Liberman appelle à la délocalisation des Arabes israéliens vers le futur Etat palestinien
Rechercher

Liberman appelle à la délocalisation des Arabes israéliens vers le futur Etat palestinien

Israël doit soutenir ses troupes, en dépit de leurs erreurs, a déclaré le ministre de la Défense, se référant à Elor Azaria

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman à l'université d'Ariel, dans le nord de la Cisjordanie, le 12 septembre 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman à l'université d'Ariel, dans le nord de la Cisjordanie, le 12 septembre 2016. (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a appelé lundi au transfert d’une partie de la population arabe vers un futur Etat palestinien comme base de tout accord de paix, montrant un désaccord apparent avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait affirmé la semaine dernière que « personne ne pouvait sérieusement considérer » une telle question.

« Je ne vois pas pourquoi le ‘Triangle’ [une importante région arabe du nord d’Israël] et Um Al-Fahm devraient faire partie d’Israël », a affirmé Liberman pendant une séance de questions/réponses à l’université d’Ariel, en Cisjordanie.

Pendant que le ministre de la Défense s’exprimait en faveur d’un « échange de terres et de populations » dans le cadre d’un accord de paix avec les Palestiniens, il aurait fait allusion au transfert de villes arabes entières avec tous leurs habitants vers un futur Etat palestinien, et non pas nécessairement à la délocalisation d’Arabes israéliens vivant au sein de villes juives importantes, comme le préconiseraient certains politiques plus extrémistes.

Le ministre de la Défense a déclaré que les populations arabes du pays « demandaient de plus en plus d’autonomie et d’indépendance » et s’identifiaient moins aux Israéliens qu’aux Palestiniens.

La députée Hanin Zoabi de la Liste arabe unie lors d'une réunion d'une commission à la Knesset, le 2 novembre 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
La députée Hanin Zoabi de la Liste arabe unie lors d’une réunion d’une commission à la Knesset, le 2 novembre 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Liberman a également affirmé qu’il ne voyait pas pourquoi les contribuables israéliens devaient payer les salaires des députés arabes Hanin Zoabi et Jamal Zahalka alors que leurs discours sont constamment anti-Israël. Ses propos ont été acclamés par le public.

Ces « transferts de terres et de populations » ne sont pas une nouvelle position prise par Liberman, mais bien l’un des points principaux de son plan de paix, et ce depuis 2004. Lundi, c’était cependant la première fois qu’il exprimait cette idée en public depuis qu’il sa nomination au ministère de la Défense en mai dernier.

Les propos de Liberman interviennent à seulement quelques jours de la vidéo postée par Netanyahu où ce dernier affirme que les dirigeants palestiniens appellent au « nettoyage ethnique » en Cisjordanie comme condition pour la paix, ce qu’affirme également Liberman.

Netanyahu a cependant déclaré qu’Israël n’avait aucune intention de faire la même chose avec sa propre population arabe.

I'm sure many of you have heard the claim that Jewish communities in Judea Samaria, the West Bank, are an obstacle to peace.I've always been perplexed by this notion.Because no one would seriously claim that the nearly two million Arabs living inside Israel – that they're an obstacle to peace. That's because they aren't. On the contrary.Israel's diversity shows its openness and readiness for peace. Yet the Palestinian leadership actually demands a Palestinian state with one pre-condition: No Jews.There's a phrase for that: It's called ethnic cleansing.And this demand is outrageous.It's even more outrageous that the world doesn't find this outrageous. Some otherwise enlightened countries even promote this outrage.Ask yourself this: Would you accept ethnic cleansing in your state? A territory without Jews, without Hispanics, without blacks?Since when is bigotry a foundation for peace?At this moment, Jewish schoolchildren in Judea Samaria are playing in sandboxes with their friends.Does their presence make peace impossible?I don’t think so.I think what makes peace impossible is intolerance of others. Societies that respect all people are the ones that pursue peace. Societies that demand ethnic cleansing don't pursue peace.I envision a Middle East where young Arabs and young Jews learn together, work together, live together side by side in peace.Our region needs more tolerance, not less.So the next time you hear someone say Jews can't live somewhere, let alone in their ancestral homeland, take a moment to think of the implications.Ethnic cleansing for peace is absurd.It's about time somebody said it.I just did.

Posted by ‎Benjamin Netanyahu – בנימין נתניהו‎ on Friday, 9 September 2016

« Personne ne pourrait déclarer sérieusement que les deux millions d’Arabes vivant en Israël sont un obstacle à la paix. Ils ne le sont pas », a dit Netanyahu dans la vidéo qu’il a posté vendredi dernier sur sa page Facebook.

Les propos de Liberman semblaient s’opposer aux déclarations du Premier Ministre dans cette vidéo.

Le ministre de la Défense a également discuté du procès d’Elor Azaria, un soldat israélien accusé d’avoir abattu un terroriste palestinien désarmé et neutralisé en mars dernier à Hébron.

Israël doit soutenir ses soldats en toutes circonstances, « même lorsque ceux-ci font des erreurs », a-t-il dit, en parlant de cette affaire.

Au final, Liberman sa rappelé que « nous parlons d’un garçon de 18 ou 19 ans ».

Elor Azaria devant la cour militaire de Jaffa, le 28 août 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Elor Azaria devant la cour militaire de Jaffa, le 28 août 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Liberman, qui avait publiquement soutenu Azaria avant de devenir ministre de la Défense, n’avait pas pris position depuis.

« Nous devons nous souvenir, chacun d’entre nous, la presse, les personnalités et la classe politique, que jusqu’à ce que la cour vous juge coupable, vous êtes innocent », a-t-il déclaré.

C’est particulièrement vrai dans le cas de soldats en mission, a ajouté Liberman.

Le procès d’Azaria a captivé les Israéliens pendant de longs mois et plus particulièrement les partisans de la droite israélienne, qui le qualifient de « héros », alors que ses détracteurs continuaient d’affirmer que son geste était illégal.

Le ministre de la Défense a affirmé qu’il attendait du tribunal militaire qu’il « essaie d’ignorer les bruits provenant de la gauche et de la droite » lorsqu’il aura à prendre sa décision concernant Azaria.

Parallèlement, Liberman a affirmé qu’il considérait que les attaques contre l’armée devraient être exclues de la sphère publique.

« Si quelqu’un a un problème avec l’armée, qu’il se tourne vers le ministre de la Défense. Nous devons laisser l’armée hors de nos controverses politiques », a-t-il déclaré.

« Nous ne pouvons pas attaquer des personnes en uniforme, même si nous ne sommes pas d’accord avec elles », a-t-il affirmé.

Le ministre de la Défense a de nouveau rappelé sa position, qu’Israël devrait évacuer Amona, un avant-poste de Cisjordanie qui héberge une quarantaine de famille, puisqu’il est construit sur des terrains privés appartenant à des Palestiniens, a-t-il déclaré. La Cour suprême israélienne a ordonné sa démolition avant la fin de l’année.

Mobile home dans l'avant-poste d'Amona, en Cisjordanie. (Crédit : Noam Moskowitz/Flash90)
Mobile home dans l’avant-poste d’Amona, en Cisjordanie. (Crédit : Noam Moskowitz/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...