Le sommet de Varsovie a confirmé que l’Iran est le problème majeur – al-Jubeir
Rechercher

Le sommet de Varsovie a confirmé que l’Iran est le problème majeur – al-Jubeir

Adel al-Jubeir a répété le soutien saoudien à l'Initiative de paix arabe, ajoutant que tout le monde, au sommet, a convenu que Téhéran sape "la sécurité et la stabilité" régionales

Le ministre des affaires étrangères saoudien Adel Al-Jubeir lors du 14ème dialogue de Manama de l'IISS (institut international d'études stratégiques) dans la capitale du Bahreïn, Manama, le 27 octobre 2018 (Crédit :  Stringer/AFP)
Le ministre des affaires étrangères saoudien Adel Al-Jubeir lors du 14ème dialogue de Manama de l'IISS (institut international d'études stratégiques) dans la capitale du Bahreïn, Manama, le 27 octobre 2018 (Crédit : Stringer/AFP)

Le chef de la délégation saoudienne ayant pris part à la conférence sur le Moyen-Orient à Varsovie, la semaine dernière – un événement conjointement organisé par les Etats-Unis et la Pologne – a expliqué que toutes les parties présentes avaient convenu que le plus grand défi que doit affronter la région est l’Iran.

Adel al-Jubeir, ministre saoudien d’Etat aux Affaires étrangères, a écrit sur Twitter, ce week-end, que « tout le monde » avait reconnu lors du sommet qui s’est déroulé dans la capitale polonaise que le principal défi à relever au Moyen-Orient était « le rôle de l’Iran dans la déstabilisation de la sécurité et de la stabilité dans la région. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le vice-président américain Mike Pence, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo et de hauts-responsables de dix pays arabes ont participé à cette conférence.

Ce sommet a semblé marquer la toute première fois où un leader israélien et de hauts-responsables arabes ont siégé ensemble à l’occasion d’une conférence internationale consacrée au Moyen-Orient depuis la conférence de paix de Madrid en 1991, qui avait ouvert la voie aux accords historiques d’Oslo entre l’Etat juif et les Palestiniens.

L’ancien négociateur pour la paix au Moyen-Orient Dennis Ross et des responsables arabes durant une réunion au sommet de Varsovie, le 14 février 2019 (Capture d’écran : YouTube)

Une vidéo d’une session à huis-clos diffusée par le bureau de Netanyahu a montré Jubeir, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Khalid bin Ahmed Al Khalifa, et celui des Emirats arabes unis Sheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan critiquer avec dureté la politique iranienne au Moyen-Orient.

Jubeir a particulièrement fustigé l’Iran pour son soutien apporté aux groupes terroristes de toute la région.

« Regardez les Palestiniens : Qui soutient le Hamas et le Jihad islamique et coupe l’herbe sous le pied de l’Autorité palestinienne ? L’Iran », dit-il dans la vidéo qui a fuité, se référant aux groupes terroristes basés à Gaza.

« Nous ne pouvons stabiliser la région sans la paix entre les Israéliens et les Palestiniens mais où que nous nous rendons, nous retrouvons le comportement maléfique de l’Iran », continue-t-il.

Le ministre des Affaires étrangères polonais Jacek Czaputowicz, le vice-président américain Mike Pence, le président polonais Andrzej Duda, Benjamin Netanyahu, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo à la Conférence sur la sécurité au Moyen-Orient à Varsovie, le 13 février 2019. (Crédit : Janek SKARZYNSKI / AFP)

Jubeir, qui a été ministre saoudien des Affaires étrangères jusqu’à la fin de l’année dernière, a également écrit sur Twitter que le royaume soutient encore l’Initiative de paix arabe.

« La conférence de Varsovie a traité de la question palestinienne et j’y ai fait clairement part de la fermeté de la position du royaume sur le problème des Palestiniens, une position qui se base sur l’Initiative de paix arabe », a-t-il tweeté.

L’Initiative de paix arabe appelle Israël à accepter une solution à deux états dans les frontières de 1967 et à trouver une solution « juste » à la question des réfugiés palestiniens contre une normalisation des relations entre les États arabes et l’Etat juif, et la déclaration de la fin du conflit arabe-israélien.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le prince héritier Mohammed Bin Salman à Ryad, le 12 février 2019 (Crédit : Wafa)

Hussein al-Sheikh, un proche du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a salué Jubeir pour sa publication en référence à l’Initiative de paix arabe.

« La position ferme du royaume d’Arabie saoudite dans son adhésion à l’Initiative arabe de paix est digne d’un grand respect », a-t-il écrit.

Les Palestiniens ont boycotté le sommet de Varsovie. Le ministère des Affaires étrangères de l’AP s’est référé à la conférence en évoquant « une conspiration américaine qui a pour objectif de faire adopter aux participants le point de vue des Etats-Unis sur la région et en particulier sur la question Palestinienne ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, salue le ministre des affaires étrangères d’Oman, Yusuf bin Alawi bin Abdullah, en marge d’une conférence régionale sur le Moyen-Orient à Varsovie, le 13 février 2018 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

De plus, le ministre des Affaires étrangères d’Oman, Yusuf bin Alawi, a déclaré au journal allemand Deutsche Welle dans un entretien qui a été publié samedi que Mascate considère qu’Israël « est un pays parmi les pays du Moyen-Orient depuis une certaine période de temps ».

Bin Alawi et Netanyahu se sont rencontrés jeudi à l’hôtel Intercontinental de Varsovie, où séjournait le Premier ministre israélien.

Netanyahu s’était rendu au mois d’octobre à Oman, où il avait rencontré le Sultan Qaboos bin Said à Mascate. Il a été le premier chef de gouvernement israélien à effectuer une visite publique à Oman en plus de deux décennies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...