L’été en Israël devient plus chaud, plus long – étude
Rechercher

L’été en Israël devient plus chaud, plus long – étude

Les scientifiques de l'Université de Tel Aviv prévoient que la période estivale dans la région passera de quatre à six mois en 2100

Des enfants jouent dans une fontaine d'eau lors d'une chaude journée d'été près de la tour de David dans la vieille ville de Jérusalem. (Yonatan Sindel / Flash90)
Des enfants jouent dans une fontaine d'eau lors d'une chaude journée d'été près de la tour de David dans la vieille ville de Jérusalem. (Yonatan Sindel / Flash90)

Comme si l’été n’était pas assez long et chaud en Israël, les scientifiques de l’Université de Tel Aviv (TAU) prédisent que les mois chauds et secs de la région s’étendront de quatre mois à six mois d’ici 2100.

La Méditerranée orientale, qui comprend Israël, l’Egypte, la Jordanie, la Syrie, le Liban et le sud de la Turquie connaît des « changements climatiques monumentaux » qui affecteront de manière significative les écosystèmes et la santé humaine, ont annoncé mercredi les scientifiques de TAU.

« Nos recherches montrent que les changements climatiques que nous remarquons tous aujourd’hui vont probablement s’intensifier au cours des prochaines décennies », a déclaré Assaf Hochman de l’École des géosciences de TAU, qui a dirigé la recherche.

« Il est très important de comprendre cela pour essayer de prévenir la détérioration autant que possible, ou du moins se préparer au changement. »

Hochman, avec le Dr. Tzvi Harpaz et le Prof. Hadas Saaroni, ont découvert qu’une augmentation des gaz à effet de serre, directement liée aux activités humaines, allait modifier les saisons traditionnelles de la région.

Actuellement, la région connaît un été chaud et sec de quatre mois et une saison des pluies également de quatre mois, avec quatre mois d’automne et de printemps plus modérés. Mais selon les modèles climatiques mondiaux, les scientifiques prédisent que la région connaîtra une saison des pluies de six mois et un été de deux mois en l’an 2100.

« Ces changements influenceront considérablement nos vies en réduisant et en dégradant la qualité de nos ressources en eau, en augmentant le risque de feux de forêt, en aggravant la pollution et en modifiant le moment et l’intensité des maladies saisonnières et autres dangers pour la santé ».

Les résultats ont été publiés dans l’International Journal of Climatology. Les scientifiques ont utilisé un algorithme développé par le professeur Pinhas Alpert, qui a supervisé la recherche, pour analyser les modèles climatiques mondiaux du World Climate Data Center. Ils prédisent que l’été s’étendra à cinq mois dès 2046.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...