Les Juifs britanniques et américains organisent des rassemblements pro-Israël
Rechercher

Les Juifs britanniques et américains organisent des rassemblements pro-Israël

Les manifestations de dimanche ont suivi des défilés propalestiniens qui avaient eu lieu la veille, au cours desquels l'État juif a été - entre autres - comparé à l'Allemagne nazie

La police maintient un cordon de sécurité alors que des manifestants pro-israéliens se sont rassemblés aux abords de l'ambassade israélienne, dans le centre de Londres, le 23 mai 2021. (Crédit : Tolga Akmen/AFP)
La police maintient un cordon de sécurité alors que des manifestants pro-israéliens se sont rassemblés aux abords de l'ambassade israélienne, dans le centre de Londres, le 23 mai 2021. (Crédit : Tolga Akmen/AFP)

Ce sont environ 1 500 personnes qui se sont regroupées aux abords de l’ambassade israélienne de Londres, dimanche, pour faire part de leur soutien à Israël suite à onze jours de combats violents avec le groupe terroriste du Hamas, dans la bande de Gaza.

La capitale britannique a été le théâtre de manifestations propalestiniennes massives et d’une série d’agressions antisémites qui ont inquiété la communauté juive locale, désemparée face au fanatisme antijuif émergeant du mouvement propalestinien. Selon l’organisation Community Security Trust, les incidents antisémites ont augmenté de 600 % pendant la guerre.

Sous forte présence policière, les manifestants se sont retrouvés, brandissant des drapeaux, et des intervenants ont critiqué le Hamas et appelé la communauté internationale à apporter son soutien à Israël.

Ce regroupement est entré dans le cadre d’une série d’événements programmés dimanche par des groupes juifs et pro-israéliens, dimanche, suite à un mouvement de protestation propalestinien qui, la veille, s’est déployé dans les rues des plus grandes villes de toute l’Europe et d’Amérique du nord.

Le rassemblement, à Londres, avait été organisé par la Fédération sioniste du Royaume-Uni et d’Irlande.

S’adressant à l’assistance, l’ambassadrice israélienne Tzipi Hotovely, la voix rauque, a indiqué avoir perdu cette dernière, ces derniers jours, en « soutenant Israël à voix forte », a fait savoir Jewish News, site partenaire du Times of Israel à Londres.

Hotovely a remercié les personnes présentes, expliquant qu’Israël « vous voit, vous entend et vous remercie ».

S’exprimant auprès de Jewish News, Paul Charney, président de la Fédération sioniste, a noté « l’augmentation sans précédent de l’antisémitisme » et a dit que « en assistant à ce regroupement, nous répétons que nous ne nous laisserons pas impressionner par la haine anti-juive. Nous espérons que nos amis, en Israël, verront cet acte de solidarité et qu’ils sauront qu’ils ne sont pas seuls et qu’ils ont de nombreux soutiens à Londres ».

Ce rassemblement a eu lieu deux jours après la signature d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, qui a permis de mettre un terme à onze jours de conflit. Les groupes terroristes palestiniens de Gaza ont tiré plus de 4 000 roquettes en direction de l’État juif qui, pour sa part, a riposté par de lourdes frappes aériennes ciblant leurs positions.

Des regroupements similaires ont été organisés aux États-Unis.

Une manifestation qui a eu lieu dimanche dans le centre de Manhattan à l’initiative du Conseil israélo-américain et d’autres groupes pro-israéliens a été l’occasion de transmettre des messages traditionnels de soutien à l’État juif, et les intervenants ont estimé qu’Israël et les Juifs de New York City devaient affronter un ennemi commun.

« Nous sommes ici aujourd’hui contre le terrorisme, unis contre le terrorisme », a dit Tal Schuster, l’un des organisateurs, dans un discours. « Nous n’acceptons aucun type de terrorisme, ni à New York, ni en Israël, ni ailleurs dans le monde ».

A New York City, à l’occasion de regroupements propalestiniens et pro-israélien rivaux qui avaient lieu jeudi dans les rues de la ville, de multiples agressions anti-juives ont été signalées.

D’autres mouvements de protestation sont prévus à Los Angeles, Houston, Atlanta et ailleurs.

Une manifestation « Stand Up For Israel » devrait attirer des responsables élus locaux et des chefs religieux, ont annoncé les organisateurs.

La police maintient un cordon de sécurité alors que des manifestants pro-israéliens se sont rassemblés aux abords de l’ambassade israélienne, dans le centre de Londres, le 23 mai 2021. (Crédit : Tolga Akmen/AFP)

Un grand nombre de ces rassemblements ont été accompagnés d’événements en ligne. Un événement a notamment été organisé sur Facebook pour appuyer le regroupement de Londres.

Aux États-Unis, un événement mis en place sur internet par le site Israel365.com, organisation pro-israélienne qui s’adresse aux chrétiens évangélistes pro-israéliens, dit aux internautes que « les manifestants anti-israéliens se regroupent contre l’État juif et aujourd’hui, Israël a plus besoin de vous que jamais ! »

Il propose aux partisans de rejoindre « un rassemblement virtuel sur Zoom ».

Il y a eu, samedi, des manifestations propalestiniennes en Grande-Bretagne, en France, aux États-Unis et ailleurs, durant lesquels les manifestants ont condamné Israël. Les participants, à de nombreux endroits, ont appelé au démantèlement du pays ou comparé l’État juif à l’Allemagne nazie.

Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, montrant le rassemblement de Londres, montre une voiture circuler dont les occupants brandissent des drapeaux palestiniens en traînant, derrière le véhicule, un drapeau israélien le long de la route, sous les acclamations des personnes présentes. Des photos montrent également les protestataires mettre le feu à un drapeau israélien.

Selon le groupe de veille Campaign against Antisemitism, de nombreux panneaux brandis lors de la manifestation propalestinienne ont comparé Israël à l’Allemagne nazie.

« Israël, le nouvel État nazi », disait l’un d’eux, tandis qu’un autre affirmait « Les nazis sont encore là, ils s’appellent dorénavant les sionistes ». Le Premier ministre Benjamin Netanyahu « surpasse Hitler dans la barbarie », disait une affiche, d’autres accusant Israël de commettre un « Holocauste » contre les Palestiniens.

A Londres, des dizaines de milliers de personnes ont ainsi participé à un défilé. Selon des organisateurs du groupe Palestinian Solidarity Campaign, 180 000 personnes ont pris part à ce regroupement – ce qui en a fait la plus importante manifestation propalestinienne jamais connue par le pays.

Parmi les intervenants qui ont pris la parole à cette occasion, l’ex-dirigeant du parti Travailliste Jeremy Corbyn et John McDonnell, un député du Labour.

McDonnell a déclaré à l’assistance que « Oui, un cessez-le-feu a été conclu et nous le saluons. Mais soyons clairs, il n’y aura pas de cessez-le-feu dans notre campagne de Boycott, de Désinvestissement et de sanction contre l’État d’apartheid israélien ».

Une personne présente avait entre les mains un panneau avec une image de Jésus portant la croix avec le slogan « Ne les laissez pas recommencer aujourd’hui ».

Lors d’un mouvement de protestation similaire qui a eu lieu la semaine dernière, alors que le conflit faisait rage, certains individus avaient aussi brandi des panneaux clairement antisémites même si les organisateurs avaient demandé d’éviter de comparer Israël et le sionisme aux nazis, a noté le Jewish News.

Tariq Ali, qui est intervenu lors du rassemblement – c’est un activiste et un proche de Corbyn – aurait critiqué samedi les Israéliens de droite, disant : « Ils n’ont rien appris de ce qui leur est arrivé en Europe. Rien ».

« Ils parlent beaucoup – disant que tous ceux qui défilent pour la Palestine sont des antisémites. Ce qui, bien sûr, n’est pas vrai », a continué Ali, selon Jewish News. « A chaque fois que les Israéliens bombardent Gaza, à chaque fois qu’ils attaquent Jérusalem – c’est ça qui crée l’antisémitisme ».

Suite au regroupement, Corbyn – qui avait dû démissionner de son poste à la tête du Labour et qui avait été temporairement suspendu de la formation suite à de graves accusations laissant entendre qu’il n’avait pas géré la question de l’antisémitisme au parti Travailliste – a posté sur Twitter une photo de lui-même lors du rassemblement avec la légende : « Le cessez-le-feu est bienvenu mais la paix permanente ne pourra être obtenue que grâce à une Palestine libre et indépendante ».

Il y a eu d’autres défilés de soutien aux Palestiniens dans d’autres villes britanniques et notamment à Manchester, Bristol, Peterborough et Nottingham, a fait savoir le Guardian.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...