Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Les veuves de 2 otages âgés tués à Gaza dénoncent le gouvernement

L'épouse de Haïm Peri déclare que la famille est très en colère contre "l'abandon des otages" ; la veuve de Yoram Metzger ne sait pas ce qu'elle dirait à Netanyahu, qui n'a "aucune compassion"

Montage - Tamar Metzger (à gauche) et Osnat Peri en interview, le 4 juin 2024. (Captures d'écran de Kan/Douzième chaîne : utilisées conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Montage - Tamar Metzger (à gauche) et Osnat Peri en interview, le 4 juin 2024. (Captures d'écran de Kan/Douzième chaîne : utilisées conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Les veuves des otages Haïm Peri et Yoram Metzger ont critiqué l’attitude du gouvernement à l’égard des captifs, dans des interviews accordées aux médias israéliens, un jour après que l’armée a déclaré que leurs maris avaient été tués pendant leur captivité dans la bande de Gaza.

Osnat Peri a déclaré mardi à la Douzième chaîne qu’elle serait heureuse si le corps de son défunt mari était rapatrié de Gaza, où il est détenu par des terroristes du Hamas, mais elle a souligné qu’elle ne voulait pas que quelqu’un meure au cours d’une telle mission de récupération.

« Pour moi, la vie passe avant tout, c’est le judaïsme. Je suis étonnée que des personnes religieuses aient un point de vue différent, et ma réponse est donc claire : je serais heureuse qu’ils ramènent [les corps], mais je ne suis pas prête à ce que quelqu’un meure pour cela. Ni un civil, ni un soldat », a-t-elle déclaré, à l’instar du fils de Yoram Metzger.

Mme Peri a déclaré que sa famille acceptait d’accorder des interviews aux médias immédiatement après l’annonce de lundi parce qu’elle était extrêmement en colère contre le gouvernement et reproche aux dirigeants « l’abandon des otages ». Elle a également exprimé l’espoir que sa tragédie prouverait encore la nécessité d’un accord qui permette de rapatrier les otages encore à Gaza.

« Si cela se produit à cause de la tragédie d’hier, ce n’est qu’une demi-consolation », a-t-elle déclaré.

Peri a déclaré que la famille n’était pas surprise par la nouvelle.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, en partant du haut à gauche : Haïm Peri, Amiram Cooper, Nadav Popplewell et Yoram Metzger. (Crédit : Autorisation)

« Pendant un certain temps, nous avons compris que les choses n’allaient pas dans la bonne direction, que les attentes pour Haïm étaient de moins en moins optimistes », a-t-elle déclaré. C’est lorsque la famille a été appelée à se réunir en un seul lieu, tous ont compris ce qui s’était passé.

« Tout le monde est venu à l’appartement de Kiryat Gat. Nous avons compris depuis un certain temps où cela allait nous mener, car cela faisait très longtemps que le Hamas ne donnait plus aucun signe de vie », a raconté Mme Peri. « Nous n’avons pas été surpris », a-t-elle ajouté, même si la nouvelle a été un « coup dur ».

Elle a expliqué à la chaîne que son mari l’avait sauvée le matin du 7 octobre en se tenant à l’entrée de leur abri lorsque les terroristes sont entrés dans leur maison du kibboutz Nir Oz pour la troisième fois au cours du massacre. Comme l’abri était sombre, les terroristes n’ont pas remarqué Osnat qui se cachait dans un coin et n’ont pris que Haïm en otage.

« Lorsque nous avons examiné la situation, nous avons constaté que si les terroristes étaient entrés 20 centimètres plus loin, ils m’auraient vue. Mais ils ne sont pas entrés et c’est grâce à Haïm », a-t-elle déclaré.

S’adressant à la chaîne publique Kann, Tamar Metzger, qui a été enlevée avec son mari le 7 octobre à Nir Oz, a déclaré qu’elle était en colère contre la politique actuelle menée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le Premier ministre a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne mettrait pas fin à la guerre avant l’élimination du Hamas en échange de la libération des otages.

Interrogée sur ce qu’elle dirait à Netanyahu, elle a répondu : « Je ne sais pas quoi lui dire ».

« Je ne sais pas quoi dire à une personne qui n’a pas d’émotions, qui n’a pas de compassion, qui n’a pas la capacité de prendre une décision », a-t-elle ajouté.

De gauche à droite : Amiram Cooper, Haïm Peri et Yoram Metzger, trois Israéliens retenus en otage depuis le 7 octobre dans la bande de Gaza, sur une capture d’écran d’une vidéo de propagande non datée diffusée par le groupe terroriste du Hamas le 18 décembre 2023. (Crédit : X ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Elle a déclaré qu’aucun membre du gouvernement ne l’avait contactée personnellement depuis l’annonce de la mort de son mari. Seuls le président Isaac Herzog et le chef du Shin Bet, Ronen Bar, lui ont parlé.

Mme Metzger a déclaré qu’il était trop difficile de décrire le « désarroi » qu’elle a ressenti lorsqu’elle s’est séparée de son mari pour la dernière fois, après sa libération le 28 novembre, dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu temporaire entre le Hamas et Israël.

« Ils m’ont immédiatement jetée hors de la pièce. Ils ne nous ont pas laissé le temps de respirer », a-t-elle déclaré. « Et je l’ai entendu crier : ‘Allez ! Part !' »

Peri et Metzger ont été vus vivants dans une vidéo de propagande publiée par le Hamas en décembre, aux côtés de l’otage Amiram Cooper, dont la mort a également été annoncée lundi. En mars, le groupe terroriste a affirmé que les trois personnes avaient été tuées par des frappes israéliennes. L’armée a déclaré qu’elle enquêtait sur les circonstances de leur mort.

On estime que 120 des 251 otages enlevés par le Hamas le 7 octobre se trouvent toujours à Gaza, mais certains ne sont plus en vie. 105 civils ont été libérés au cours d’une trêve d’une semaine à la fin du mois de novembre, et quatre otages ont été remis en liberté avant la trêve. Trois otages, dont une soldate, ont été secourus vivants par les forces israéliennes, et les corps de 19 otages ont également été récupérés, dont trois ont été tués par erreur par l’armée lors d’un incident tragique en décembre.

L’armée israélienne a confirmé la mort de 41 personnes, qui sont toujours détenues par le Hamas et ses complices, tuées le 7 octobre ou en captivité, sur la base de nouvelles informations et des découvertes obtenues par les troupes opérant à Gaza. Une personne est portée disparue depuis le 7 octobre.

Le Hamas détient par ailleurs les corps des soldats de Tsahal Oron Shaul et Hadar Goldin depuis 2014, ainsi que deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui sont tous deux censés être en vie après être entrés dans la bande de Gaza de leur propre chef en 2014 et 2015 respectivement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.