Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Les enquêteurs de police font appel de l’acquittement du policier qui avait tué Solomon Tekah

Le Bureau des enquêtes internes de la police déclare, dans son appel, que la vie du policier n'était pas en danger immédiat et que son tir d'avertissement n'était donc pas justifié

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Worka et Wbjig Tekah tiennent une photo de leur fils Solomon Tekah, 19 ans, qui a été tué par un policier hors-service le 1er juillet 2019 à leur domicile de la ville israélienne de Haïfa, le 3 juillet 2019. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Worka et Wbjig Tekah tiennent une photo de leur fils Solomon Tekah, 19 ans, qui a été tué par un policier hors-service le 1er juillet 2019 à leur domicile de la ville israélienne de Haïfa, le 3 juillet 2019. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Le Bureau des enquêtes internes de la police a lancé un appel devant la Cour de district de Haïfa, dénonçant un jugement rendu par une juridiction inférieure qui a estimé qu’un agent de police, hors service au moment des faits, ne s’était pas rendu coupable d’homicide par négligence dans la mort de Solomon Tekah, un adolescent âgé de 19 ans, en 2019.

La mort du jeune homme avait suscité l’indignation au sein de la communauté éthiopienne, qui se plaint depuis longtemps d’être discriminée par la police – mais la Cour des magistrats de Haïfa avait acquitté le policier en estimant que sa vie et celle de sa famille étaient en danger lorsque Teka les avait agressés, accompagné par d’autres jeunes. Le tribunal avait estimé que les coups de semonce tirés par l’agent avait été une décision raisonnable, même si la balle, qui avait ricoché, avait finalement entraîné la mort de l’adolescent.

Le Bureau des enquêtes internes déclare, dans son appel, que la vie du policier n’était pas en danger immédiat et que les coups de semonce n’étaient donc pas justifiés.

Il indique que même si l’agent était dans une situation présentant un risque certain parce que Teka et les autres jeunes lui jetaient des pierres, il aurait dû tirer en l’air, conformément aux protocoles de la police, et non en direction du sol.

Les fragments de la balle tirée par le policier sur l’asphalte, à côté de Teka, avaient ricoché et l’avaient mortellement blessé.

« Les coups de semonce de l’agent de police qui a ciblé le trottoir, une surface solide qui ne cède pas sous une balle, à proximité des pieds du défunt, Solomon Teka, et des jeunes, a été fait en violation du protocole ; l’agent a donc fait preuve de négligence, une négligence qui a entraîné la mort de Solomon Tekah », a affirmé le Bureau dans une déclaration à la presse.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.