Les USA ne relâcheront pas leur pression face au programme de missiles iranien
Rechercher

Les USA ne relâcheront pas leur pression face au programme de missiles iranien

Le programme balistique de la République islamique inquiète les Occidentaux, qui accusent l'Iran de vouloir augmenter la portée de ses missiles et de déstabiliser le Moyen-Orient

Des Iraniens visitent une exposition de l'equipement militaire à Téhéran, le 2 février 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)
Des Iraniens visitent une exposition de l'equipement militaire à Téhéran, le 2 février 2019. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

Les Etats-Unis ne relâcheront pas leur pression sur l’Iran pour le dissuader de poursuivre son programme de missiles, a assuré jeudi le département d’Etat américain, alors que Téhéran vient de dévoiler un nouveau missile balistique.

Les Gardiens de la Révolution islamique ont révélé jeudi l’existence d’un missile balistique d’une portée de 1 000 kilomètres appelé Dezful.

Ce missile est une version améliorée du Zolfaghar, qui avait une portée de 700 kilomètres, a déclaré le général de brigade Amirali Hajizadeh, commandant des forces aérospatiales des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique, selon l’agence Sepah.

L’Iran avait déjà déclaré samedi dernier avoir testé avec succès un missile de croisière Hoveizeh d’une portée supérieure à 1 350 kilomètres.

L’annonce de jeudi est intervenue alors que l’Iran célèbre le 40e anniversaire de la Révolution islamique.

« Il faut réagir au mépris flagrant dont l’Iran fait preuve en matière de normes internationales », a déclaré dans un communiqué Robert Palladino, porte-parole adjoint du département d’État.

« Nous devons rétablir des normes internationales plus strictes pour dissuader l’Iran de poursuivre son programme de missiles », a-t-il ajouté.

« Les États-Unis continueront sans relâche à rassembler des soutiens dans le monde entier pour faire face au dangereux programme de missiles balistiques mené par l’Iran. Nous continuerons à exercer sur le régime une pression suffisante pour qu’il modifie son comportement malfaisant, notamment en appliquant toutes nos sanctions », a ajouté le département d’Etat.

L’Iran a stoppé la plus grande partie de son programme nucléaire dans le cadre de l’accord signé en 2015 avec les grandes puissances, mais il a poursuivi le développement de sa technologie de missiles balistiques.

Le président Donald Trump a décidé en mai dernier le retrait des Etats-Unis de l’accord de 2015 et a réimposé des sanctions à l’Iran, en justifiant notamment cette mesure par les activités de Téhéran dans le domaine des missiles.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo à l’université américaine du Caire, le 10 janvier 2019. (Crédit : AP/Amr Nabil)

« Le dernier lancement de missile de l’Iran prouve une fois de plus que l’accord ne fait rien pour arrêter le programme de missiles iranien », a déclaré jeudi soir le secrétaire d’État américain Mike Pompeo sur Twitter.

Le programme balistique de la République islamique inquiète les Occidentaux, qui accusent l’Iran de vouloir augmenter la portée de ses missiles et de déstabiliser le Moyen-Orient.

Certains officiers généraux iraniens affirment régulièrement souhaiter la destruction d’Israël. L’Iran répète que son programme de missiles répond à une question de sécurité nationale, qu’il n’a qu’un but défensif et que cette question n’est pas négociable et que son programme balistique ne contrevient pas à l’accord sur le nucléaire, car la République islamique n’a nullement l’intention de développer l’arme nucléaire.

Cependant, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a présenté des preuves dans lesquelles, dit-il, se trouve la preuve des programmes de recherche iranien, spécifiquement destinés à produire l’arme nucléaire. Lors d’une opération du Mossad l’an dernier, Israël a extrait une importante quantité de documents des archives nucléaires de Téhéran, qui, selon Netanyahu, prouve irréfutablement que l’Iran a menti lorsqu’il affirme ne pas chercher à se constituer un arsenal nucléaire.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...