Rechercher

Les juges veulent inculper la maire de Netanya récemment réélue

Miriam Feirberg-Ikar, soupçonnée de fraude et d'abus de confiance pour des avantages accordés aux promoteurs immobiliers, a été réélue pour un cinquième mandat la semaine dernière

La maire de Netanya Miriam Feirberg pendant la campagne électorale, à Netanya, le 24 février 2015. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
La maire de Netanya Miriam Feirberg pendant la campagne électorale, à Netanya, le 24 février 2015. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

Les procureurs ont recommandé que la maire de Netanya récemment réélue soit inculpée de fraude et d’abus de confiance.

Miriam Feirberg-Ikar est sous le coup d’une enquête criminelle depuis 2016 pour corruption, fraude, blanchiment d’argent et infractions fiscales impliquant des millions de shekels.

Le mois dernier, le département des affaires économiques du bureau du procureur général a recommandé les poursuites au procureur, Shai Nitzan, à l’issue d’une enquête de près de deux ans sur Feirberg-Ikar et d’autres responsables municipaux menée par l’unité anti-fraude Lahav 433, a rapporté dimanche la chaîne d’information Kan.

Le département a indiqué à Nitzan qu’il y avait suffisamment de preuves pour engager des poursuites pénales contre Feirberg-Ikar pour fraude et abus de confiance sans infraction de corruption.

La police soupçonne Feirberg-Ikar et d’autres fonctionnaires municipaux d’avoir accepté des pots-de-vin pour un montant évalué à des centaines de milliers de shekels en échange de la promotion de certains projets immobiliers dans la ville côtière du nord.

En mars, la police a recommandé que Feirberg-Ikar soit inculpée pour corruption électorale, fraude et abus de confiance. Dans leur recommandation, la police a déclaré à Nitzan que leur enquête avait révélé une « tendance généralisée d’activités criminelles de la part du maire et de membres de sa famille ».

Le fils de Feirberg-Ikar, Tzafrir, le rabbin Shimon Sher, président du comité pour le développement de la ville, le promoteur Avraham Tshuva, l’avocat Avraham Gogig et l’architecte Gabi Tetro sont également concernés.

Nitzan devra décider s’il convient de poursuivre Feirberg-Ikar.

Appuyée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour décrocher son cinquième mandat, Feirberg-Ikar a remporté 50 % des suffrages dans sa ville.

Feirberg-Ikar n’était pas la seule candidate aux élections locales de mardi dernier à travers le pays, à faire l’objet d’enquêtes judiciaires.

Le président du conseil régional de Tamar, qui a plaidé coupable d’abus de confiance le mois dernier, a remporté un quatrième mandat avec 56 % des voix. Les maires en exercice de Hadera et de Nazareth, qui font l’objet d’une enquête pénale, ont également été réélus.

Selon la loi israélienne, les candidats peuvent se présenter aux élections locales, même s’ils sont inculpés ou condamnés. Ils peuvent être exclus de la course uniquement si leur crime concerne une inconduite morale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...