Rechercher

Les exercices en vol des F-35 interrompus suite à un défaut des sièges éjectables

Après la révélation de ce problème par les États-Unis, le commandant de l'armée de l'air a ordonné une révision de toute la flotte, autorisant l'usage des avions au cas par cas

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un technicien israélien devant un avion F-35 avant un exercice militaire en Italie, au mois de juin 2021. (Crédit : Armée israélienne)
Un technicien israélien devant un avion F-35 avant un exercice militaire en Italie, au mois de juin 2021. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée de l’air israélienne a cloué samedi sa flotte d’avions avancés F-35 au sol, vingt-quatre heures après le signalement, par les États-Unis, d’un défaut apparaissant dans les sièges éjectables de cet appareil innovant. Tous les exercices aériens sont pour le moment interrompus.

Le commandant de l’armée de l’air, Tomer Bar, a organisé une réunion sur le sujet dans la soirée de samedi et il a décidé que les 33 avions de chasse F-35 israéliens – la flotte toute entière du pays – serait examinée dans les prochains jours.

Bar « a souligné que les examens devront être effectués de manière stricte et minutieuse afin de faire en sorte que la flotte puisse reprendre pleinement les entraînements tout en garantissant un niveau élevé de sécurité », selon un communiqué qui a été publié par Tsahal.

Les activités opérationnelles des F-35 devraient continuer dans le cadre de cet examen – et leur utilisation sera déterminée par Bar au cas par cas.

Cette initiative a été prise après que l’armée de l’air américaine a fait savoir, vendredi, qu’elle allait temporairement laisser au sol ses F-35 en raison d’un problème avec les cartouches utilisées pour déclencher le système éjectable des sièges en cas d’urgence.

Air Force Times a indiqué, vendredi, que les États-Unis avaient découvert ce problème au mois d’avril mais qu’ils avaient attendu trois mois avant de renoncer à faire voler les avions, le temps de l’enquête sur la question.

Un jet F-35 manœuvrant lors d’une cérémonie de remise de diplômes aux pilotes ayant suivi le cours de pilotage de l’IAF, à la base aérienne de Hatzerim dans le désert du Néguev, le 26 décembre 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

Le fabricant des sièges, Martin-Baker, a estimé que le problème « remonte à une faille dans le processus de fabrication qui a été identifiée et comblée ».

La partie défectueuse était trop lâche et manquait de poudre de magnésium – qui est utilisée pour allumer le propulseur qui permet à un pilote de se dégager grâce à son siège, a expliqué le porte-parole de Martin-Baker, Steve Robert, à Air Force Times.

Le reportage a indiqué que depuis que le problème avait été découvert pour la première fois, les États-Unis avaient examiné 2 700 sièges éjectables de F-35 et qu’elle avait constaté trois défaillances du système.

Les avions américains retourneront au service après inspection.

Le fabricant de l’avion, Lockheed Martin, a indiqué samedi travailler « étroitement » avec le Joint Program Office et ses clients sur la question des sièges éjectables pour « garantir des opérations sûres et efficaces ».

« Nous participons aux examens de sièges quand c’est nécessaire », a-t-il ajouté.

Le F-35 de cinquième génération a été salué comme un avion potentiellement révolutionnaire par les militaires, non seulement pour ses capacités offensives et furtives, mais aussi pour sa capacité à connecter ses systèmes avec d’autres avions et à former un réseau de partage d’informations.

Israël a acheté au moins 50 avions de chasse F-35 à Lockheed Martin. Jusqu’à présent, 33 ont été livrés et les autres devraient arriver par lots de deux ou trois jusqu’en 2024.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...