Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

L’ONU se réunira sur les heurts de Jérusalem – 4e session d’urgence en quelques mois

La réunion a été demandée par les Émirats arabes unis, représentant de la Ligue arabe à l'ONU ; Washington est "extrêmement préoccupé" par les tensions israélo-palestiniennes

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Les forces de sécurité israéliennes expulsant des fidèles musulmans palestiniens de l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, le 5 avril 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Les forces de sécurité israéliennes expulsant des fidèles musulmans palestiniens de l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem, le 5 avril 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit se réunir en session d’urgence ce jeudi pour discuter des récentes violences à Jérusalem, où la police israélienne a affronté des émeutiers musulmans sur le mont du Temple. Ces affrontements ont été suivis de tirs de roquettes sur Israël depuis Gaza et de contre-attaques de Tsahal.

« La session de jeudi se déroulera à huis clos et a été convoquée par les Émirats arabes unis – le représentant de la Ligue arabe au Conseil – et par la Chine », ont déclaré mercredi deux diplomates représentant les pays membres de l’ONU au Times of Israel.

Il s’agit de la quatrième session d’urgence organisée par le Conseil de sécurité sur les tensions israélo-palestiniennes depuis la mise en place du gouvernement de droite radicale du Premier ministre Benjamin Netanyahu il y a un peu plus de trois mois.

Des réunions d’urgence similaires ont été convoquées après que le ministre de la Sécurité nationale d’extrême-droite, Itamar Ben Gvir, s’est rendu sur le mont du Temple, lieu saint ultra-sensible, et après des raids meurtriers de Tsahal à Naplouse et à Jénine. Le Conseil de sécurité a également tenu trois de ses réunions mensuelles obligatoires sur la question israélo-palestinienne au cours de la même période.

La réunion d’urgence aura lieu moins de deux jours après que les affrontements à Jérusalem ont mis fin à deux premières semaines de ramadan relativement calmes.

La police a dit avoir été contrainte d’entrer dans la mosquée après que des jeunes émeutiers pourvus de masques se sont barricadés à l’intérieur de la mosquée située au sommet du mont du Temple avec des pétards, des gourdins et des pierres, et ont refusé d’en sortir pacifiquement.

Les Palestiniens déclarent qu’il est de coutume de passer la nuit dans les mosquées pendant le ramadan.

Des images diffusées par Israël montrent des émeutiers palestiniens à l’intérieur de la mosquée tirant des pétards sur la police au cours d’un affrontement intense.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent des troupes frappant des Palestiniens déjà appréhendés à l’intérieur de la mosquée.

Le mont du Temple est le site le plus sacré du judaïsme et est vénéré comme l’emplacement des deux anciens Temples. La mosquée Al-Aqsa est le troisième lieu saint de l’islam et est gérée par la Jordanie, dans le cadre d’un accord délicat avec Israël.

Les forces de l’ordre ont déclaré dans un communiqué que les officiers avaient tenté de convaincre les personnes présentes à l’intérieur de quitter les lieux, mais qu’ils avaient finalement été contraints d’entrer dans la mosquée, où ils avaient été attaqués par des jets de pierres et de pétards.

Quelque 350 suspects ont été arrêtés. Tous à l’exception de 57 d’entre eux ont été libérés mercredi après-midi, selon la police.

Au total, 16 roquettes ont été tirées mercredi matin depuis le nord de la Bande de Gaza, dont huit ont été abattues par le système de défense aérienne Dôme de fer.

La municipalité de Sderot a déclaré que l’une des roquettes avait touché une usine dans la zone industrielle, ne causant que des dégâts matériels, mais fort heureusement aucun blessé.

En réponse, Israël a mené des frappes aériennes dans la Bande de Gaza, touchant plusieurs installations du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les combats ont fait craindre un embrasement plus important. Il y a deux ans, des affrontements similaires avaient déclenché une guerre sanglante de 11 jours entre Israël et le Hamas.

L’envoyé des Nations unies pour le Moyen Orient, Tor Wennesland, qui informera les membres du Conseil de sécurité des derniers développements lors de la séance de jeudi, s’est déclaré mercredi dans un communiqué « consterné par les images de violence à l’intérieur de la mosquée al-Qibli [Al-Aqsa] » sur le mont du Temple, connu par les musulmans également sous le nom de Noble Sanctuaire.

« Je suis troublé par les coups apparemment portés aux Palestiniens par les forces de sécurité israéliennes et par le grand nombre d’arrestations. Je rejette également fermement le stockage et l’utilisation de pétards et de pierres par les Palestiniens à l’intérieur de la mosquée », a déclaré Wennesland, critiquant vivement les deux parties pour leur comportement lors des affrontements qui ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi.

« Cette période sainte et ces lieux de culte devraient être l’occasion d’une réflexion religieuse sûre et pacifique, sachant que près de 600 000 personnes ont visité les lieux saints de Jérusalem depuis le début du ramadan. J’appelle les responsables politiques, religieux et communautaires de toutes les parties à rejeter l’incitation, la rhétorique incendiaire et les actions provocatrices », a déclaré Wennesland.

Une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies sur la situation au Moyen Orient, au siège des Nations unies, à New York, le 20 février 2023. (Crédit : Yuki Iwamura/AFP)

« Le statu quo historique des lieux saints doit être maintenu, conformément au rôle particulier du royaume hachémite de Jordanie. Le rôle du Waqf [Islamique de Jérusalem, soutenu par la Jordanie] est vital et il doit être habilité à remplir ses fonctions cruciales », a-t-il déclaré. « Les dirigeants de toutes les parties doivent agir de manière responsable et s’abstenir de prendre des mesures susceptibles d’aggraver les tensions. »

« Les tirs aveugles de roquettes depuis Gaza sont inacceptables et doivent cesser », a ajouté Wennesland. « Les Nations unies restent en contact étroit avec toutes les parties concernées afin de désamorcer la situation. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.