L’opposition éreinte le compromis trouvé pour éviter des élections
Rechercher

L’opposition éreinte le compromis trouvé pour éviter des élections

Les députés ont exprimé leur déception que des élections anticipées aient été évitées. Lapid a accusé le gouvernement de Netanyahu d'avoir trahi les soldats israéliens

Le président de Yesh Atid, Yair Lapid, en séance plénière de la Knesset le 13 mars 2018 (Crédit :  Hadas Parush/Flash90)
Le président de Yesh Atid, Yair Lapid, en séance plénière de la Knesset le 13 mars 2018 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Les chefs de l’opposition ont vivement critiqué mardi l’accord de compromis trouvé par les membres de la coalition qui vise à mettre un terme à la crise politique suscitée par le projet de loi ultra-orthodoxe qui a menacé de renverser le gouvernement, ce qui auraient entraîné des élections anticipées.

Le président des Travaillistes Avi Gabbay a expliqué être « peiné » que des élections anticipées aient été évitées, accusant le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de corruption et d’être plongé dans les chamailleries.

« Je suis peiné que des élections n’aient pas lieu », a écrit Gabbay sur Twitter. « La mauvaise nouvelle est que la situation ne va pas rester la même et qu’elle va empirer ».

Il a dit qu’en fin de compte, « c’est l’honnêteté qui triomphera de la corruption et la vérité qui triomphera des chamailleries » et qu’au prochain cycle électoral, les Israéliens permettront à la gauche politique « d’amener le changement désiré par de si nombreuses personnes ».

Netanyahu avait accusé l’opposition de craindre des élections après que les sondages ont révélé qu’il resterait au pouvoir. Mardi, après avoir trouvé un accord pour éviter un nouveau scrutin, il s’est moqué des membres de l’opposition depuis la tribune de la Knesset.

« C’était effrayant, n’est-ce pas ? Je suis content de vous voir retrouver des couleurs aux joues. Je sais que je vous ai sauvés d’une très grande déception parce que s’il y avait eu de nouvelles élections, j’aurais été de retour ici [à ce pupitre] et j’aurais continué à rejeter vos commentaires », a-t-il dit.

Yair Lapid, chef de l’Union sioniste – et qui est devenu le principal adversaire de Netanyahu, selon les sondages – a critiqué l’accord permettant aux membres de la communauté ultra-orthodoxe d’éviter le service militaire, disant que ce sont les soldats de l’armée israélienne qui en paieront le prix final.

Avi Gabbay, leader de l’Union sioniste, dirige une réunion de sa faction à la Knesset, le 12 mars 2018 (Miriam Alster / Flash90)

S’adressant à la Knesset, Lapid a déclaré que le gouvernement de Netanyahu avait abandonné son engagement en faveur de l’unité nationale et qu’il était à l’origine de « divisions et d’incitations » au sein du peuple juif.

« La solidarité implique les soldats de l’armée israélienne que vous venez tout juste de jeter sous les roues de la coalition en échange de quelques mois supplémentaires au pouvoir », a-t-il dit.

La parlementaire du Meretz Tamar Zandberg a qualifié l’accord de « pourri » et indiqué que son parti d’opposition de gauche saluerait de nouvelles élections.

« Le Premier ministre est nerveux et hystérique », a-t-elle fait savoir dans un communiqué. « Il ira aux élections sous l’épais nuage de corruption ».

« Nous n’avons pas peur des élections », a ajouté Zandberg, disant que de récents sondages indiquant que Netanyahu bénéficie toujours d’un fort soutien malgré les accusations criminelles à son encontre ne sont pas « un certificat d’intégrité pour un chef corrompu ».

Dans la journée de mardi, la commission des Lois a voté à l’unanimité l’autorisation donnée aux chefs des partis de la coalition de donner leurs instructions à leur faction sur la manière de voter sur ce texte soutenu par les ultra-orthodoxes qui exempte les étudiants haredim du service militaire obligatoire.

La législation a passé son premier vote sur trois. Les cinq députés du parti Yisrael Beytenu, férocement opposés au texte, ont eu la permission de s’exprimer en sa défaveur.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en séance plénière de la Knesset le 13 mars 2018 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le projet devrait être amendé conformément à des recommandations faites par le ministère de la Défense, et devrait être soumis à ses deux derniers votes durant l’été. Le budget 2019 devrait également être approuvé sous les termes de l’accord, comme l’a réclamé le ministre des Finances Moshe Kahlon.

Michael Bachner a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...