Rechercher

Washington condamne l’agression de Palestiniens par des résidents d’implantation

Un officiel du département d'État se félicite de la "condamnation sans équivoque" de cet incident survenu près de Hébron de la part du ministre des Affaires étrangères et d'autres

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des habitants d'implantation masqués près du hameau palestinien d'al-Mufaqara dans les collines du sud de Hébron, le 28 septembre 2021. (Autorisation)
Des habitants d'implantation masqués près du hameau palestinien d'al-Mufaqara dans les collines du sud de Hébron, le 28 septembre 2021. (Autorisation)

Le département d’État américain a dénoncé, jeudi, une attaque violente menée par des partisans israéliens du mouvement pro-implantations à l’encontre d’un village palestinien de Cisjordanie, au début de la semaine, qui a fait au moins neuf blessés et notamment un garçon de trois ans.

« Le gouvernement américain condamne les actes de violence de la part des résidents d’implantations qui ont eu lieu contre des Palestiniens d’un village situé près de Hébron, en Cisjordanie, en date du 28 septembre », a déclaré un responsable du département d’État dans un communiqué envoyé aux journalistes qui avaient réclamé une réaction sur ce dossier.

« Nous sommes sensibles aux condamnations fortes et sans équivoque du ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et d’autres responsables face à ces violences », a poursuivi le responsable.

Mardi après-midi, des dizaines d’Israéliens masqués ont jeté des pierres sur des Palestiniens dans le sud des collines de Hébron. Ces pierres ont heurté des voitures et ont fait au moins douze blessés du côté palestinien, notamment Mohammad Bakr Hussein, un garçon de trois ans.

Sur des images de l’incident, les partisans israéliens du mouvement pro-implantations brisent des fenêtres de voiture et jettent des pierres vers les habitations des Palestiniens. Ces heurts se sont déroulés à proximité du camp palestinien d’al-Mufaqara, un hameau qui chevauche deux avant-postes israéliens illégaux, Avigayil et Havat Maon.

Lapid a dénoncé un acte terroriste et a appelé à ce que justice soit faite.

Mohammad Bakr Hussein, 3 ans aurait été blessé par des pierres jetées par des habitants d’implantations israéliens dans le sud des collines de Hébron, le 28 septembre 2021. (Autorisation)

« Cet incident violent est horrible et c’est du terrorisme », a écrit le ministre des Affaires étrangères dans la soirée de mercredi. « Ce n’est pas digne d’Israël, c’est indigne de la part de Juifs. Il s’agit de marginaux violents et dangereux et il est de notre responsabilité de les traduire en justice. »

Le ministre de la Santé et leader du Meretz, Nitzan Horowitz, a expliqué mardi soir que « ce déchaînement violent de la part de délinquants est intolérable et nous allons y mettre un terme ».

La police a arrêté trois suspects juifs mercredi et deux de plus dans la journée de jeudi. Aucun d’entre eux n’a été mis en examen pour le moment.

Les autorités israéliennes n’appréhendent que rarement les Juifs qui commettent de telles attaques, ce qui rend inhabituelles ces arrestations de mercredi et de jeudi. Les groupes de défense des droits de l’Homme déplorent néanmoins le fait que les condamnations sont encore plus inhabituelles que les arrestations et que la vaste majorité des charges, dans le cadre de telles agressions, sont finalement abandonnées.

Le communiqué du responsable du département d’État s’est conclu en évoquant un point souvent abordé par l’administration Biden depuis presque un an, affirmant que « nous pensons qu’il est déterminant pour toutes les parties d’éviter d’entreprendre des initiatives unilatérales susceptibles d’exacerber des tensions et de nuire aux efforts visant à promouvoir une solution à deux États – annexion des territoires, activités d’implantation, de démolition et d’expulsion, incitations à la violence et allocations versées à des individus qui ont été emprisonnés pour des actes de terrorisme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...