25 mai 2016 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Berland avait été condamné à 18 mois de prison en novembre 2016 après avoir été condamné pour deux chefs d’accusation d’attentat à la pudeur et d’agression dans le cadre d’un arrangement. Il avait été libéré après cinq mois d’incarcération, en partie pour raison de santé.

Longtemps considéré comme un chef de culte aux yeux de milliers de fidèles issus de la secte Breslev, Berland avait fui Israël en 2013 après qu’il a été accusé d’avoir agressé deux femmes, dont l’une était mineure.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...