Les vaccins COVID et le virus ne nuisent pas aux ovaires- chercheurs israéliens
Rechercher

Les vaccins COVID et le virus ne nuisent pas aux ovaires- chercheurs israéliens

Rassurant les femmes du monde entier, les médecins de Hadassah disent n'avoir vu aucune différence dans la fonction ovarienne entre vaccinées et non-vaccinées

Une femme enceinte reçoit un vaccin COVID-19 dans un centre Clalit à Or Yehuda, le 25 février 2021. L'infirmière portait une perruque colorée en l'honneur de la fête de Pourim. (Flash90)
Une femme enceinte reçoit un vaccin COVID-19 dans un centre Clalit à Or Yehuda, le 25 février 2021. L'infirmière portait une perruque colorée en l'honneur de la fête de Pourim. (Flash90)

Se faire vacciner contre le coronavirus ou attraper la COVID-19 n’a aucune conséquence sur le fonctionnement des ovaires, ont conclu des médecins dans une étude qui pourrait contribuer à rassurer celles qui sont encore récalcitrantes à l’idée de se faire vacciner, tout comme les patientes qui ont guéri de la maladie.

Les médecins ont étudié les ovaires de femmes suivant un protocole de FIV, et ils ont constaté qu’il n’y avait aucune différence de fonctionnement entre les femmes vaccinées ou non-vaccinées. Il n’y a pas de différence non plus entre les femmes n’ayant jamais attrapé le coronavirus ou ayant guéri de la maladie.

Anat Hershko, directrice du département des FIV à l’hôpital Hadassah au Mont Scopus à Jérusalem, a ainsi examiné la fonction ovarienne des femmes suivies dans son unité. Elle n’a constaté aucune différence entre les femmes ayant été immunisées avec le vaccin Pfizer et celles qui n’ont pas été vaccinées, explique-t-elle, affirmant qu’un tel constat contredit clairement les affirmations faites par certains qui avaient déclaré que le vaccin pourrait nuire à la fertilité.

« C’est la toute première fois qu’une conclusion aussi déterminante concernant la fertilité des femmes et le vaccin est présentée dans une étude », commente Hershko, dont la recherche a été publiée sur internet mais n’a pas encore été examinée par des pairs.

Un bébé, né pendant la pandémie, avec sa mère (Crédit : vlada_maestro via iStock by Getty Images)

Elle ajoute que « c’est une étude préliminaire et c’est une petite étude mais nous n’avons même pas entrevu de contre-exemple, et nous avons donc le sentiment d’être dans la bonne direction ». L’hypothèse est que s’il n’y a pas de différence entre la fonction ovarienne lorsqu’elle est stimulée par la FIV, il n’y en aura pas davantage dans le cas de cycles mensuels réguliers.

Tandis que l’étude suggère qu’attraper la COVID-19 n’entraîne pas de nuisance spécifique pour les ovaires susceptible d’avoir un impact sur leur fonctionnement après la guérison, le virus a causé des dégâts significatifs à la santé des femmes enceintes – l’une d’elle a succombé à une forme grave de la COVID-19 à Hadassah. Hershko fait part de son espoir que l’étude pourra encourager les femmes enceintes ou envisageant une grossesse à se faire vacciner.

Un travailleur médical prépare le vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination de Clalit à Jérusalem, le 8 mars 2021. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Cette étude, qui a porté sur 32 patientes, a conclu que les anticorps de la COVID-19 avaient atteint les ovaires des femmes vaccinées comme des femmes ayant guéri de la maladie, mais elle n’a observé aucun impact négatif après avoir contrôlé les indicateurs déterminant dans ce cas – le niveau d’hormones, la qualité des fluides qui entourent l’ovule dans le follicule ovarien, et le ratio entre œstrogènes et nombre d’œufs.

« De nombreuses femmes en âge de procréer – particulièrement celles qui rencontrent des difficultés à tomber enceinte – ont exprimé leurs préoccupations concernant le vaccin, inquiètes qu’il ne réduise la fertilité et qu’il nuise à l’efficacité des traitements qu’elles prennent pour tomber enceinte. Mais cette étude doit rassurer lorsqu’elle affirme que la qualité du processus d’ovulation n’est compromise en rien ».

« Au vu de cette conclusion – et du fait que l’infection à la COVID-19 peut être nuisible à la grossesse au vu des graves complications que nous avons pu constater chez les femmes enceintes touchées par la maladie, allant jusqu’à la mort – il faut encourager la vaccination avant la grossesse ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...