Liberman fixe ses règles de laïcité pour intégrer la coalition ; Gantz accepte
Rechercher

Liberman fixe ses règles de laïcité pour intégrer la coalition ; Gantz accepte

Parmi les demandes d'Yisrael Beytenu, assouplissement des conversions au judaïsme et transports publics le Shabbat ; on ne sait toujours pas si Kakhol lavan a le soutien des Arabes

Le président du parti Kakhol lavan, le député Benny Gantz, (à droite) et le président du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman font une déclaration commune aux médias après une réunion pour les négociations de coalition à l'hôtel Kfar Maccabia à Ramat Gan, le 14 novembre 2019. (Avshalom Sassoni/Flash90)
Le président du parti Kakhol lavan, le député Benny Gantz, (à droite) et le président du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman font une déclaration commune aux médias après une réunion pour les négociations de coalition à l'hôtel Kfar Maccabia à Ramat Gan, le 14 novembre 2019. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Le chef du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a posé dimanche cinq conditions préalables à son adhésion à une coalition potentielle, consistant principalement en un ensemble de revendications laïques qui n’ont aucune chance d’être acceptées par les alliés ultra-orthodoxes du Premier ministre Benjamin Netanyahu, mais qui ont été rapidement acceptées par le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz.

Autrefois proche allié de Netanyahu, Liberman est devenu une épine dans le pied du Premier ministre depuis mai 2019, lorsque son insistance sur un programme laïc lors des pourparlers de formation de la coalition avec Netanyahu et ses alliés ultra-orthodoxes après l’élection d’avril a fait capoter les négociations et a conduit Netanyahu à dissoudre la Knesset et à convoquer un nouveau vote.

Les relations sont rapidement devenues acerbes, Netanyahu accusant Liberman de contrecarrer la formation d’un gouvernement de droite et de rejoindre la gauche (bien que les positions politiques de Liberman restent radicales), ainsi que de tenter – sans succès – de détruire sa base de soutien lors des élections de septembre qui ont suivi. Liberman est passé de cinq à huit sièges à la Knesset. La semaine dernière, Liberman a remporté sept sièges à la Knesset, faisant partie d’un bloc de 62 députés qui s’opposent à Netanyahu. Le Premier ministre et ses partisans ont remporté 58 sièges.

Au cours de l’année dernière, Liberman est devenu un opposant de plus en plus virulent au Premier ministre, et a récemment déclaré à plusieurs reprises que « l’ère Netanyahu est terminée ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Avigdor Liberman, à la Knesset, le 3 février 2014. (FLASH90)

Dimanche, Liberman a publié sur Facebook ses conditions pour rejoindre une coalition. La première était de garantir une allocation mensuelle d’au moins 70 % du salaire minimum en Israël pour tous les retraités vivant de pensions de vieillesse ou de revenus garantis.

Toutes les autres demandes concernaient la question de la religion et de l’État.

Il a demandé que le droit de décider d’autoriser ou non les transports publics et l’ouverture d’entreprises le jour de repos du Shabbat soit transféré du gouvernement aux municipalités et conseils locaux.

Une autre demande était la promesse, faite il y a un an, de faire passer, sans modification, un projet de loi réglementant la conscription des étudiants de yeshiva ultra-orthodoxes dans l’armée, qui a été adopté en première lecture à la Knesset en 2018. Les partis ultra-orthodoxes ont refusé avec véhémence cette demande.

La quatrième demande de Liberman était d’approuver le mariage civil en Israël, où les autorités religieuses contrôlent actuellement tous les enregistrements de mariage, et la cinquième était de permettre à tous les rabbins des villes de superviser les conversions au judaïsme – une demande à laquelle s’opposent les ultra-orthodoxes car ils craignent que de nombreuses personnes s’adressent à des rabbins relativement libéraux qui imposent des exigences moins strictes.

Gantz, qui a déclaré qu’il travaillait à la formation d’une coalition malgré le fait qu’il ait dû réunir le nationaliste Liberman et la Liste arabe unie à prédominance arabe, a rapidement accepté les exigences de Liberman. Dans un tweet partageant une capture d’écran du message de Liberman, il a écrit : « D’accord. Nous devons aller de l’avant ».

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz (à gauche) serre la main du chef d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, le 29 novembre 2019. (Elad Malka)

On ne sait pas encore comment Liberman et Gantz espèrent former un gouvernement pour écarter Netanyahu du pouvoir. Tous deux ont rejeté le soutien de l’alliance à prédominance arabe de la Liste arabe unie et de ses 15 sièges. Les partis arabes ont été à plusieurs reprises présentés comme un partenaire politique illégitime par les partis juifs majoritaires en raison de leurs positions antisionistes. Liberman lui-même a qualifié les députés arabes de « cinquième colonne ».

Mais Gantz et Liberman pourraient être contraints de compter sur le soutien arabe, d’abord pour s’assurer que Gantz reçoive une majorité de recommandations des députés qui amèneront le président Reuven Rivlin à le charger de former un gouvernement, et ensuite, autant que possible, un soutien extérieur pour un gouvernement minoritaire dirigé par Gantz.

La faction la plus extrême de la Liste arabe unie, Balad, a également publié dimanche un ensemble de conditions pour que l’alliance soutienne Gantz.

La Douzième chaîne a rapporté samedi soir que le projet actuel de Kakhol lavan était de former un gouvernement minoritaire aux côtés de Travailliste-Gesher-Meretz (totalisant 40 des 120 sièges de la Knesset), avec le soutien extérieur d’Yisrael Beytenu (7) et de la Liste arabe unie (15).

Gantz et ses alliés présenteraient un tel gouvernement comme un gouvernement d’urgence pour mettre fin à l’impasse politique qui paralyse Israël depuis près d’un an maintenant, et qui laisserait sa porte ouverte à tous les membres du bloc de droite de Netanyahu qui souhaiteraient le rejoindre.

Le dirigeant d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, lors d’une conférence à l’Institut israélien de la démocratie, à Jérusalem, le 24 février 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Liberman a déclaré à des proches qu’il n’y avait « aucune chance » qu’il rejoigne un gouvernement dirigé par Netanyahu, affirmant que le Premier ministre en exercice était à l’origine de multiples plaintes légales déposées contre lui et ses enfants l’année dernière, a rapporté samedi la Douzième chaîne. La chaîne a cité ces plaintes comme étant la cause du ressentiment croissant que Liberman a montré pour Netanyahu au cours de l’année dernière et de sa détermination apparente à l’évincer du pouvoir.

Liberman aurait dit à ses proches : « La chose la plus importante à l’heure actuelle est de s’assurer que [le chef du parti Kakhol lavan, Benny] Gantz obtienne le mandat [de former un gouvernement]. » Il a déclaré qu’une fois que cela se produira, et que Kakhol lavan aura pris le contrôle des commissions et du fonctionnement de la Knesset, « les choses commenceront à bouger » – une référence apparente à d’éventuelles défections du camp Netanyahu vers Gantz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...