L’exonération fiscale pour le Premier ministre votée en première lecture
Rechercher

L’exonération fiscale pour le Premier ministre votée en première lecture

Le projet proposé par la Knesset pourrait faire augmenter le salaire net de Netanyahu jusqu'à 200 000 shekels par an et lui accorder rétroactivement plus de 10 fois ce montant

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) lors de la conférence gouvernementale hebdomadaire au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 1er juillet 2018. (Ohad Zwigenberg/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) lors de la conférence gouvernementale hebdomadaire au bureau du Premier ministre à Jérusalem le 1er juillet 2018. (Ohad Zwigenberg/POOL)

Le projet de loi qui exempterait le Premier ministre de payer des impôts sur certains actifs a franchi l’étape de la première lecture à la Knesset aux premières heures de la matinée de mardi.

Le projet de loi, qui a été adopté à une majorité de 32 contre 20, nécessite deux autres votes pour devenir loi.

Le projet de loi, rédigé par le député Likud Miki Zohar, considéré comme un loyaliste envers le Premier ministre Benjamin Netanyahu, offrirait au Premier ministre « une exonération fiscale pour les paiements, services et cadeaux qui lui ont été offerts dans le cadre de son travail, à l’exclusion de son salaire », selon le texte du projet de loi. Plus précisément, la loi exempterait le Premier ministre des taxes sur sa voiture fournie par l’État et sur les factures de services publics payées par l’État à son domicile personnel.

S’exprimant avant le vote, Zohar a demandé : « Est-il concevable que le président bénéficie d’un tel avantage et pas le Premier ministre ? »

Le député Likud Miki Zohar prend la parole lors d’une réunion de la Commission des affaires intérieures à la Knesset, à Jérusalem, le 20 février 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

M. Zohar a demandé aux députés de « essayer de mettre le populisme de côté, de s’occuper du fond et de voter en faveur de cette loi. Le Premier ministre d’Israël doit gagner un salaire décent ».

Il a souligné que le projet de loi n’a pas été initié expressément pour le bénéfice de Netanyahu, mais pour le bien des futurs Premiers ministres.

« Les gens oublient qu’après ce Premier ministre, d’autres arriveront et qu’ils ne pourront pas vivre avec ce salaire », a-t-il ajouté depuis la tribune de la Knesset, faisant apparemment référence au fait que Netanyahu est le membre le plus riche de la Knesset en Israël. En 2015, le magazine Forbes a estimé la fortune nette de Netanyahu à 42 millions de shekels (10 millions d’euros).

Ce projet de loi survient alors que le procureur général examine les recommandations de la police d’inculper Netanyahu pour avoir reçu des cadeaux illicites d’une valeur allant jusqu’à 1 million de shekels, et deux semaines après que son épouse Sara a été mise en examen pour mauvaise utilisation des fonds de l’État.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...