L’OMS annonce que les femmes enceintes peuvent être vaccinées contre la COVID-19
Rechercher

L’OMS annonce que les femmes enceintes peuvent être vaccinées contre la COVID-19

Selon l'Agence, les risques ne l'emportent pas sur les avantages de la vaccination pour les femmes enceintes ; Israël recommande déjà l'inoculation au cours des 2e et 3e trimestres

Une professionnelle de la santé administre une dose du vaccin Covid-19 de Pfizer-BioNtech à une femme enceinte aux services de santé Clalit, à Tel Aviv, le 23 janvier 2021. (AFP)
Une professionnelle de la santé administre une dose du vaccin Covid-19 de Pfizer-BioNtech à une femme enceinte aux services de santé Clalit, à Tel Aviv, le 23 janvier 2021. (AFP)

Inversant les orientations précédentes, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré vendredi que les femmes enceintes peuvent être vaccinées contre la COVID-19.

« Alors que la grossesse expose les femmes à un risque plus élevé de COVID-19 grave, très peu de données sont disponibles pour évaluer la sécurité du vaccin pendant la grossesse », a déclaré l’agence.

« Néanmoins, sur la base de ce que nous savons de ce type de vaccin, nous n’avons aucune raison particulière de penser qu’il y aura des risques spécifiques qui l’emporteront sur les avantages de la vaccination pour les femmes enceintes », a déclaré l’organisme international.

« Pour cette raison, les femmes enceintes à haut risque d’exposition au SRAS-CoV-2 (par exemple les travailleurs de la santé) ou qui présentent des comorbidités qui augmentent leur risque de maladie grave, peuvent être vaccinées en consultation avec leur prestataire de soins de santé », peut-on lire dans la déclaration.

Un professionnel de la santé prépare un vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 à l’hôpital Sheba Tel Hashomer de Ramat Gan, le 12 janvier 2021. (Crédit : Oded Balilty / AP)

Les experts de l’agence avaient précédemment déclaré que les vaccins Moderna et Pfizer-BioNTech n’étaient pas recommandés pour les femmes enceintes, à moins qu’elles ne soient exposées à un risque élevé.

Le ministère israélien de la Santé a conseillé aux femmes enceintes de se faire vacciner contre le coronavirus après qu’un certain nombre d’entre elles soient tombées gravement malades, plusieurs bébés étant nés prématurément par césarienne en raison des risques mortels encourus par les mères et les enfants.

Le ministère a déclaré cette semaine que les femmes au cours de leur deuxième ou troisième trimestre devraient être vaccinées, mais que les femmes au cours de leur premier trimestre devraient attendre, à moins qu’il n’y ait d’autres facteurs de risque.

Le ministère a déclaré que la recommandation de ne pas vacciner dans les premières semaines de la grossesse n’était pas due à des inquiétudes concernant un risque accru, mais plutôt à la crainte que toute hémorragie ou fausse couche, dont le risque est plus élevé au cours du premier trimestre, puisse être liée par erreur au vaccin.

Les Centers for Disease Control des États-Unis ont également déclaré cette semaine que les femmes enceintes devraient être autorisées à recevoir le vaccin, notant qu’elles courent un risque accru de contracter une maladie grave ou de mourir à cause de la COVID-19.

« Les personnes qui sont enceintes et qui font partie d’un groupe dont on recommande le vaccin COVID-19 peuvent choisir d’être vaccinées », a déclaré l’agence dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...