Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

L’Egypte envoie une délégation en Israël, pour parler d’une trêve à Gaza – médias

"Sinwar a pris la décision de retenir [Hersh Goldberg-Polin] et d'autres personnes plutôt que de parvenir à un cessez-le-feu à Gaza", a expliqué un haut responsable de l'administration Biden

Des volutes de fumée se dégageant après un bombardement israélien, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mars 2024. (Crédit : Said Khatib/AFP)
Des volutes de fumée se dégageant après un bombardement israélien, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mars 2024. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Une délégation égyptienne est attendue vendredi en Israël pour tenter, selon des médias, de relancer les négociations au point mort sur une trêve entre Israël et le Hamas, associée à une libération d’otages toujours retenus dans la bande de Gaza depuis les massacres sadiques perpétrés le 7 octobre par le groupe terroriste palestinien et des civils complices.

Jeudi, le cabinet de guerre israélien s’est réuni « pour discuter des moyens de détruire les derniers bataillons du Hamas », selon le porte-parole du gouvernement, David Mencer.

Une délégation venue d’Egypte, l’un des trois pays médiateurs avec le Qatar et les Etats-Unis, est attendue vendredi en Israël pour discuter de questions de « sécurité », selon une source proche du gouvernement.

Mais selon des médias israéliens, la délégation doit tenter de relancer les négociations et plaider pour un accord de trêve entre Israël et les terroristes palestiniens impliquant la libération de « dizaines » d’otages.

Ghazi Hamad, haut-responsable du Hamas, pendant un entretien avec la chaîne libanaise LBC, le 24 octobre 2023. (Capture d’écran : X; used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

D’après le site israélien Walla, qui cite un haut responsable israélien, les discussions portent sur une proposition pour libérer dans un premier temps 20 otages considérés comme des cas « humanitaires ».

Selon la chaîne Al-Araby, il s’agit aussi d’appuyer les efforts déployés par l’Egypte pour empêcher une offensive sur Rafah.

Un responsable de la branche politique du Hamas, Ghazi Hamad, a estimé jeudi à l’AFP depuis le Qatar qu’un assaut sur Rafah ne permettrait pas à Israël d’obtenir « ce qu’il veut », c’est-à-dire « éliminer le Hamas ou récupérer » les otages.

« Les négociations sont au point mort » et c’est « l’obstination d’Israël » qui « fait tourner les négociations en rond ces derniers mois », affirme Ghazi Hamad. « M. Netanyahu et ses ministres disent que la guerre doit continuer, que le Hamas doit être détruit et que Rafah doit être prise. Clairement ils n’ont pas l’intention de négocier », fait-il valoir.

Le Hamas de son côté « a clairement et explicitement présenté sa position aux médiateurs », a poursuivi M. Hamad. « Nos demandes fondamentales invariablement exprimées sont une déclaration claire et explicite de cessez-le-feu, un retrait complet » des forces israéliennes de la bande de Gaza et « le retour des déplacés », a-t-il dit.

Les plus récentes propositions de la partie israélienne ne répondaient pas à ces « demandes fondamentales », a-t-il assuré. Hamad accuse M. Netanyahu de « tergiverser » pour « tromper le public israélien » et « leurrer la communauté internationale en disant qu’il y a des négociations et en déformant la vérité en affirmant que le Hamas constitue l’obstacle dans ces négociations ».

Quelques heures plus tôt, David Mencer avait affirmé que le Hamas se sentait « encouragé » par « certains acteurs régionaux » et « c’est pourquoi il s’éloigne » des négociations.

Ghazi Hamad a aussi assuré à l’AFP que le Hamas travaillait déjà « jour et nuit » à « l’après-guerre ». « Nous avons de nombreux contacts avec des pays, des institutions et des organisations humanitaires », a-t-il dit, « nous travaillons à la phase d’après-guerre pour faire en sorte qu’un effort considérable soit déployé pour reconstruire la bande de Gaza ».

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, affirme qu’une offensive sur Rafah est nécessaire pour vaincre le Hamas et libérer les otages, les deux principaux objectifs affichés de l’offensive en cours.

Illustration : Le chef du Hamas dans la bande de Gaza, Yahya Sinwar, s’exprimant lors d’un rassemblement marquant le jour d’Al-Qods (« Jérusalem » en arabe), à Gaza City, le 14 avril 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Un fonctionnaire américain a déclaré que Yahya Sinwar était le seul à prendre des décisions pour le Hamas dans le cadre des négociations visant à libérer les otages.

Depuis le début, les négociations sont ponctuées par des moments de percée significative avec des dirigeants du Hamas « qui vivent dans des hôtels de luxe », pour être ensuite rejetés par le chef du groupe terroriste à Gaza, a confié jeudi à la presse un haut responsable de l’administration américaine.

« Seul Sinwar décide (…) et Sinwar vit dans les profondeurs de Gaza, alors qu’au-dessus de lui, la bande de Gaza est une zone de guerre et les habitants souffrent », a ajouté le haut fonctionnaire lors d’une conférence de presse. À la question de savoir s’il accepterait de libérer les otages de la catégorie vulnérable contre un cessez-le-feu qui permettrait de soulager la population de Gaza, Sinwar a répondu en personne par un « non ».

« Sinwar a pris la décision de retenir [Hersh Goldberg-Polin] et d’autres personnes plutôt que de parvenir à un cessez-le-feu à Gaza », a expliqué le haut responsable de l’administration Biden.

L’otage américano-israélien Hersh Goldberg-Polin, 23 ans, retenu captif à Gaza depuis le 7 octobre, dans une vidéo de propagande du Hamas publiée le 24 avril 2024. (Crédit : Capture d’écran Telegram)

Il a reconnu qu’à certains moments des négociations, Israël s’était montré moins coopératif, mais lors du dernier appel entre le président américain Joe Biden et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ce dernier a « pleinement accepté » la proposition actuellement sur la table.

« À l’heure actuelle, la simple vérité est qu’il y a un accord sur la table qui répond à presque toutes les demandes du Hamas », a ajouté le responsable.

« Les Égyptiens, les Qataris et ceux qui sont impliqués de près dans le processus ont estimé que la réponse que nous avons reçue de l’intérieur de la bande de Gaza n’était absolument pas constructive ».

Le fonctionnaire a ajouté que le Hamas avait envoyé des « signaux » visant à clarifier le fait qu’il n’avait pas réellement rejeté la dernière offre et qu’il était prêt à s’asseoir et à poursuivre les négociations, mais il n’est pas certain que ces signaux soient sincères ni que le groupe terroriste n’essaie pas en fait de faire traîner les choses en longueur. « Nous le saurons dans les jours à venir. »

Un couple d’Israéliens tenant un drapeau israélien à Jérusalem, marchant devant un graffiti appelant à la libération des otages israéliens détenus dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre 2023 par le Hamas (Crédit : Gil Cohen-Magen / AFP)

« Il y a des signes qu’une solution pourrait être trouvée, mais je ne suis pas très confiant, car nous entendons régulièrement des déclarations de dirigeants du Hamas à l’extérieur de Gaza qui ne reflètent pas la position des dirigeants du Hamas à l’intérieur », a ajouté le haut responsable de l’administration, soulignant que même les dirigeants du Hamas à l’étranger reconnaissaient que le seul à prendre des décisions au sein du groupe terroriste était Sinwar.

À la question de savoir si les exigences du Hamas concernant un cessez-le-feu permanent, qu’Israël ne semble pas vouloir accepter, avaient été un point de friction, le haut responsable a répondu que la proposition sur la table tiendrait effectivement compte de la demande du groupe terroriste.

« Il s’agit d’un cessez-le-feu immédiat de six semaines, qui conduirait à une deuxième phase, puis à un rétablissement permanent du calme », a précisé le responsable, ajoutant que les États-Unis agiraient comme « garant, aux côtés de l’Égypte et du Qatar, pour s’assurer du bon déroulement de ce processus ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.