Le terroriste de Kiryat Arba souhaitait mourir, d’après ses posts Facebook
Rechercher

Le terroriste de Kiryat Arba souhaitait mourir, d’après ses posts Facebook

Muhammad Tarayrah, 17 ans, qui a poignardé à mort dans son lit Hallel Ariel, 13 ans, portait le deuil d’un ami tué pendant une attaque

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Muhammad Nasser Tarayrah, 17 ans, du village palestinien de Bani Naim, est le terroriste qui a tué Hallel Yaffa Ariel, 13 ans, dans sa chambre à Kiryat Arba le 30 juin 2016. (Crédit : Facebook)
Muhammad Nasser Tarayrah, 17 ans, du village palestinien de Bani Naim, est le terroriste qui a tué Hallel Yaffa Ariel, 13 ans, dans sa chambre à Kiryat Arba le 30 juin 2016. (Crédit : Facebook)

Le Palestinien de 17 ans qui a horriblement tué une jeune Israélienne de 13 ans dans son lit jeudi matin souhaitait mourir, suggèrent les posts de son profil Facebook.

La victime, Hallel Yaffa Ariel, a été poignardée jeudi matin à de multiples reprises par Muhammad Nasser Tarayrah dans sa chambre de Kiryat Arba, et est morte de ses blessures. Un homme a également été grièvement blessé pendant l’attaque.

L’assaillant a été abattu, a annoncé l’armée israélienne.

Dans les posts Facebook de Tarayrah des derniers mois, il a rendu public en de nombreuses occasions son désir de mourir et son amour du martyr pour la cause palestinienne.

Les secouristes emmènent Hallel Yaffa Ariel, 13 ans, au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem, le 30 juin 2016, après une attaque au couteau en Cisjordanie. Insert : Hallel Yaffa Ariel, photographie non datée. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90 et autorisation)
Les secouristes emmènent Hallel Yaffa Ariel, 13 ans, au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem, le 30 juin 2016, après une attaque au couteau en Cisjordanie. Insert : Hallel Yaffa Ariel, photographie non datée. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90 et autorisation)

Le 25 juin, il avait écrit : « La mort est un droit, et je demande mon droit ».

Dans un post du 3 mai, il avait publié une photographie d’un homme mourant sur la table opératoire d’un hôpital avec cette légende : « mon rêve est simple : il concerne un hôpital + un lit et un médecin disant nous avons perdu le patient ».

‘La mort est un droit, et je demande mon droit’

A côté de la photographie du lit d’hôpital, Tarayrah avait écrit : « Oh Dieu, c’est mon rêve ».

Ces posts ont commencé après ce qui semble avoir été une expérience très traumatisante : la mort de son ami et membre de sa famille Yousef Walid Tarayrah, 18 ans, qui avait été tué mi-mars par des soldats israéliens alors qu’il tentait une attaque à la voiture bélier près de Kiryat Arba. Quatre soldats avaient été légèrement blessés dans cette attaque.

Muhammad Nasser Tarayrah, 17 ans, du village palestinien de Bnai Naim, est le terroriste qui a tué Hallel Yaffa Ariel, 13 ans, dans sa chambre à Kiryat Arba le 30 juin 2016. (Crédit : Facebook)
Muhammad Nasser Tarayrah, 17 ans, du village palestinien de Bnai Naim, est le terroriste qui a tué Hallel Yaffa Ariel, 13 ans, dans sa chambre à Kiryat Arba le 30 juin 2016. (Crédit : Facebook)

Après la mort de Yousef, Tarayrah avait commencé à écrire de nombreux posts, à la fois de deuil et d’hommage à la mort de son ami, et souhaitant le « martyr ».

Dans un post du 17 mars, trois jours après la mort de son ami, il avait écrit que « Yousef n’est pas le premier martyr, ni le dernier / et avant d’être mon cousin il est un fils de Palestine / Si Dieu veut je marcherai dans les pas du martyr / Dieu ait pitié de lui et emmène-le au paradis ».

Ce post comprenait une photo de Yousef mort, allongé sur un lit d’hôpital, le visage couvert de blessures.

Jusqu’en juin, Tarayrah a continué à publier des posts montrant son deuil de son ami, dont des photos et des montages vidéo. Dans ces posts, il continuait à faire référence à Yousef en tant que martyr, et demandait à Dieu de l’emmener au paradis.

https://www.facebook.com/100004387744834/videos/594815530674700/

Dans un post du 10 juin, Tarayrah semblait décrire son deuil suffoquant après la mort de son ami, écrivant que « en moi, il y a une blessure sourde qui ne criera pas ça fait mal ! Un coma silencieux sans fin suffirait. Ma vie brûle en moi et personne n’en est conscient ».

Tarayrah avait aussi récemment publié sur Facebook des photos rendant hommage à une Palestinienne qui avait écrasé sa voiture dans un véhicule israélien dans une attaque à la voiture bélier présumée le 24 juin, près de Kiryat Arba, parlant d’elle comme d’une « femme de valeur ».

Une photo partagée par Tarayrah sur Facebook, faisant référence à une attaquante palestinienne comme à une "femme de valeur", qui est devenue sa photo de profil le 25 juin 2016. (Crédit : Facebook)
Une photo partagée par Tarayrah sur Facebook, faisant référence à une attaquante palestinienne comme à une « femme de valeur », qui est devenue sa photo de profil le 25 juin 2016. (Crédit : Facebook)

Même avant la mort de son ami, Tarayrah publiait sur Facebook des posts suggérant qu’il soutenait les attaques contre les Israéliens.

Par exemple, le 21 février il avait partagé un dessin montrant de jeunes Palestiniens masqués jetant des pierres sur des soldats israéliens, avec la légende « nous mourrons en martyrs, serons blessés ou faits prisonniers, mais notre nation ne tombera pas ».

De tels posts politiques étaient cependant rares avant la mort de son ami.

Une courte vidéo publiée jeudi dans les médias palestiniens montrait une des sœurs de Tarayrah parlant de son frère comme d’un « martyr ».

« Mon frère est maintenant un martyr. Que Dieu juge les Juifs, et que mon frère soit heureux avec son bout de paradis », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...