Rechercher

Les ministres approuvent l’aide d’urgence au logement pour les olim d’Ukraine

Les nouveaux arrivants recevront une aide au loyer pendant un an, en plus des prestations habituelles offertes aux immigrants

Des immigrants juifs fuyant les zones de guerre en Ukraine arrivent au bureau israélien de l’Immigration et de l’Intégration à l’aéroport Ben Gurion, le 15 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des immigrants juifs fuyant les zones de guerre en Ukraine arrivent au bureau israélien de l’Immigration et de l’Intégration à l’aéroport Ben Gurion, le 15 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le gouvernement a approuvé, dimanche, le principe d’une aide d’urgence au loyer accordée aux nouveaux immigrants d’Ukraine et d’autres anciens pays soviétiques, dans le sillage de l’invasion de l’Ukraine par la Russie fin février.

Le programme prévoit le versement, pendant un an, de
2300 shekels mensuels au titre de l’aide au loyer aux personnes seules, 2 900 shekels pour les familles avec un ou deux enfants et 3 400 shekels pour les familles comptant trois enfants et plus.

Les mesures ont été annoncées, dans une déclaration conjointe, par les ministères des Finances, de l’Immigration et de l’Intégration et du Logement.

Les immigrants n’auront pas besoin de présenter un bail de location pour bénéficier des prestations.

Les avantages ne s’appliquent qu’aux immigrants admissibles à la citoyenneté, et non à l’ensemble des réfugiés.

La mesure a été proposée par la ministre de l’Immigration et de l’Absorption, Pnina Tamano-Shata, le ministre des Finances, Avigdor Liberman, et le ministre du Logement, Zeev Elkin, dans le cadre des préparatifs du gouvernement à l’arrivée de dizaines de milliers d’immigrants originaires d’Ukraine, de Russie et de Biélorussie en raison de la guerre.

« La plupart des immigrants fuient la guerre en Ukraine et arrivent après un périple éprouvant, forcés de laisser derrière eux tous leurs biens et leur argent », a déclaré Tamano-Shata. « En tant que gouvernement, nous sommes déterminés à les aider et leur faciliter la tâche autant que possible. »

Le communiqué précise que cette aide sera accordée indépendamment du revenu des intéressés et viendra en complément du dispositif financier habituel dont bénéficient les nouveaux immigrants pendant six mois, qui varie entre 2 700 et 6 400 shekels par mois, ainsi que de l’aide supplémentaire accordée aux immigrants réfugiés, qui varie entre 6 000 et 15 000 shekels par mois.

Les ministères ont exprimé l’espoir que le programme d’aide augmente considérablement les revenus disponibles pour les nouveaux immigrants et facilite ainsi leur intégration rapide et durable au sein de la société israélienne.

La ministre israélienne de l’Aliyah et de l’Intégration, Pnina Tamano-Shata, rend visite aux immigrants juifs fuyant les zones de guerre en Ukraine, au bureau d’Immigration et d’Intégration israélien, à l’aéroport Ben Gurion près de Tel Aviv, le 15 mars 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Liberman a déclaré que cette décision « incarnait l’essence-même du sionisme et la responsabilité mutuelle sur laquelle l’État d’Israël s’est établi, celle de constituer un foyer pour tous les Juifs du monde ».

« À tout moment, nous sommes au service des Juifs désireux de venir et construire leur vie en Israël », a déclaré Elkin dans le communiqué. « Aujourd’hui, plus que jamais, puisque leur vie est en jeu. »

L’Agence juive a déclaré la semaine dernière qu’elle avait traité les demandes de plus de 10 000 immigrants d’Ukraine et de Russie depuis le début de la guerre, et reçu plus de 30 000 appels pour s’enquérir de l’immigration en Israël.

Au début de l’invasion, Israël accueillait quelques vols d’immigration chaque semaine. Le rythme est rapidement monté à un vol quotidien, avec quelque 150 immigrants à chaque fois. Actuellement, ce sont plusieurs centaines de nouveaux immigrants qui arrivent en Israël chaque jour, selon le ministère de l’Immigration et de l’Intégration.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...