Les appels d’Israël pour le transfert des ambassades lui reviennent en boomerang
Rechercher
Analyse

Les appels d’Israël pour le transfert des ambassades lui reviennent en boomerang

Si Netanyahu avait su qu'en reconnaissant Jérusalem-Ouest comme capitale, l'Australie soutenait les revendications palestiniennes, il aurait sans doute dit : "Non merci, les amis"

Raphael Ahren

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), serre la main d'un étudiant lors d'une visite au Moriah War Memorial College à Sydney, le 23 février 2017. (Doyen Lewins/Pool via AP)
Le premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), serre la main d'un étudiant lors d'une visite au Moriah War Memorial College à Sydney, le 23 février 2017. (Doyen Lewins/Pool via AP)

La reconnaissance par Canberra de Jérusalem-Ouest comme capitale d’Israël peut être considérée comme un retour de boomerang – un outil qui a probablement vu le jour chez les chasseurs aborigènes australiens. En fait, il n’y a pas de meilleure métaphore pour illustrer comment l’enthousiasme avec lequel l’État juif et ses partisans ont exhorté le monde à suivre l’exemple de Washington l’an dernier s’est retourné contre lui.

Alors que la Fédération sioniste d’Australie a célébré cette décision comme étant « historique », la reconnaissance de Jérusalem-Ouest comme capitale d’Israël pourrait en fait nuire aux efforts de l’État juif en vue d’obtenir le soutien de la communauté internationale à la souveraineté d’Israël sur la ville entière.

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre australien Scott Morrison ont tous deux défié les pressions internes et le consensus international lorsqu’ils ont fait leurs annonces sur le statut de Jérusalem. Tous deux ont déclaré qu’en fin de compte, les frontières de la ville doivent être déterminées lors des futures négociations entre Israéliens et Palestiniens.

Mais les deux déclarations sont radicalement différentes. L’une a été accueillie avec enthousiasme par Israël, l’autre a été poliment rejetée.

Le 6 décembre 2017, Trump a reconnu « Jérusalem » comme capitale d’Israël, insinuant – mais sans le préciser – qu’il voulait dire toute la ville, y compris sa partie orientale, que les Palestiniens revendiquent comme leur capitale. Il a promis de déplacer l’ambassade à Jérusalem, un engagement qu’il a tenu six mois plus tard, et a ensuite déclaré qu’il avait retiré la question de Jérusalem « de la table ».

Le président du Paraguay Horacio Cartes (à gauche) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu inaugurent la nouvelle ambassade du Paraguay à Jérusalem, le 21 mai 2018 (Amos Ben Gershom / GPO)

Le gouvernement israélien était ravi, appelant le monde à suivre son exemple.

En avril, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a révélé qu’il y a « au moins une demi-douzaine de pays qui envisagent sérieusement avec nous de déplacer leur ambassade à Jérusalem ».

Depuis lors, seuls le Guatemala et le Paraguay ont effectivement déplacé leurs ambassades, et ce dernier l’a depuis retransférée à Tel Aviv.

Le président de la République tchèque, Milos Zeman, a annoncé l’intention de son pays de déplacer son ambassade à Jérusalem, mais le ministère des Affaires étrangères à Prague a rapidement déclaré qu’il ne reconnaissait comme capitale d’Israël que la ville « à ses frontières de 1967 ».

Et voici l’Australie.

Le 16 octobre, Morrison, Premier ministre conservateur australien, et sa ministre des Affaires étrangères, Marise Payne, ont annoncé qu’ils « envisageraient de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, sans préjuger de ses frontières définitives ».

Dans une déclaration commune, Morrison et Payne ont déclaré qu’ils envisageraient de déplacer l’ambassade d’Australie à Jérusalem-Ouest et de reconnaître la partie orientale de la ville « comme la capitale escomptée d’un futur État palestinien ».

Déjà à l’époque, le message était clair : La déclaration de l’Australie serait plus proche de la reconnaissance surprenante par la Russie, en avril 2017, de Jérusalem-Ouest comme capitale d’Israël que de l’annonce plus catégorique de Trump du 6 décembre.

Les responsables israéliens n’étaient pas ravis de la déclaration de Moscou, qui soulignait que Jérusalem-Est serait « la capitale du futur Etat palestinien ».

Le Premier ministre Scott Morrison, s’exprime devant les médias aux côtés de la ministre des Affaires étrangères Marise Payne au Parlement de Canberra, le 16 octobre 2018 (Crédit : Mick Tsikas/AAP Image via AP)

Mais quand l’Australie a fait une déclaration similaire, Netanyahu a appelé Morrison pour le remercier. « Jérusalem est, a toujours été et sera toujours la capitale d’Israël, et la reconnaissance de ce fait est la reconnaissance d’un fait incontestable », a déclaré l’ambassade d’Israël à Canberra dans un communiqué officiel à l’époque.

La reconnaissance de Morrison samedi, qui n’a pas pris la forme d’une déclaration formelle mais n’était qu’une partie d’un long discours de politique étrangère à l’Institut de Sydney, n’était pas du tout ce qu’Israël espérait, car toute reconnaissance des revendications d’Israël sur Jérusalem Ouest implique naturellement de rejeter ses revendications sur la partie est de la ville. Israël, qui a conquis Jérusalem-Est et la Vieille Ville à la Jordanie pendant la guerre de 1967, revendique la souveraineté sur l’ensemble de la ville.

À l’instar de la déclaration mal aimée de la Russie, « le gouvernement australien a également décidé de reconnaître les aspirations du peuple palestinien à un futur État avec pour capitale Jérusalem-Est », a déclaré Morrison.

Il a également souligné que « le statut définitif de Jérusalem, y compris ses frontières et ses limites, est une question qui doit être réglée par les parties ». Pour aggraver encore la situation, il note l’attachement constant de l’Australie aux résolutions 478 et 2334 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui condamnent sans équivoque l’annexion par Israël de Jérusalem-Est.

Lors d’une séance de questions-réponses qui a suivi son discours, Morrison s’est explicitement engagé à respecter « les frontières de 1967 ».

Il a également dénoncé la politique des implantations israéliennes.

« Le gouvernement australien a exprimé sa vive inquiétude au sujet des appropriations de terres, des démolitions et des implantations en Israël », a-t-il dit plus tôt. « Les implantations minent la paix et contribuent à l’impasse actuelle. »

Le fait qu’il ait également promis d’ouvrir un « bureau pour le commerce et la défense à Jérusalem-Ouest » et de commencer à chercher des locaux pour une éventuelle ambassade là-bas – qui, a-t-il souligné, ne serait déplacée « qu’après la détermination finale du statut » – est peu rassurant pour les responsables israéliens, qui ne cachent pas leur déception.

Aussi contre-intuitif que cela puisse paraître, du point de vue du gouvernement israélien, la non reconnaissance de Jérusalem est préférable à une reconnaissance partielle qui implique une future division de la ville.

Si Netanyahu avait su comment même les plus proches alliés d’Israël allaient réagir à la déclaration de Trump sur Jérusalem, il aurait pu simplement dire : « Merci, les amis, mais non merci. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...