Rechercher

Les ultra-orthodoxes furieux de l’appel de Bennett à réduire leur influence

En réponse, Yaakov Litzman, du parti d'opposition Yahadout HaTorah, a déclaré que "quand il avait besoin de 'l'influence des Haredim', il savait la demander"

Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri, à gauche, et le ministre de l'Éducation Naftali Bennett à la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri, à gauche, et le ministre de l'Éducation Naftali Bennett à la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Naftali Bennett, qui a pris la parole dans la matinée de lundi lors de la conférence du Jerusalem Post, a appelé à réduire l’influence politique des ultra-orthodoxes – des propos qui ont rendu furieux les députés ‘haredim.

« Je ne voudrais pas un Israël d’où les ‘haredim seraient absents mais nous devons limiter leur influence politique », a estimé Bennett.

En réponse, Yaakov Litzman, du parti d’opposition Yahadout HaTorah, a déclaré que « quand il avait besoin de ‘l’influence des ‘haredim‘, il savait la demander ».

Aryeh Deri, leader du parti Shas, a pour sa part écrit sur Twitter : « Un Premier ministre illégitime, qui compte six sièges, qui franchit à peine le seuil électoral dans tous les sondages et qui ne représente que lui-même, veut limiter l’influence des ‘haredim qui représentent pour leur part un million de personnes ».

Il a ainsi fait référence à la désignation de Bennett au poste de Premier ministre dans le cadre de la coalition diversifiée, même si son parti Yamina n’avait gagné que sept sièges – un député a depuis fait défection – à la Knesset, forte de 120 fauteuils.

« Bennett, toute escroquerie a une fin. Le jour viendra où un gouvernement qui représentera la volonté du peuple émergera, avec notamment la communauté haredi qui a reçu seize sièges aux dernières élections », a écrit Deri.

— avec Lazar Berman

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...