Rechercher

Liberman veut pénaliser l’université Ben Gurion pour un rassemblement propalestinien

Le ministre dit envisager de diminuer le budget de l'établissement, suite à l’événement de lundi qui aurait appelé à nier l’existence d’Israël en tant qu’État juif démocratique

Le président du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, prend la parole lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 31 janvier 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Le président du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, prend la parole lors d'une réunion de faction à la Knesset, le 31 janvier 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances, Avigdor Liberman, a déclaré mercredi envisager de réduire le budget de l’université Ben Gurion du Neguev, pour avoir autorisé un événement propalestinien sur le campus à l’occasion de la commémoration de la Nakba, jour pendant lequel les Palestiniens déplorent la création de l’État d’Israël.

« Lors d’un rassemblement organisé à l’université Ben Gurion, des choses ont été dites et faites qui remettent en question l’existence-même d’Israël en tant qu’État juif et démocratique », a écrit dans un tweet Liberman, également chef du parti de droite Yisrael Beytenu.

Le ministre a déclaré avoir donné des instructions « pour enquêter sur la conduite de l’université, afin d’envisager une réduction de son budget ».

Des sources proches de Liberman ont déclaré au site Ynet que, lors du rassemblement, des discours ont été prononcés associant la création d’Israël à un « jour de deuil », contestant l’existence d’Israël en tant qu’État juif démocratique et soutenant la résistance armée.

Ces sources ont déclaré que l’expression de tels propos et sentiments était « manifestement contraire à la loi ».

Étudiants israéliens et pro-palestiniens manifestent à l’Université Ben-Gurion de Beer Sheva, le 23 mai 2022. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Lundi, des étudiants de l’université avaient organisé un rassemblement propalestinien sur le campus, à Beer Sheva, dans le sud du pays, pendant lequel des drapeaux palestiniens ont été brandis et des chants nationalistes entonnés. Le rassemblement n’avait pas été autorisé le jour même de la Nakba, la semaine passée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...