Les Juifs hongrois protestent contre la nouvelle loi sur le contenu LGBT
Rechercher

Les Juifs hongrois protestent contre la nouvelle loi sur le contenu LGBT

La fédération de communautés juives du pays a critiqué la "loi sur la propagande gay", affirmant que nul ne devrait être discriminé ou mis hors la loi en raison de son identité

András Heisler est le président de Mazsihisz, un groupe de coordination des communautés juives hongroises. (Crédit: avec l'aimable autorisation de Mazsihisz via JTA)
András Heisler est le président de Mazsihisz, un groupe de coordination des communautés juives hongroises. (Crédit: avec l'aimable autorisation de Mazsihisz via JTA)

JTA – Les groupes juifs de Hongrie ont condamné une nouvelle loi dans le pays, qui interdit l’accès à du contenu sur l’homosexualité aux mineurs.

Appelée « loi sur la propagande gay », la législation adoptée la semaine dernière, au Parlement, suit des mesures similaires en Russie en 2013, qui définissent le matériel écrit ou visuel se rapportant au changement de sexe ou à l’homosexualité, comme de la propagande à laquelle les enfants ne doivent pas avoir accès.

A l’origine, il s’agissait d’une loi visant à lutter contre la pédocriminalité, proposant des mesures comme la création d’une base de données des personnes condamnées accessible au public ou encore leur bannissement de certaines professions.

Mais début juin, des membres du parti au pouvoir, le Fidesz, ont déposé des amendements aussitôt dénoncés par les défenseurs des droits.

Voici ce qu’il est écrit : « La pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l’identité de genre, le changement de sexe et l’homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans ».

Les cours d’éducation sexuelle devront désormais être assurés par des organisations agréées par l’Etat, précise le texte.

Et de dénoncer l’existence de structures « à la crédibilité professionnelle discutable », qui tentent « d’influencer le développement sexuel des enfants » et peuvent « causer de graves dommages à leur développement physique, mental et moral ».

Viktor Orban a assuré que la loi ne visait « pas les homosexuels ».

Elle « protège les droits des enfants, garantit les droits des parents et ne s’applique pas à l’orientation sexuelle des plus de 18 ans », argue le gouvernement, niant « tout élément discriminatoire ».

Approuvé le 15 juin par 157 députés, le texte a été signé mercredi soir par le président Janos Ader. Il doit être publié sous peu dans le Journal officiel pour une probable entrée en vigueur courant juillet, mais a déclenché une prise de bec diplomatique entre la Hongrie et d’autres États membres de l’Union européenne.

Le théâtre Golem, une institution basée à Budapest, qui traite abondamment de sujets juifs et compte de nombreux membres juifs, a déclaré sur Facebook qu’il « s’oppose à la loi sur la propagande. »

Mazsihisz, la plus grande fédération de communautés juives en Hongrie, a également critiqué la législation sans la nommer dans la déclaration du groupe. Mazsihisz se définit comme une communauté religieuse.

« Le Mazsihisz, en tant que groupe juif, croit fermement, que toutes les personnes sont intrinsèquement pures, et que leurs émotions ne les rendent pas impures », peut-on lire dans la déclaration. « Personne ne devrait être étiqueté comme impur, être discriminé et certainement pas mis hors la loi simplement en raison de son orientation ou de son identité. De telles classifications détruisent la cohésion sociale et notre sentiment d’appartenance. »

Le gouvernement de droite hongrois, dirigé par Viktor Orban, s’est opposé sur plusieurs questions à Mazsihisz, qui a averti que, la campagne du gouvernement critiquant le milliardaire philanthrope juif George Soros, risquait d’encourager l’antisémitisme, et que le gouvernement facilitait le révisionnisme de l’Holocauste. D’autres groupes juifs locaux, dont la fédération juive EMIH (Egységes Magyarországi Izraelita Hitközség), ont contesté ces allégations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...