Israël en guerre - Jour 142

Rechercher
Reportage

Les survivants de Nir Oz, une oasis dans le désert, arrivent dans les tours de Kiryat Gat

Les habitants de cette ville du sud en pleine expansion accueillent les nouveaux arrivants traumatisés avec fanfare et un flot constant de gestes généreux

  • Des écoliers brandissent des pancartes où il est écrit "Bienvenue Nir Oz" à Kiryat Gat le 2 janvier 2024. (Crédit : Auhorisation/Municipalité de Kiryat Gat)
    Des écoliers brandissent des pancartes où il est écrit "Bienvenue Nir Oz" à Kiryat Gat le 2 janvier 2024. (Crédit : Auhorisation/Municipalité de Kiryat Gat)
  • Maya Argov et Jonathan Dekel-Chen entrent dans un immeuble où résident des survivants du kibboutz Nir Oz, à Kiryat Gat, le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    Maya Argov et Jonathan Dekel-Chen entrent dans un immeuble où résident des survivants du kibboutz Nir Oz, à Kiryat Gat, le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
  • Un bus transportant des survivants de Nir Oz arrive d'Eilat à Kiryat Gat le 2 janvier 2024. (Crédit : Auhorisation/Municipalité de Kiryat Gat)
    Un bus transportant des survivants de Nir Oz arrive d'Eilat à Kiryat Gat le 2 janvier 2024. (Crédit : Auhorisation/Municipalité de Kiryat Gat)
  • Un des bâtiments de Kiryat Gat où logent les survivants du kibboutz Nir Oz, photographié ici le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    Un des bâtiments de Kiryat Gat où logent les survivants du kibboutz Nir Oz, photographié ici le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
  • Ran Pauker, à droite, serre la main de Mordi Israel à Kiryat Gat le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
    Ran Pauker, à droite, serre la main de Mordi Israel à Kiryat Gat le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Brandissant des drapeaux et des banderoles, des centaines de lycéens attendaient le dernier groupe de survivants du kibboutz Nir Oz, qui ont été relogés mardi dans six immeubles résidentiels de Kiryat Gat.

Le comité d’accueil, auquel se sont joints spontanément des habitants de Kiryat Gat, a accueilli les nouveaux arrivants avec joie : Beaucoup ont poussé des cris joyeux lorsque le bus transportant les survivants de l’attentat du 7 octobre, précédé d’une voiture de police, s’est arrêté dans le quartier où les kibboutznikim séjourneront pendant au moins un an.

L’humeur était différente parmi les résidents de Nir Oz, un kibboutz de près de 400 personnes où les terroristes du Hamas ont tué ou enlevé une personne sur quatre le 7 octobre, tout en mettant le feu et en faisant exploser de nombreuses maisons et structures de cette communauté naguère bien entretenue.

La destruction de Nir Oz est si importante que la communauté a été exclue du plan de réinstallation du gouvernement, qui vise à permettre à la quasi-totalité des communautés évacuées des zones frontalières de retourner chez elles d’ici le mois de septembre. La restauration de Nir Oz pourrait prendre jusqu’à deux ans, a déclaré cette semaine un responsable de la réinstallation au Times of Israel.

« C’est mieux que l’hôtel », a dit un membre de Nir Oz, Jonathan Dekel-Chen, en parlant de l’Isrotel Yam Suf à Eilat, où les survivants ont logé jusqu’à cette semaine. « Mais on emménage dans un endroit que l’on n’a pas choisi. Nous sommes ici parce que nous n’avons pas le choix. Personne ne saute de joie », a-t-il confié au Times of Israel mercredi, entre deux courses liées au déménagement.

Le fils de Dekel-Chen, Sagui, qui a la double nationalité américaine et israélienne, ferait partie des otages retenus par le Hamas à Gaza.

Selon Mordi Israel, de Kiryat Gat, professeur d’histoire et père de deux enfants, qui a participé à la cérémonie d’accueil, de nombreux habitants ont voulu fêter cet emménagement temporaire dans une tentative de remonter le moral des nouveaux arrivants.

« Ils sont profondément traumatisés. Ils sont en deuil et n’ont plus de toit. Mais ils ont trouvé ici un foyer aimant et une communauté chaleureuse. Ils ne le savent pas encore, mais nous voulions le leur montrer », a expliqué Israël.

Maya Argov et Jonathan Dekel-Chen entrent dans un immeuble où résident des survivants du kibboutz Nir Oz, à Kiryat Gat, le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

L’arrivée des survivants – dont la plupart ont perdu animaux de compagnie, meubles, livres et bien d’autres biens précieux – a souligné à la fois l’ampleur du traumatisme subi par d’innombrables Israéliens le 7 octobre et la solidarité qui aide les communautés à recoller les morceaux.

Mercredi, Israël, un habitant de Kiryat Gat, est retourné dans le bâtiment principal qui abrite les personnes évacuées pour s’entretenir avec la direction de Nir Oz. Après la fanfare, il souhaitait proposer ses services comme animateur de chants pour les singalongs publics, gratuitement.

« Vous savez, je joue de la guitare et je peux organiser des chants, en particulier pour les personnes âgées », a-t-il expliqué à Maya Argov, une administratrice travaillant pour Nir Oz.

Il figurait parmi les nombreux habitants de la ville qui se sont présentés mercredi pour offrir leur temps et leurs talents aux survivants de Nir Oz.

Noam Porat. (Crédit : Porat)

Noam Porat, 62 ans, père de deux enfants, travaille comme guide touristique, mais il a proposé ses services à titre gracieux comme homme à tout faire dans des annonces écrites à la main qu’il a laissées dans les halls d’entrée des six immeubles où vivent, dans 137 appartements, quelque 250 membres de Nir Oz, soit 80 % des résidents survivants. Jusqu’à présent, personne n’a appelé, a indiqué un Porat déçu. Il a grandi à Kiryat Gat mais a vécu à Nir Oz pendant un an durant son service militaire, a-t-il indiqué jeudi.

D’autres offres d’aide ont été faites par l’organisation caritative sioniste britannique JNF UK, qui a mis à la disposition des évacués les 11 appartements qu’elle possède dans le projet de logement Dona à Kiryat Gat normalement destiné aux nouveaux immigrants. Soltam, une fabrique d’ustensiles de cuisine, a fait don d’ustensiles de cuisine à chaque foyer. La municipalité de Kiryat Gat a installé des panneaux de bienvenue et fourni à chaque immeuble une corbeille de fruits contenant une pastèque dont l’écorce est marquée du logo de Nir Oz.

Une pastèque, dont l’écorce porte le logo du kibboutz Nir Oz, est posée sur ce qui reste d’une corbeille de fruits offerte aux survivants de cette localité qui ont fini d’emménager dans des immeubles à Kiryat Gat, le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Le sol stérile du hall d’entrée de l’immeuble d’habitation contrastait avec le logo vert du kibboutz Nir Oz, qui représente une énorme fleur surplombant des champs fraîchement labourés, un tracteur et un silo à grains.

« L’endroit est une sorte de grand chantier de construction. C’est bizarre d’être ici, on voit les grues et tout ça. Il n’y a pratiquement pas de verdure. C’est très différent du décor que nous avons construit à Nir Oz. Ce n’est pas un retour au pays, c’est un nouveau chapitre. Ce n’est ni bon ni pas bien. Nous sommes un peu en sursis ici », a dit Dekel-Chen en parlant de Karmei Gat, ce nouveau quartier dont la construction des immeubles de 20 étages a débuté en 2017 au nord de Kiryat Gat proprement dit.

Un des bâtiments de Kiryat Gat où logent les survivants du kibboutz Nir Oz, photographié ici le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Huit des appartements fournis par le gouvernement aux résidents de Nir Oz à Karmei Gat sont prévus pour les familles que l’on présume être retenues en otage à Gaza, dont celle de Yarden et Shiri Bibas et leurs enfants, Ariel, 4 ans, et son petit frère Kfir, qui a eu un an cette semaine.

Le 7 octobre, 3 000 terroristes du Hamas ont assassiné près de 1 200 personnes en Israël. Ils ont également kidnappé 240 personnes, dont 129 d’entre eux seraient encore captifs à Gaza – mais pas toutes en vie. L’armée israélienne a envahi Gaza à la suite des attaques, tuant des milliers de terroristes, selon l’armée israélienne. Des sources palestiniennes affirment qu’au moins 22 000 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza, mais ces chiffres ne peuvent être confirmés par un organisme indépendant.

Des soldats dans le kibboutz Nir Oz, détruit par les terroristes du Hamas le 7 octobre lors de leur attaque dans le sud d’Israël, le 21 novembre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Karmei Gat, une agglomération uniforme et densément bâtie, résonne du bruit des travaux de construction en cours dans nombre de ses immeubles non habités – et dans certains de ses immeubles habités. C’est un quartier pour les jeunes couples. Un bon nombre d’entre eux sont issus de groupes défavorisés éligibles aux subventions gouvernementales, mais de nombreux autres sont issus de la classe moyenne, explique Israël.

Karmei Gat est très différente sur le plan socio-économique de Nir Oz, un kibboutz prospère grâce à son usine de peinture, Nirlat.

« La religion n’est pas vraiment un pilier de la vie à Nir Oz, mais elle est très présente dans tout Kiryat Gat, y compris à Karmei Gat », a fait remarquer Porat. Sur le plan politique, a-t-il ajouté, Kiryat Gat et Nir Oz sont à l’opposé l’un de l’autre. Les partis de droite ont obtenu exactement 27 voix sur 239 à Nir Oz lors des dernières élections, contre 80 % de l’électorat à Kiryat Gat, une ville en pleine expansion d’environ 57 000 habitants où le salaire moyen est inférieur de 23 % au salaire national.

« Rien de tout cela ne compte aujourd’hui », dit Israël au sujet de la politique. « Nous sommes un seul peuple, confronté à un ennemi commun, uni par un même destin. »

Le contraste visuel entre Nir Oz et Karmei Gat est également frappant.

Les aménagements paysagers sont loin d’être terminés à Karmei Gat, et les îlots de circulation sont dénudés et stériles sous le soleil d’hiver. Nir Oz, en revanche, est l’un des kibboutzim les plus verts d’Israël grâce aux systèmes d’irrigation innovants, à la gestion de l’eau et à d’autres développements horticoles qui ont été développés dans le jardin botanique et le parc écologique Green Point de Nir Oz, créé il y a 50 ans.

Un bus transportant des survivants de Nir Oz arrive d’Eilat à Kiryat Gat le 2 janvier 2024. (Crédit : Auhorisation/Municipalité de Kiryat Gat)

Personne n’est plus conscient de ces différences que Ran Pauker, le fondateur du jardin botanique. Cet homme agile qui, à 86 ans, effectuait encore des travaux de jardinage dans le kibboutz avant d’être évacué, élude une question sur ses sentiments à l’idée d’emménager dans un immeuble d’habitation.

« Voici ce que je ressens : Je suis profondément ému et profondément reconnaissant pour la façon dont ces gens exceptionnels nous accueillent, nous embrassent », a-t-il déclaré en tendant la main pour serrer celle de Mordi Israel. « Merci », dit-il à Israel. « Hormis les circonstances, nous sommes très honorés de vous compter parmi nos voisins « .

De retour dans le hall d’entrée, les membres de Nir Oz se concentrent sur les choses les plus banales. Chaya Klingbail tente de retrouver une pile de rouleaux de papier toilette qui attendait les nouveaux arrivants dans une salle d’approvisionnement, mais qui a disparu depuis. Les membres devraient rester sur place pendant au moins un an, si ce n’est deux.

De nombreuses maisons à Nir Oz ont été incendiées, a expliqué Dekel-Chen, qui est retourné au kibboutz après le massacre pour récupérer quelques objets personnels dans sa maison, qui n’a pas été brûlée. Mais même là, « tout sent la fumée et la mort, pour être honnête », a-t-il dit.

Ran Pauker, à droite, serre la main de Mordi Israel à Kiryat Gat le 3 janvier 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Pauker fait partie des membres qui sont impatients de retourner à Nir Oz. Il minimise les dégâts.

« Quelques mois de dur labeur. Les plantes repousseront elles aussi. Tout comme les gens, elles sont résistantes », dit-il.

Mais ce n’est pas l’avis de tous, a souligné Argov, responsable de la réinstallation à Nir Oz.

« La majeure partie de Nir Oz a été détruite. Brûlée. Le sentiment d’être chez soi, le sentiment de sécurité, après avoir été abandonné par l’armée et l’État, n’a pas été rétabli pour tous les membres », a indiqué Argov, « et de sérieuses discussions ont lieu actuellement concernant la perspective d’un retour ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.