Israël en guerre - Jour 256

Rechercher

Les dédicaces sur les missiles israéliens divisent un groupe de gastronomes casher sur FB

Une publication dans Great Kosher Restaurant Foodies souligne les clivages au sein du groupe, certains membres la jugeant de très mauvais goût

Une publication qui montre un message inscrit sur des missiles, publiée par le groupe Facebook Great Kosher Restaurant Foodies. (Crédit : Capture d'écran)
Une publication qui montre un message inscrit sur des missiles, publiée par le groupe Facebook Great Kosher Restaurant Foodies. (Crédit : Capture d'écran)

JTA – Elan Kornblum, le créateur du groupe Facebook très populaire Great Kosher Restaurant Foodies, n’a pas hésité à mobiliser les 98 000 membres du groupe pour soutenir une bonne cause.

Ce n’est pas la première fois que le groupe, qui s’intéresse normalement à la qualité des aliments (et aux certifications de casheroute) dans les restaurants casher du monde entier, se mobilise. Par le passé, il a agi ainsi pour venir en aide aux victimes d’événements climatiques extrêmes, pour couvrir les frais médicaux de membres de la communauté ou pour alimenter ceux qui souffrent de la faim. Au lendemain de l’invasion d’Israël par le Hamas, le 7 octobre, le groupement a envoyé de nombreuses caisses de nourriture à l’aéroport JFK, à destination de Tel Aviv, à bord de vols spécialement affrétés.

Mais cinq semaines plus tard, une dispute a éclaté entre les membres du groupe à propos d’un don légèrement différent que Kornblum avait fait à Israël : un obus d’artillerie de Tsahal destiné à Gaza, sur lequel était écrit : « GKR Foodies est aux côtés d’Israël ». Kornblum a a expliqué qu’il avait réussi à faire figurer le message sur le missile en faisant un don de 180 dollars à une œuvre caritative israélienne.

« Demain, au nom du groupe, les soldats de Tsahal enverront un cadeau au Hamas », a écrit Kornblum dans une publication le 12 novembre. « Et pour être plus précis, il s’agit de cet obus d’artillerie de 155 mm. Et oui, il est possible d’écrire sur un missile [sic]. L’ingéniosité juive à son apogée – Voici la CAMPAGNE DU MESSAGE DANS UNE BOUTEILLE ! »

Kornblum a précisé que l’argent servirait à acheter des fournitures pour les soldats. La publication publique a reçu plus de 750 likes et a été partagée plus de 60 fois en dehors du groupe. Mais tout le monde n’est pas d’accord avec cette idée.

Un membre a écrit dans la section des commentaires : « Je déteste [cette publication] » ; et un autre : « Que Hachem ait pitié de nous tous ».

La discussion sur la collecte de fonds, qui a reçu plus de 200 commentaires, illustre la manière dont les discussions sur la guerre entre Israël et le Hamas se sont infiltrées jusque dans les espaces juifs qui sont censés être un sanctuaire à l’abri du discours politique qui prend parfois des proportions démesurées sur les réseaux sociaux. Et, dans un forum composé en grande partie de juifs pratiquants, lesquels sont généralement plus centristes et de droite, en moyenne, que les juifs américains dans leur ensemble, il a mis en évidence les clivages du débat au sein de la communauté.

Le 7 octobre, des milliers de terroristes du Hamas ont déferlé en Israël et y ont sauvagement assassiné 1 200 personnes, principalement des civils ; ils ont également pris 240 personnes en otage à Gaza, dont 140 y seraient toujours. Suite à cette attaque, Israël a ensuite lancé une campagne militaire à Gaza, promettant d’éliminer le groupe terroriste du Hamas au pouvoir.

Certaines personnes qui ont réagi à la publication ont dit qu’elles s’opposaient à la collecte de fonds et ce, parce qu’elles soutiennent un cessez-le-feu, un objectif généralement soutenu par les juifs de gauche. Mais même certains des partisans de la campagne israélienne à Gaza se sont dits mal à l’aise à l’idée que le nom de leur groupe Facebook soit inscrit sur une arme de guerre.

« Si on m’avait dit : ‘Voulez-vous participer à cela ?’, j’aurais répondu ‘absolument pas’ et ma réaction aurait probablement été beaucoup plus forte », a déclaré Daniel Saleman, un comptable basé dans le New Jersey et membre du groupe Great Casher Restaurant Foodies depuis 2015. « On ne m’a pas demandé mon avis. »

Elan Kornblum. (Crédit : YouTube ; utilisé conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)avis

Great Kosher Restaurant Foodies n’est pas le seul groupe sur les réseaux sociaux à se retrouver à devoir traiter des questions de guerre et de paix depuis le 7 octobre. Le rôle des influenceurs juifs dont le contenu n’est généralement pas axé sur Israël a changé au cours des six dernières semaines. Depuis cette date, ils se sentent obligés d’utiliser leurs plateformes pour exprimer leur point de vue sur la guerre.

« Je me sens moralement responsable d’en parler. Surtout parce que je n’ai pas l’impression que les personnes qui ne sont pas juives en parlent », a indiqué Morgan Raum, un influenceur gastronomique juif qui compte plus de 150 000 followers sur Instagram, à NBC News au début de ce mois-ci. « Si moi je n’en parle pas, qui le fera ? »

Le groupe Facebook « Foodies » est né d’un magazine imprimé, Great Kosher Restaurants, qui est depuis devenu un guide en ligne proposant un choix de restaurants casher. Le groupe Facebook compte 10 administrateurs, dont Kornblum, ainsi qu’un modérateur. Ils gèrent ensemble les adhésions au groupe, les paramètres et les publications.

Beaucoup de ceux qui ont critiqué la publication sur Great Kosher Restaurant Foodies ont dénoncé le ton de la publication. Saleman a commenté que la publication était « de mauvais goût ». Il a ajouté que les paramètres de la publication étant publics, elle pouvait être utilisée comme une source de propagande anti-Israël. D’autres commentateurs ont partagé les mêmes sentiments.

Parmi les commentaires, on peut lire que la publication est « très malavisée et de très mauvais goût », et qu’elle est « odieuse et déchirante ». Un des membres du groupe, qui a déclaré être le parent de deux soldats israéliens, a écrit : « Ne glorifions pas la guerre, ne traitons pas à la légère cette guerre qui est menée pour notre pays et notre peuple ». Un autre encore a écrit : « C’est l’une des choses les plus horribles que j’aie jamais vues. Et dire que cela vient d’un Juif … ».

Les réactions n’ont pas tardé. Moins d’une heure après la publication, Kornblum a réagi en se défendant. « Je le répète, Tsahal utilise des missiles [sic] pour détruire les bâtiments et les cibles du Hamas, il ne l’utilise pas pour les civils », a-t-il écrit. « J’ai du mal à croire qu’il faille l’expliquer dans ce groupe. »

Comme la discussion sur la publication a dévié de la critique de la campagne à des attaques personnelles contre les membres du groupe, Kornblum a fermé la section des commentaires, l’un des outils dont il dispose, en tant qu’administrateur, lorsque la conversation devient trop négative. Il a rouvert le fil des commentaires le lendemain matin, puis l’a de nouveau refermé – après avoir publié un autre commentaire défendant le message sur les missiles, au moins son quatrième depuis la publication du post.

« Pour mémoire, je noterai qu’il y a environ 450 réactions sur cette publication », a-t-il écrit. « 287 likes, 145 loves, 3 émojis en colère. Nous gardons des publications en fonction de ce que souhaite la majorité du groupe. Je pense que le groupe s’est exprimé. Merci. À plus. »

Kornblum a confié à la Jewish Telegraphic Agency qu’il considérait le don comme un moyen standard de manifester son soutien à Israël en guerre – à l’image des autres efforts du groupe.

« Étant donné que nous dirigeons le groupe et que nous soutenons Israël, c’était ma façon de le montrer », a déclaré Kornblum à la JTA. Il a utilisé le nom du groupe dans d’autres contextes tels que les décès ou d’autres événements marquants de la vie.

« Il m’arrive souvent de dire : ‘Au nom du groupe, nous envoyons nos condoléances’, ‘Mazel Tov de la part du groupe' », a-t-il ajouté. « Donc, quand je parle au nom du groupe, il s’agit donc de moi-même, de ma société et du groupe. Je trouvais donc que c’était un beau message ».

Ce n’est pas la première fois qu’un message écrit sur une roquette israélienne est diffusé en ligne. Le 29 octobre, au lendemain du décès de Matthew Perry, une des vedettes de la sitcom « Friends », une image montrant une roquette avec le message en hébreu « Celui pour Chandler Bing » a été partagée sur Instagram par l’humoriste et créateur numérique Matan Zur, qui sert actuellement dans l’armée israélienne. L’image est devenue virale lorsqu’elle a été partagée par le blogueur tech israélien Hillel Fuld sur X. Cette image a également suscité des réactions négatives pour son traitement à la légère de la guerre et de la mort de Perry.

À gauche : le technicien de cinquième classe William E. Thomas et le soldat de première classe Joseph Jackson posent avec des obus d’artillerie le matin de Pâques 1945 ; à droite : Joseph Wald, soldat de la brigade juive de l’armée britannique, tient un obus d’artillerie portant l’inscription « un cadeau pour Hitler » en hébreu, en 1944 ou 1945. (Crédits : Images via Wikimedia Commons. Conception par Jackie Hajdenberg/JTA)

L’inscription de messages sur des missiles est une tradition qui remonte au moins à la Seconde Guerre mondiale. En 1945, des soldats américains d’une unité de soldats noirs ont posé pour une photo sur laquelle on les voit tenir un panier de munitions portant l’inscription « Happy Easter Adolph » [Joyeuses Pâques Adolph]. Une autre photo célèbre datant de 1944 ou 1945 montre Joseph Wald, qui servait dans la brigade juive de l’armée britannique, tenant un obus d’artillerie portant l’inscription en hébreu « Un cadeau pour Hitler ».

Pendant la guerre en Ukraine, un projet similaire à la campagne israélienne menée par SignMyRocket.com a été créé par Anton Sokolenko, un étudiant ukrainien en informatique. Cette initiative a permis de récolter près de 1,7 million de dollars et de rédiger plus de 5 100 messages sur diverses armes, selon son site web.

La page de donation pour le projet israélien, sur le site d’une organisation non gouvernementale appelée Chesed Fund, indique que plus de 12 000 dollars ont été collectés pour cette collecte de fonds particulière pour les soldats de Tsahal, qui finance l’achat d’équipements de protection. Chesed Fund n’a toutefois pas répondu aux questions de la JTA portant sur l’inscription de messages sur les bombes. Cette option n’est pas non plus clairement indiquée sur son site web. Pour pouvoir inscrire un message sur un missile, les donateurs doivent d’abord faire un don sur la page web, puis appeler l’un de deux numéros de téléphone américains pour transmettre les messages proposés. Les numéros de téléphone n’apparaissent pas sur le site du Chesed Fund, et l’initiative des missiles n’a été relayée que par le bouche à oreille et par des publications sur les réseaux sociaux comme celle de Kornblum.

Kornblum ne semble pas perturbé par le débat qu’a suscité sa publication. Selon lui, ce n’est pas la première fois que la discussion s’éloigne du sujet éponyme du groupe, à savoir les restaurants casher. Il ne regrette rien, affirme qu’il publierait à nouveau le même message et ajoute que si des membres ont quitté le groupe à cause du message sur les missiles, « c’est leur choix, et c’est okay ».

« Je n’ai pas peur d’aborder des sujets brûlants », a-t-il déclaré. « Nous le faisons souvent. Nous avons parlé de la Pride Parade et nous avons parlé de BLM sur le groupe, nous avons parlé, évidemment, de la COVID. »

Saleman, qui s’est opposé à la publication de Kornblum, a convenu que la discussion sur la guerre n’était pas nécessairement déplacée dans le groupe Facebook.

« On ne peut pas vraiment séparer la culture juive, la nourriture casher et Israël », a-t-il déclaré. « Il est donc logique que certaines parties du groupe se consacrent à la situation en Israël. »

Il a par ailleurs indiqué qu’il avait assisté à des discussions plus virulentes entre les membres du groupe … sur des condiments.

« Il y a certainement beaucoup de controverses, mais pas de ce type », a précisé Saleman. « Les gens peuvent se montrer très véhéments lorsqu’il s’agit de supplément demandé pour une mayo épicée. Et les gens s’énervent probablement plus pour ça que pour la bombe. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.