Rechercher

L’Iran au Jihad islamique : Vous avez prouvé que vous pouvez « écraser l’ennemi »

Suite aux récents combats avec Israël, l’ayatollah Ali Khamenei dit au chef du groupe terroriste de Gaza que l’Iran « est à ses côtés », minimisant les divisions avec le Hamas

L’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême iranien, prend la parole à l’occasion de l’anniversaire de la mort du défunt fondateur de la République islamique, l’ayatollah Ruhollah Khomeiny, sur l’affiche en haut au centre, en son mausolée de Téhéran, en Iran, le 4 juin 2022. (Bureau du Guide suprême iranien via l'AP)
L’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême iranien, prend la parole à l’occasion de l’anniversaire de la mort du défunt fondateur de la République islamique, l’ayatollah Ruhollah Khomeiny, sur l’affiche en haut au centre, en son mausolée de Téhéran, en Iran, le 4 juin 2022. (Bureau du Guide suprême iranien via l'AP)

Le guide suprême iranien a félicité, jeudi, le Jihad islamique palestinien, déclarant au chef de l’organisation soutenue par l’Iran qu’il avait prouvé que les Palestiniens pouvaient « écraser l’ennemi », au terme de trois jours de combats avec Israël, la semaine passée.

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a tenu ces propos dans un courrier adressé au secrétaire général du Jihad islamique, Ziad Nakhaleh, selon une information de l’agence de presse semi-officielle iranienne Fars.

Dans leur correspondance, Nakhaleh et Khamenei ont tous deux minimisé les divisions entre les différents groupes terroristes de Gaza, après que le Hamas s’est abstenu de prendre part aux combats la semaine dernière.

Khamenei a déclaré au chef du groupe terroriste : « Les événements récents ajoutent encore aux mérites du mouvement du Jihad islamique palestinien et rehaussent sont statut dans le magnifique mouvement de résistance de la nation palestinienne. »

Le chef du groupe terroriste palestinien Ziad Nakhaleh. (Capture d’écran)

« Vous avez prouvé que chaque section de la résistance était capable d’écraser l’ennemi », a indiqué Khamenei à Nakhaleh, qui se trouvait en Iran pour une série de réunions avec les principaux soutiens du groupe terroriste lors des combats de la semaine passée.

« Vous avez démontré la ténacité du djihad de la nation palestinienne envers un ennemi malveillant et trompeur », a déclaré Khamenei. « Nous sommes plus que jamais à vos côtés. »

Khamenei a félicité Nakhaleh d’avoir « lié la lutte à Gaza à la Cisjordanie ».

Avant les combats de la semaine dernière, Israël avait interpellé le chef du Jihad islamique en Cisjordanie, ce qui avait suscité des menaces de représailles de la part du groupe terroriste.

Nakhaleh a lui aussi adressé un courrier à Khamenei affirmant « l’unité de notre nation face à l’ennemi », selon l’information de Fars.

« Toutes les organisations de résistance, y compris le Hamas, l’ont approuvé et soutenu », a déclaré Nakhaleh. Le Jihad islamique avait invité, sans succès, le Hamas à se joindre aux combats contre Israël.

Le Hamas, qui dirige Gaza, est également soutenu par l’Iran, mais dans une moindre mesure que le Jihad islamique, beaucoup plus modeste.

Nakhaleh a indiqué dans son courrier à Khamenei avoir apprécié le soutien du Hezbollah et de l’Iran lors des combats, dont il revendique la victoire malgré les lourdes pertes occasionnées à son groupe et les dommages minimes causés à Israël.

« Cette bataille a tellement contrecarré les projets du régime sioniste qu’après seulement trois jours, ils ont été contraints de demander un cessez-le-feu et d’accepter les conditions fixées par la résistance », a-t-il avancé.

L’Iran est également un soutien clé du groupe terroriste libanais du Hezbollah. Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a également menacé Israël à propos des événements de la semaine passée.

Les responsables israéliens ont rappelé les relations de l’Iran avec le Jihad islamique. Le ministre de la Défense Benny Gantz a ainsi accusé jeudi l’Iran de faire transiter « des dizaines de millions de dollars par an » vers le Jihad islamique via le Corps des gardiens de la révolution islamique, en plus du matériel et du savoir-faire.

« Alors que le monde assistait à « de nouveaux affrontements entre Israël et Gaza », j’ai pris le temps de rappeler : les ayatollahs iraniens sont impliqués dans cette affaire. Le Jihad islamique à Gaza est un mandataire iranien violent », a déclaré Gantz. « Leurs dirigeants se rendent en Iran et s’entretiennent fréquemment avec les dirigeants iraniens. Le Jihad islamique est le bienvenu en Iran. »

Nakhaleh a rencontré le chef du CGRI, le général Hossein Salami, lors de sa visite à Téhéran samedi, un jour après le début du conflit. Salami et le président iranien Ebrahim Raissi ont tous deux sévèrement condamné Israël durant les événements du week-end.

Silhouette d’un char israélien près de la frontière de Gaza pendant l’Opération Aube, dans une image publiée par les militaires le 9 août 2022. (Armée israélienne)

Le vendredi, l’armée israélienne avait amorcé l’Opération Aube par des frappes aériennes contre le Jihad islamique – afin de lutter, affirmait-elle, contre une menace transfrontalière « précise » –, donnant le coup d’envoi de trois jours de combats avant l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu négocié par l’Égypte, dimanche soir.

Les premières frappes aériennes ont tué Tayseer Jabari, commandant du Jihad islamique pour le nord de Gaza. Tsahal a déclaré que le groupe planifiait une attaque imminente contre des civils ou des soldats israéliens le long de la frontière.

Le Jihad islamique proférait des menaces depuis plusieurs jours, qui avaient conduit au confinement pour motifs de sécurité de nombreux civils dans le sud d’Israël.

En plus de Jabari, l’armée israélienne a également tué Khaled Mansour, commandant du Jihad islamique pour le sud de Gaza, lors des combats.

Les terroristes palestiniens ont lancé 1 175 roquettes sur Israël entre vendredi et dimanche soir de la semaine dernière. Selon Tsahal, quelque 200 roquettes palestiniennes se sont écrasées dans la bande de Gaza, causant la mort d’un certain nombre de Palestiniens, dont des enfants.

Le système anti-roquettes “Dôme de fer” a intercepté, lui, plus de 380 projectiles tirés vers des zones peuplées, avec un taux de réussite sans précédent de 97%, a déclaré Tsahal. Il n’y aurait pas eu de victimes en Israël.

L’armée israélienne a déclaré avoir frappé 170 cibles, à l’aide d’avions et hélicoptères de combat, drones armés, et pièces d’artillerie.

Le Premier ministre Yair Lapid a déclaré que ces frappes constituaient une « opération antiterroriste précise contre une menace imminente ».

Les autorités du Hamas dans la bande de Gaza ont déclaré que 48 personnes avaient été tuées lors des combats, parmi lesquels 17 enfants, sans préciser le nombre de victimes affiliées à des groupes terroristes.

Une quinzaine de morts au moins auraient été membres du Jihad islamique, du Hamas ou d’un autre groupe terroriste, de taille plus modeste.

Israël estime à 16 le nombre de personnes, dont 12 enfants, susceptibles d’avoir été tuées par des roquettes palestiniennes qui se sont écrasées à l’intérieur de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...