Israël en guerre - Jour 198

Rechercher
Interview

Leçons de Pologne : Les manifestations n’ont pas réussi à faire reculer l’autocratie

Les Polonais sont aujourd'hui confrontés à une répression croissante, explique l'historienne Anne Applebaum qui voit des similitudes avec ce que vit Israël

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Des personnes rassemblées devant le Parlement polonais pour protester contre le projet de loi sur les médias, considéré comme limitant l'indépendance des médias, à Varsovie, en Pologne, le 11 août 2021. (Crédit : Czarek Sokolowski/AP Photo)
Des personnes rassemblées devant le Parlement polonais pour protester contre le projet de loi sur les médias, considéré comme limitant l'indépendance des médias, à Varsovie, en Pologne, le 11 août 2021. (Crédit : Czarek Sokolowski/AP Photo)

Alors que le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu apporte de profonds changements au système judiciaire israélien, des experts et d’autres observateurs ont mis en garde contre le fait que ce remaniement fait écho aux récentes mesures prises par les dirigeants polonais, hongrois et turcs, qui ont affaibli les démocraties de leurs pays.

Parmi eux, la journaliste et historienne Anne Applebaum, éminente spécialiste des reculs démocratiques, qui a observé de près la dégringolade vers l’autocratie et constate aujourd’hui que les mêmes processus sont à l’œuvre en Israël.

« C’est très familier et il est clair que Netanyahu et [le Premier ministre hongrois Viktor] Orban et, dans une certaine mesure, les gouvernements turcs et polonais s’observent mutuellement et s’inspirent les uns des autres », a déclaré Applebaum, qui a récemment passé une semaine de recherche en Israël dans le cadre d’un voyage organisé par l’Institut israélien de la démocratie (IDI), dont elle est conseillère.

Journaliste américaine ayant acquis la nationalité polonaise et mariée à un ancien ministre polonais des Affaires étrangères, Applebaum est l’un des plus grands observateurs de l’érosion démocratique et de l’autoritarisme à faire des reportages en anglais sur les pays de l’ancien rideau de fer.

Lors d’un entretien avec le Times of Israel à Tel Aviv au début de l’été, Applebaum a partagé les leçons qui pourraient s’appliquer à Israël, glanées au cours de ses reportages sur un pays qui a subi pendant plusieurs années l’érosion de ses institutions démocratiques.

Si elle a commencé par les tribunaux de Varsovie, ce qu’Applebaum appelle « l’assaut contre la démocratie » en Pologne s’est étendu aux médias publics et aux services de poursuite de l’État, entraînant même des exils politiques, puisque certaines de ces affaires ont conduit des personnes à quitter la Pologne.

Anne Applebaum avec son époux, alors ministre des Affaires étrangères Radosław Sikorski au Mémorial en l’honneur des combattants de la résistance du ghetto de Varsovie. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères de la République de Pologne)

« Nous n’avons pas encore de prisonniers politiques, mais nous pourrions y arriver dès maintenant », dit-elle.

Que s’est-il passé en Pologne et en quoi la situation est-elle similaire à celle d’Israël ?

Après son arrivée au pouvoir en 2015, le parti nationaliste de droite Droit et Justice a promulgué une série de lois qui ont affaibli l’indépendance judiciaire et placé les tribunaux sous contrôle politique.

Selon Applebaum, ce processus trouve un écho dans la lutte que mène actuellement Israël pour combler les places vides sur ses bancs. Le gouvernement Netanyahu propose de modifier la commission de sélection des juges afin d’accroître considérablement le contrôle politique sur le processus.

Le président polonais Andrzej Duda s’exprimant lors d’une conférence de presse conjointe avec la présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen et le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki au siège du réseau électrique polonais, à Konstancin-Jeziorna, en Pologne, le 2 juin 2022. (Crédit : Michal Dyjuk/AP Photo)

En Pologne, le processus s’est déroulé en plusieurs étapes. Dans un premier temps, des lois ont été adoptées pour modifier le mode de sélection des juges et placer au-dessus d’eux une commission disciplinaire, qui a finalement été utilisée pour démettre les juges de leurs fonctions.

« Bien entendu, cela politise totalement le système judiciaire », a déclaré Applebaum.

Les messages de la télévision d’État et les campagnes sur les réseaux sociaux ont rapidement suivi, visant à discréditer et à « dénigrer les juges, de sorte que les gens ne les respectent pas, pour qu’ils s’intéressent moins à leur identité et à l’idée qu’ils devraient avoir des normes élevées ».

« Je peux imaginer qu’une partie de ce phénomène se produise ici aussi », a-t-elle ajouté, après un voyage d’une semaine au cours duquel elle a rencontré des Israéliens de tous les horizons politiques.

Anne Applebaum, auteur de « Twilight of Democracy : The Failure of Politics and the Parting of Friends ». (Crédit : Rahil Ahmad)

Actuellement, la Pologne espionne ses citoyens pour des raisons politiques, a déclaré Applebaum. « J’ai bien peur qu’elle utilise des logiciels israéliens et se livre à de fausses enquêtes sur les dirigeants de l’opposition ».

« Ils viennent de créer cette commission totalement inconstitutionnelle qui va rechercher l’influence russe, qui ne sera pas, bien sûr, une véritable influence russe », a-t-elle déclaré à propos de l’initiative récemment annoncée par la Pologne, qui s’appuie sur la crainte réelle d’une agression russe dans l’ombre de son invasion en cours de l’Ukraine.

« Mais les personnes sur lesquelles ils enquêtent ne sont que les leaders de l’opposition », a accusé Applebaum. « Littéralement, ils veulent enquêter sur le chef de l’opposition, Donald Tusk, qui a été Premier ministre pendant sept ans, puis président du Conseil européen, et qui a toujours été très clair sur [le président russe Vladimir] Poutine et sur la Russie. C’est totalement faux. »

Approuvée par la loi en juillet, la commission a pour mandat d’identifier les cas où des hommes politiques polonais ont pris, sous l’influence de la Russie, des décisions préjudiciables à la sécurité de la Pologne entre 2007 et 2022.

« Ils essaient simplement d’utiliser les émotions liées à la guerre pour exciter les gens », a-t-elle ajouté, affirmant que le processus d’enquête violait les principes constitutionnels polonais. « Il ne s’agit pas d’une commission d’enquête parlementaire normale », a déclaré Applebaum, mais plutôt d’une sorte de « tribunal fantoche » – ou tribunal de kangourou.

Reconnaissant l’ampleur des réactions contre cette commission, un membre du parti au pouvoir en Pologne a déclaré fin août que la commission controversée pourrait ne pas être convoquée avant les élections du 15 octobre.

Huit ans après le début de ce processus de recul démocratique, Applebaum a déclaré que les enquêtes sur l’influence russe récemment annoncées n’étaient que le dernier outrage en date.

Les Polonais se rendront à nouveau aux urnes cet automne, et si Droit et Justice remporte son troisième mandat, les prédictions d’Applebaum sont terribles.

Le chef de l’opposition polonaise et ancien Premier ministre, Donald Tusk, à gauche, regardant les législateurs voter l’approbation d’un projet de loi controversé visant à enquêter sur l’influence présumée de la Russie en Pologne et à cibler l’opposition, en particulier Donald Tuskau Parlement de Varsovie, en Pologne, 26 mai 2023. (Crédit : Czarek Sokolowski/AP Photo)

« Je pense que c’est la fin de la démocratie en Pologne. Il ne resterait alors plus rien », a-t-elle déclaré.

Soutenus par un mandat leur permettant d’étendre leurs politiques anti-démocratiques, Droit et Justice « commencera probablement à mettre des gens en prison. Je m’attends à ce que cela se produise avant les élections », a-t-elle déclaré.

Les leçons de la Pologne

Israël est un État dont les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire sont moins bien équilibrés que ceux de la Pologne. Outre l’absence de constitution, les branches politiques d’Israël se fondent effectivement en une seule, puisque l’exécutif contrôle le législatif dans toute coalition israélienne qui fonctionne. La Haute cour de justice, qui fait également office de Cour suprême, est le principal frein au pouvoir politique dans le pays, ce qui rend d’autant plus important le projet de radicalement affaiblir son indépendance et son autorité.

Trente-cinq semaines après le début d’un mouvement de protestation de la société civile contre la refonte du système judiciaire du gouvernement, les Israéliens attendent avec impatience de voir comment Netanyahu et sa coalition procéderont lorsque la Knesset reprendra ses travaux à la mi-octobre.

Alors que la coalition a adopté sa première loi visant à limiter le contrôle judiciaire en juillet, elle a laissé un projet de loi essentiel qui modifie les nominations judiciaires sous le contrôle de la coalition depuis mars, potentiellement capable d’être adopté en quelques heures si elle décidait d’enclencher le processus.

Selon Applebaum, la Pologne a également connu des manifestations importantes et soutenues, mais elles n’ont pas empêché le gouvernement de poursuivre son programme politique.

Des manifestants rassemblés contre la refonte judiciaire de la coalition, à Tel Aviv, le 2 septembre 2023. (Crédit : Gitaï Palti)

« Lorsqu’ils ont déformé la constitution – de multiples façons – il s’est avéré que les manifestations de rue n’étaient pas suffisantes pour les arrêter », a déclaré Applebaum.

« Israël devrait être prudent », a-t-elle ajouté.

Après ces changements judiciaires, les manifestants ont perdu leur élan, ayant « perdu la conviction qu’ils pouvaient régler le problème ».

De manière critique, a-t-elle ajouté, les manifestations n’ont pas modifié les résultats dans les urnes, et Droit et Justice est revenu au pouvoir pour un deuxième mandat en 2019 qui « était pire que leur premier mandat », a déclaré Applebaum.

« L’énergie des manifestations ne s’est pas traduite dans la politique des partis. »

Si l’expérience de la Pologne peut être instructive pour Israël, elle n’est pas un miroir parfait.

L’un des principaux facteurs distinctifs est la dépendance profonde d’Israël à l’égard de l’armée de son peuple, Tsahal, à la fois pour la sécurité et en tant que pilier du consensus sociétal. Les manifestations contre la refonte, organisées par des réservistes qui menaçaient de ne pas se présenter à leur service volontaire, auraient joué un rôle dans la suspension des changements apportés au processus de nomination des juges en mars.

Alors que les protestations des réservistes se multipliaient, les hauts gradés de la Défense ont averti que la sécurité nationale était menacée, et le ministre de la Défense Yoav Gallant (Likud) avait publiquement appelé à geler la refonte au nom de la sécurité. Netanyahu avait limogé Gallant, mais était rapidement revenu sur sa décision et avait également gelé la législation à la suite d’une réaction massive de l’opinion publique.

Les réservistes israéliens signant une déclaration de refus du service pour protester contre le plan de refonte du système judiciaire israélien du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 19 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

L’implication des réservistes militaires dans la manifestation « me semble être un élément inhabituel ici », a déclaré Applebaum. « Et cela explique évidemment pourquoi ce projet judiciaire a été retardé. Je ne sais pas si cela suffira à le faire disparaître. »

Le recul démocratique est-il inévitable ?

Bien qu’Israël soit sur le point de rejoindre une tendance mondiale plus large de recul démocratique observée en Pologne, en Hongrie, en Turquie, au Venezuela et aux Philippines, le processus israélien n’est pas inévitable, selon Applebaum.

Israël est une démocratie libérale, un système dans lequel des intérêts différents acceptent tacitement d’être gouvernés par un ensemble consensuel de règles et de principes. Parmi ceux-ci figurent des élections libres et équitables pour les représentants politiques, des transitions pacifiques du pouvoir entre eux et un système judiciaire indépendant pour contrôler les abus de pouvoir.

« L’idéal de l’indépendance judiciaire et l’idéal d’un État neutre, ou de personnes dont la loyauté première est la constitution et non le parti politique, est un élément intrinsèque de la démocratie », a déclaré Applebaum. « Si l’on ne dispose pas d’une partie du système à cet effet, on ne peut pas préserver ce système de règles neutres. C’est pourquoi c’est important. »

Les manifestants et l’opposition politique soutiennent que le gouvernement de Netanyahu, en poursuivant sa refonte judiciaire, rompt le contrat social.

Bien qu’il n’existe pas de règle absolue pour marquer la transition progressive d’un pays vers la démocratie, le processus aboutit souvent à ce qu’un camp politique change les règles pour rester au pouvoir.

Bien que chaque pays menacé soit différent, Applebaum souligne deux éléments communs aux démocraties en voie d’érosion.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d’un événement pour les soldats exceptionnels dans le cadre des célébrations du 75e anniversaire de la Journée de l’indépendance, à Jérusalem, le 26 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Tout d’abord, on assiste à une simplification de l’information politique, à la fois dans la manière dont elle est délivrée et dans son contenu. L’attente d’une diffusion rapide de l’information et l’abrutissement des médias de masse ont permis de manipuler les récits et de perdre les nuances.

Deuxièmement, les changements sociaux et structurels rapides préparent les gens à l’autocratie.

« Si vous regardez l’histoire, les moments où les gens veulent une autocratie sont généralement des moments de chaos après une révolution ou une guerre civile », a déclaré Applebaum.

Le chaos de la société moderne englobe « le changement économique, le changement politique, le changement démographique, le changement social, le changement moral » et crée « un désir de simplicité », par lequel « l’État à parti unique, l’homogénéité d’un dirigeant, deviennent profondément attrayants ».

Aujourd’hui, dans un Israël politiquement, socialement et économiquement polarisé, ce type de chaos s’est enraciné, tout comme en Pologne et même aux États-Unis.

« Les gens ne veulent pas entendre tout ce bruit, ces débats et ces arguments. Ils ne veulent qu’une seule solution et veulent mettre fin au débat », a-t-elle déclaré.

Cette simplicité trouve un terrain fertile dans ce qu’Applebaum a identifié comme « une certaine proportion de la population [qui] a une propension à l’autocratie ».

Existe-t-il une issue civile, sans guerre civile ?

Faire reculer les tendances à l’autocratie et les divisions sociales qu’elles engendrent pose une myriade de défis. Pour revenir à une certaine idée de la normalité, il faut souvent mettre en place un processus délibéré de réconciliation des camps en guerre, selon un modèle similaire à celui de la fin d’une guerre civile, d’après Applebaum.

Mais ce processus peut s’avérer désordonné.

« Il est difficile de trouver des exemples de sociétés qui ont connu ce type d’effondrement politique et qui se sont relevées du gouffre sans violence », a déclaré Applebaum, qui s’est abstenue de tout commentaire spécifique sur Israël.

« Mais en général, il faut qu’il y ait un moment où les gens concluent que tout le monde s’approche du bord et dit ‘nous ne voulons pas y aller’, et ils reviennent », a-t-elle ajouté. « Et il n’y a pas beaucoup d’exemples de ce genre dans l’histoire de l’après-guerre. »

Des manifestants après avoir bloqué l’autoroute Ayalon lors de manifestations contre le projet de refonte judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 1er juillet 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’histoire européenne du siècle dernier nous enseigne « qu’il est probablement important qu’il y ait un jour un projet constitutionnel ou un projet de réconciliation nationale », a-t-elle déclaré. « Un peu comme ce qui se passe après une guerre civile. »

La guerre civile est en effet une préoccupation réelle de la majorité des Israéliens interrogés dans le cadre d’une récente enquête de la Treizième chaîne. Le débat judiciaire est, à bien des égards, l’incarnation la plus récente des luttes pour la répartition du pouvoir entre les différents groupes de la société israélienne, le long des lignes de fracture identitaires religieuses, socio-économiques, géographiques et ethniques.

Il est cependant révélateur que certains aient également fait pression pour que ce moment de bouleversement national soit l’occasion d’élaborer enfin une constitution pour cet État vieux de 75 ans.

« Le modèle consiste à mettre fin à une guerre civile. Regardez comment les guerres civiles se terminent », a déclaré Applebaum.

« Elles se terminent et les gens reconstruisent le pays. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.