L’enquête sur le meurtre du couple de Jérusalem placée sous embargo
Rechercher

L’enquête sur le meurtre du couple de Jérusalem placée sous embargo

Les médias israéliens ne sont autorisés qu'à dire que le dossier connaît des "avancées majeures"

Les amis, voisins et proches de Yehuda and Tamar Kaduri, au cimetière Har Hamenuchot de Jérusalem, le 14 janvier 2019 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Les amis, voisins et proches de Yehuda and Tamar Kaduri, au cimetière Har Hamenuchot de Jérusalem, le 14 janvier 2019 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Une ordonnance de non-publication et injonction de silence a été prononcée dans l’enquête sur un double meurtre à Jérusalem, entraînant ainsi la confusion. Les médias israéliens ont ainsi fait part d’informations contradictoires, disant que des « avancées majeures » dans le dossier pointaient vers un mobile soit criminel soit terroriste.

Les corps de Yehuda Kaduri, 71 ans, et de son épouse Tamar, 68 ans, avaient été découverts dimanche dans leur appartement du quartier d’Armon Hanatziv, dans le sud de Jérusalem. Ils présentaient des signes de violence et des blessures à l’arme blanche, ce qui laissait penser à un double homicide.

Plusieurs médias ont fait savoir mardi que des progrès avaient été réalisés dans l’enquête : « les soupçons s’orientent de plus en plus vers un mobile nationaliste ». Toutefois, au même moment, le quotidien Haaretz rapportait que les avancées faites « renforcent l’éventualité d’un mobile criminel ».

« Je pense que c’était nationaliste », s’est exprimée la sœur de Yehuda Kaduri, Rachel Levy, au micro de la radio israélienne. « Dans la même rue, une jeune fille a été poignardée il n’y a pas longtemps. Elle n’est pas morte ».

La police sur les lieux d’une attaque au couteau présumée dans le quartier d’Armon Hanatziv à Jérusalem, le 9 janvier 2019 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lors de cet incident survenu mercredi dernier dans la matinée, une adolescente a raconté avoir été blessée par les coups de couteau d’un homme, alors qu’elle se trouvait à l’arrêt de bus qui devait l’emmener à l’école. La jeune fille a été évacuée vers un hôpital pour des blessures légères au bras et à la nuque. Elle a expliqué avoir été prise pour cible avec un objet contondant par un inconnu, d’après la police, qui a ouvert une enquête. L’attaquant, en fuite, n’a pas encore été retrouvé.

La mère de l’adolescente, Merav Bezalel, a déclaré cette semaine : « je pense qu’il y a un lien entre les deux affaires ».

Le fils du couple assassiné, Netai Kaduri, a indiqué à la Dixième chaîne qu’au lieu de spéculer sur un lien éventuel entre les meurtres et l’attaque au couteau commise à l’encontre d’une adolescente dans la même rue, les gens devaient « laisser la police faire son travail ».

Celle-ci pense que le couple a été assassiné. Selon la chaîne d’information Hadashot, même si les deux victimes présentaient apparemment des blessures au couteau, ces coupures en elles-mêmes ne seraient pas assez importantes pour entraîner la mort, et il y avait d’autres signes de violence. Le reportage précise aussi que l’objet utilisé pour poignarder le couple ne semblait plus se trouver dans l’appartement.

Un ami de la famille a indiqué aux journalistes que Yehuda, comptable prospère, s’occupait de son épouse ces dernières années.

Un voisin a noté que la communauté avait senti que quelque chose n’allait pas quand les gens ne l’ont pas vu à la synagogue pour les prières du Shabbat, samedi matin.

« En général, il prévenait quand il ne pouvait pas venir », a dit le voisin aux journalistes. « Il avait un cœur d’or ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...